Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Invisible sous la lumière de Carrie SNYDER

 

Née au Canada, Carrie Snyder enseigne à l'Université de Waterloo. Elle a écrit deux recueils de nouvelles et travaille également en free-lance comme journaliste. Invisible sous la lumière est son premier roman. Il s'est inspiré des Jeux Olympiques de 1928 durant lesquels les premières femmes athlètes furent autorisées à participer.

 

     

        Agée de plus de 80 ans, Aganetha vit repliée dans ses souvenirs dans une maison de retraite quand 2 personnes qui lui sont inconnues la sortent de son lieu de vie. Cette femme et cet homme veulent réaliser un document sur sa carrière. Aganetha se laisse "enlevée" malgré ses réserves et sa volonté d'oublier son passé. 

      Dans sa tête passé et présent se mélangent et c'est la démarche qu'utilise l'auteure pour retracer la vie de cette championne remuant les secrets de famille et réactivant sa passion de la course.

     1928: jeux olympiques d'Amsterdam. Pour la 1ère fois quelques épreuves d'athlétisme sont ouvertes aux femmes. Alors que Aganetha courait par plaisir et passion  mais aussi par besoin, elle connait la gloire lors de ces jeux. Sa meilleure amie Glad l'a aidée à se surpasser car Aganetha n'avait pas le mental d'une gagneuse. Elle ne s'est ni laissée enfermée dans la célébrité ni dans  la condition féminine de cette époque puritaine, elle ne se marie pas et n'a pas d'enfant. 

      Aganetha a vécu sa vie en restant elle-même, libre et toujours surprise de ses succès mais aussi blessée par des situations difficiles..... elle est "invisible dans la lumière".

      Ce roman est très bien mené à tel point que l'on peut imaginer que Aganetha a réellement existé. L'auteur s'est inspiré de femmes réels notamment des " Matchless Six" ( les "Six Inégalables"), surnom donné à l'équipe féminine canadienne qui obtint la médaille d'or au 4 fois 100 mètres et au saut en hauteur. 

      L'auteur a introduit un personnage réel: Alexandrine Gibb pour rendre hommage aux femmes et aux hommes qui œuvraient en coulisse pour faire évoluer le monde sportif.  Elle a créé et dirigé la première équipe féminine internationale. Gibb a défendu les branches féminines du sport à travers le Canada et a été impliquée dans de nombreuses organisations de femmes, y compris le Canadian Ladies' Athletic Club qu’elle a inspiré. Elle a été journaliste sport

       Ce roman se déroule au début du XXème, dans le Canada puritain avec en toile de de fond la guerre 14/18, la grippe espagnole, la grande dépression mais avant tout la condition féminine, leur émancipation, le mariage, la réputation, l'égalité des sexes et l'avortement. Mais ce qui transparait le plus est le sentiment de liberté que peut procurer une réussite sportive dans un monde d'hommes.   

      L'auteure donne quelques explications en fin de roman:  Lors de ces jeux de 1928, il paraîtrait que la moitié des finalistes au 800 mètres n'ont pas terminé leur course mais cette affirmation a été remise en question en 2012 grâce à des images filmées. Mais la conséquence de ce constat erroné  fut dur car un comité interdit les femmes de courir des distances supérieures à 200 mètres. ce n'est qu'en 1960 que les femme furent enfin autorisées à courir le 800 mètres.

Voir les commentaires

Les enfants sont rois de Delphine de VIGAN

     

         Un sujet d'actualité très intéressant car tout en étant une fiction,  l'auteure s'appuie sur des faits réels.

         Alors que l'émission de télé réalité est sortie en 2001 avec la vedette devenue célèbre: Loana, Delphine de Vigan écrit un roman sur les dérives des réseaux sociaux qui ont explosé à la suite de ce genre d'émission.  C'était la première fois que des personnes anonymes accédaient à une notoriété importante... "Le jour où on a ouvert les portes de l'enfer..." C'est à ce moment que naît le vlopping, sorte de confessionnal.

       Le roman de Delphine de Vigan démarre sur la disparition d'une petite fille que sa maman filme à longueur de temps avec son frère. Tous les deux sont des enfants influenceurs... Et si l'auteur n'est ni juge ni moralisatrice, elle nous pousse vers une réflexion d'actualité.

       Parmi les personnages, il y a deux femmes que tout oppose. Mélanie, la maman des deux enfants influenceurs. Elle a été une candidate malheureuse de la télé réalité et veut paraître, exister et être connue. Elle le fait par l'intermédiaire de ses enfants, étant persuadée de les rendre heureux  et de préparer leur avenir.  Et Clara, une jeune femme de l'ombre enquêtrice de très bon niveau que les parents ont éduqué avec des principes "normaux".

        Dans ce roman, l'auteur nous fait prendre conscience des dérives et de la sur-exposition des enfants sur les réseaux sociaux, la façon dont ces enfants sont instrumentalisés. Elle s'interroge sur leur éducation et leur devenir car ce sont des enfants qui n'ont pas le temps de désirer quelque chose, hors chacun sait que l'éducation est basée sur la frustration, l'envie, le désir, le besoin de s'ennuyer et d'attendre.

      L'auteur souligne l'importance de la  violence qu'il y a entre ces parents qui font de leurs enfants des objets d'influence, de marketting et les  rapports de force que ces parents imposent, pensant que c'est pour le bien de leur progéniture.

