Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le bleu des abeilles de laura ALCOBA

      Ce roman est une autobiographie de laura Alcoba qui a vécu en Argentine jusqu'à l'âge de dix ans.

    C'est à cet âge que la narratrice quitte son pays pour rejoindre sa mère était opposante à la dictature et qui s'est réfugiée en France. Son père est toujours en prison à La Plata, ils se sont promis une correspondance épistolaire hebdomadaire. Nous sommes dans les années 70.

    La narratrice découvre un Paris totalement différent de celui escompté... Le Blanc-Mesnil n'est certainement pas représentatif de notre capitale. Mais elle s'attache à la langue française qu'elle veut maîtriser totalement et cela sans accent! Elle découvre la vie en démocratie mais souffre malgré tout de cet exil.

   J'ai beaucoup apprécié le rapport qu'elle a avec la langue française, son amour pour cette nouvelle langue.

".... même si je parlais de mieux en mieux, même si les mots qui m'échappaient étaient chaque jour
moins nombreux, pour moi, ça se passait toujours en deux temps. Il était là le problème, je le savais bien :
moi, je pensais toujours en espagnol, puis je traduisais mentalement ce que je voulais dire avant d'ouvrir la bouche. (...) Mais un jour, pour la première fois, j'ai pensé en français. sans m'en rendre compte, comme ça. J'ai pensé et parlé en français -en même temps- (...) Pour la première fois, dans ma tête, je n'avais pas traduit. J'avais trouvé l'ouverture (p. 116)"

   

      Les lettres adressées à son père sont également très touchant et la couleur bleue nous accompagne tout au long de ce roman agréable, simple et heureux!

 

Voir les commentaires

La femme du deuxième étage de JURICA PAVICIC

 

       Un roman policier plutôt style thriller bien qu'il soit sans surprise car dès les premières pages on sait que Bruna a tué sa belle-mère; Bruna partageait la maison de sa belle-mère et vivait au premier étage avec son mari dans la banlieue de Split en Croatie, une ville que le lecteur a plaisir à découvrir.

      Dans ce roman ce qui importe est la raison pour laquelle Bruna en est arrivée à ce meurtre... Rien ne l'excuse... 

     Mais tous les personnages sont un peu responsables... et j'ai fini en deuxième partie par avoir de l'empathie pour ce personnage!

 

Voir les commentaires

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de MARIA LARREA

 

       Les Gens de Bilbao naissent où ils veulent est le premier roman de Maria Larrea qui a vu le jour à Bilbao en 1979. Réalisatrice et scénariste française, elle a grandi à Paris où elle a suivi des études de cinéma à la Fémis, la prestigieuse École nationale supérieure des métiers de l´image et du son.

       Dans ses débuts littéraires, Maria Larrea a puisé son inspiration dans ses origines espagnoles. Les lecteurs les plus jeunes ignorent peut être ce qu´était autrefois la vie du peuple espagnol qui, après la Guerre Civile (1936-1939), a vécu l´intolérance et la misère sous la férule d´un dictateur, Francisco Franco, qui a mis tout un pays en coupe réglée. Nombre d´Espagnols sont partis en France ou ailleurs pour échapper soit à la faim soit aux persécutions politiques. 

       Dans l´histoire racontée par la narratrice tout commence en 1943 lorsqu´une prostituée obèse de Bilbao, Josefa, donne vie à un garçon, Julian, qu´elle confie aux jésuites. Plus tard, en Galice, Dolores accouche d´une fille, Victoria, qu´elle ne peut pas élever et qu´elle abandonne aux sœurs d´un couvent. Un jour, les deux orphelins, Julian et Victoria (femme d´une rare beauté), se rencontrent, se marient et partent à Paris.

       Dans la ville lumière, la Galicienne devient femme de ménage et le Basque gardien du théâtre de la Michodière. 

 

       Une autobiographie qui pose le problème de l'adoption, des parents biologiques et des parents adoptifs. Un roman facile à lire, agréable dont le thème est traité en toute franchise

Voir les commentaires

Les Correspondants de GRAND CORPS MALADE & BEN MAZUE

.

        J'adore les textes de Grand  Corps Malade ainsi que sa musique, d'autant plus que c'est mon fils qui ma l'a fait connaître il y a presque 20 ans!  Lorsque j'ai découvert ce livre je n'ai pas pu résister... et j'ai découvert Ben Mazué dont les textes sont également magnifiques. Tous deux ont une sensibilité à fleur de peau qu'ils savent communiquer à leur public 

       Cette correspondance spontanée, sans chichi, dévoile deux personnages fidèles à leurs chansons... Deux hommes aux grandes valeurs qui ont conscience de leur "chance". Leurs échanges montrent la complicité , l'admiration qu'ils ont l'un pour l'autre, leur connivence le tout en toute simplicité.

       J'ai beaucoup apprécié cette lecture simple, sincère qui reflète bien ce que l'on peut penser de Grand Corps Malade . De plus j'ai eu le plaisir de découvrir Ben Mazué!

       Si certains pensent que ce récit est un coup de pub!!!... je pense sincèrement qu'ils n'en ont nul besoin!!! et chacun est libre d''acheter ce livre ou pas!!!!
 

Voir les commentaires

les décrochés de Rachid ZERROUKI

 

     Rachid Zerrouki est né au Maroc. Arrivé en France à 14 ans, il devient professeur des écoles en SEGPA (section d'enseignement général et professionnel adapté) puis enseigne dans un établissement pénitentiaire.

  " A travers ce livre , je veux partir à la recherche de ceux qui n'ont pas choisi de vivre sans diplôme; je veux me mettre à l'écoute des décrocheurs que l'école n'a pas su aider, par incompétence, par manque de volonté ou d'ambition."

     C'est au travers de portraits que l'auteur tente de trouver une réponse à ces différents échecs scolaires. Il refuse de croire qu'il ne s'agit qu'une question de volonté de la part du jeune qui décroche....

      De véritables questions sur notre façon d'enseigner, sur les possibilités d'orientation et d'adaptation de chacun dans notre institution qu'est l'éducation nationale....

Voir les commentaires

La petite menteuse de Pascale ROBERT-DIARD

     

       Lorsque Lisa, quinze ans, accuse de viol Marco Lange, le plâtrier venu faire des travaux dans la maison familiale, l’avocat de l’adolescente traumatisée n’a aucun mal à obtenir la condamnation à dix ans de prison de cet homme au casier judiciaire déjà chargé. Mais, incarcéré depuis trois ans, le condamné entame un procès en appel. Lors de l'appel, Lisa est majeure et elle préfère être défendue par une femme, Lisa demande à Alice, avocate expérimentée qui ne voit aucune raison de refuser cette affaire, de reprendre le dossier. Sauf que Lisa revient sur ses déclarations, elle reconnaît avoir menti…

      Collégienne, Lisa inquiète deux de ses professeurs (jeunes dans le métier) par son comportement taciturne. Voulant la protéger et croyant percevoir ce que cache Lisa, ces deux profs vont l'amener sans le vouloir à cacher les raisons d'un mal être personnel par un terrible mensonge. "Plus je mentais, plus je souffrais, plus je souffrais, plus on me croyait." Lisa ne se sort pas de cette situation inextricable et s'enlise dans son mensonge. Cela va conduire un homme innocent en prison.

      L'auteure Pascal Robert6Diard est chroniqueuse judiciaire au Monde, dans ce roman elle met avant le mouvement MeToo et la liberté de parole des femmes. Mais quand, prouver une accusation est difficile, l'erreur judiciaire n'est pas loin.... car les intentions des défenseurs sont toujours bonnes... et l'auteure a su le démontrer dans ce roman très prenant.

     Bien que cette histoire soit fictive, elle nous confronte à une "vraie réalité". 

 

Voir les commentaires

La toute petite reine de Agnès Ledig

 

Adrien et Capucine se rencontrent dans une gare. Lui est maître chien chargé de repérer les colis piégés et elle a oublié sa valise sur le quai. Ce qui devait arriver arriva ! Adrien souhaite la revoir. Ils se retrouvent dans le cabinet d'un couple de psy où ils suivent une thérapie. Adrien est revenu traumatisé de la guerre au Mali avec des troubles de stress post traumatiques quant à Capucine elle n'arrive pas à surmonter la mort de ses parents dans un accident de voiture. A la suite duquel elle a dû abandonner ses études de médecine pour prendre soin de sa jeune sœur. J'ai passé un bon moment avec ce livre tout en douceur.

Voir les commentaires

Rosine, une criminelle ordinaire de Sandrine Cohen

 

Tous les soirs pendant le journal de 20 heures, Rosine donne le bain à ses deux petites filles de 4 et 6 ans qu'elle adore, elles ont une relation fusionnelle. Mais ce soir là Rosine va commettre l'innommable elle va noyer ses deux filles dans leur bain. Son amant ne comprend pas ce qui a pu se passer, son ex mari non plus ainsi que toute sa famille. Rosine est une mère et une amie exemplaire qui vit au sein d'une famille comblée. Lorsque la police arrive elle doit lui arracher ses filles des mains et la sortir de son état de transe. Rosine se qualifie de  monstre et veut mourir. Une enquêtrice de personnalité, Clélia Rivoire, est nommée par la justice pour essayer de trouver les raisons de ces crimes affreux. Comment une femme ordinaire et sans histoires a pu en arriver là ! Clélia va plonger dans la plus tendre enfance de Rosine pour non pas excuser les crimes mais tout au moins essayer des les comprendre. "Juger c'est comprendre".

Ce roman se dévore et ne laisse pas indifférent ! A lire.

Voir les commentaires

Le choix de Viola Ardone

 

Le choix se situe dans un petit village de Sicile dans les années 60. Olivia  est une petite fille sans histoires un vrai garçon manqué très proche de son père. Sa famille est très pauvre et survit grâce à la vente d'escargots qu'elle ramasse avec son père et des légumes du jardin. Elle vit au sein des traditions qui veulent que lorsque une fille devient femme elle doit trouver un mari. Mais elle veut avoir le choix, celui de pouvoir dire oui ou non. En grandissant elle devient une ravissante jeune fille qui attise la convoitise du caïd du village qui ne pouvant l'avoir va l'enlever et la violer. A partir de là les femmes violées doivent contracter un mariage d'honneur ou de réparation. Sa mère répète souvent " Une fille c'est comme une carafe, qui la casse la ramasse". Malgré son "déshonneur"  Olivia avec le soutien indéfectible de son père et de sa famille va trouver le courage de dire non et de porter l'affaire devant la justice dans un pays ou les hommes ont tous les droits.

Ce roman nous raconte le combat des femmes qui ont du attendre les années 80 pour que les mariages de réparations soient enfin abolis et qu'elles  ne soient plus obligées d'épouser leur bourreau. Les relations père fille toutes en douceur sont magnifiques, surtout pour l'époque et les traditions, quand il prend parti pour sa fille. J'ai adoré !

Voir les commentaires

Reine du réel de Nancy HUSTON

 

        Lettre à Grisélidis Réal, poétesse et prostituée.

    "Longtemps je t'ai détestée, Gri. On eût dit que tu acquiesçais à tout ce que les hommes te demandaient. Tu semblais n'avoir aucun problème pour incarner leur fantasme : la pute au grand coeur, celle qui aime ça, celle qui comprend les messieurs et ne les juge jamais, celle qui accepte avec le sourire leur tout et leur n'importe quoi."


        Grisélidis Réal, écrivaine et prostituée suisse, a fui le milieu où elle est née, bourgeois, calviniste et rigide, pour mener une vie libre. Une vie marquée par des histoires avec des hommes violents, des dizaines de milliers de relations tarifées, quatre enfants placés, des fausses couches, mais une vie illuminée par l'art et l'engagement militant au nom des travailleuses du sexe. Poétesse magnifique, figure rebelle et courageuse, Grisélidis Réal fascine Nancy Huston qui, malgré quelques désaccords, se retrouve beaucoup en elle.
         A l'aune de son destin, elle questionne le sien, son rapport à la mère, aux hommes, au danger. Véritable déclaration d'admiration, cette lettre révèle une grande artiste de la fin du XXe siècle dont la modernité de pensée annonce les débats contemporains. Un texte résolument féministe, qui interroge avec puissance le rôle du corps féminin dans l'écriture et le rapport au monde.

    Mon Avis: Un livre surprenant, une écriture crue, des histoires compliquées... des partis-pris dérangeants, choquants voire provocants. Un regard sur l'humanité pas très joli... Une biographie intéressante liée à l' autobiographie de l'auteure avec des parallèles et des points communs entre ces deux femmes.

Maladie, maternité, prison, prostitution, amants, amis, clients, colère, humiliation, peur, féminisme, art.... tout est abordé! La vie en somme....

       J'apprécie énormément cette auteure aux multiples facettes dont les thèmes abordés portent toujours à réflexion.

Grisélidis Réal 1929 - 2005

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>