      Les challenges cités en exemple et proposés par You Tube peuvent être cruels. Par exemple le "cheese challenge" est un challenge international; le but est de lancer une tranche de fromage fondu à la tête d'un bébé ou petit enfant et de filmer sa réaction....  Il y a également le "unboxing" dans lequel il faut que l'enfant déballe le contenu d'un carton rempli d'objets d'une quelconque marque devant une caméra. Elle insiste sur le fait que naît ainsi le besoin de posséder, de plaire et de répondre à ses fans puisque c'est le nombre de "pouces levés" et d'abonnement qui enrichit la famille....

       L'auteur s'est beaucoup documentée: immersion dans les monde des réseaux sociaux monétisés, entretien avec la brigade criminelle, lectures ad oc.... Elle fait référence au Syndrome "Truman show" qui est une forme de délire dans lequel le sujet est persuadé d'être le centre d'un reality show ou d'être suivi par des cameras. A partir de toutes ces recherches, elle a créé une famille de fiction et a su nous apporter tous les éléments de réflexion.

      A la fin de sa fiction, l'auteur tente de se projeter dans les années 2030, se questionnant sur le devenir de ces enfants manipulés, utilisés et mal éduqués.

      Un constat qui me trouble: alors que nous sommes dans un monde qui revendique le partage et l'entraide (Covid), il y a une sorte de décalage avec le monde réel qui est particulièrement individualiste. Un monde dans lequel on peut vivre à domicile , où tout peut nous être apporté sans bouger......

      Tout un questionnement qui peut inquiéter....

 

Voir les commentaires

Le murder club du jeudi de Richard OSMAN

 

       Connaissez-vous le 'cosy crime', le roman noir qui ne fait pas peur ? Miss Marple, la célèbre enquêtrice mise en scène par Agatha Christie, en est une égérie. Les Editions du Masque, son éditeur historique, publient en France Le Murder club du jeudi, de Richard Osman. Phénomène d’édition, il s'agit là de la troisième meilleure vente de tous les temps en Grande-Bretagne après la saga des Harry Potter et Da Vinci Code

          Dans ce livre, un groupe de retraités se rassemble chaque jeudi pour réfléchir à des affaires non résolues et essayer d’en percer l’énigme. Un jour, le directeur de leur village de retraite est retrouvé assassiné dans la cuisine. Elisabeth, Joyce, Ibrahim et Ron vont tenter de résoudre cette énigme.

         C'est un roman d'enquête soft, il y a peu de violence et pas de détails glauques. dans le "cosy crime", les enquêteurs sont souvent des amateurs et les histoires se déroulent principalement à la campagne. Le tout  est imprégné d'humour anglais.

       C'est une littérature d'actualité qui permet de s'évader de la morosité et de l'ambiance actuelle...

       Un livre à lire avec un thé et dans un rocking chair!!!

 

Voir les commentaires

Les trois vies de Josef Klein de ULLA LEMZE

Lecture abandonnée à mi parcours..

Quatrième de couverture : (qui m'avait donné envie de lire ce roman) 

        Fin des années trente : New York est en plein tumulte. Les nationalistes allemands célèbrent Hitler tandis que le mouvement pro-guerre recommande l’intervention des Américains en Europe.

       Josef Klein, lui, ne vit que pour ses deux passions : les échecs, et la radio amateur. C’est ainsi qu’il rencontre Lauren, jeune activiste qui partage sa fascination des ondes. Mais les compétences techniques de Josef en tant qu’opérateur radio attirent vite l’attention d’hommes influents, et avant même qu’il ne le réalise, il se retrouve au cœur du réseau d’espionnage du renseignement militaire allemand.
      Des rues de Harlem à Buenos Aires en passant par l’Allemagne, Ulla Lenze explore les multiples identités d’un héros, qui selon le continent et l’époque se prénomme Joe, Josef ou José.

      Un roman brillant et haletant qui mêle archives familiales et thriller d’espionnage pour offrir une réflexion sur les affres d’une âme perdue en terre étrangère.

      Traduit de l’allemand par Pierre Deshusses

 

C'est peut être la complexité de ce roman en 3 temps qui m'a dérangée mais également la complexité de ce personnage nazi, exilé, clandestin et apatride, un homme sans conviction qui va où le vent le pousse n'hésitant pas à retourner sa veste... mais sans vraiment le vouloir...

Un jugement qui n'engage que moi puisque  je n'ai pas terminé ce roman...

Voir les commentaires

Celle qu'il attendait de Baptiste BEAULIEU

       

         Lorsque Eugénie descend de  son train, Joséphin, chauffeur de taxi la raccompagne chez elle. Une rencontre inattendue.... Une histoire surprenante débute....

       Eugénie est inventrice d'objets usuels, souffrant de son surpoids, elle a oublié tous les mots positifs.

       Joséphin, chauffeur à ses heures perdues, est très mince et a des épaules en forme de guidon. Taiseux, il ne parle que lorsqu'un objet tourne entre ses mains. Il est potier.

       Tous les deux handicapés du langage, vont se réparer mutuellement autour de la céramique, chacun dévoilant son histoire, ses origines, ses blessures, le pourquoi de leur "handicap". Eugénie va devenir la femme la plus célèbre du monde...

        Dans ce roman nous entrons dans un monde un peu absurde, mais il faut se laisser pénétrer par les mots, la poésie de l'histoire , le côté incongru de cette histoire.

        Un conte philosophique et poétique, presque fantastique et pourtant proche de nos vies.

        Difficultés des relations humaines, regard des hommes sur les femmes, surpoids, famille, amour, emprise du passé, acceptation ou estime de soi.... des thèmes que Baptiste Beaulieu pratique tous les jours lors de ses consultations de médecin. 

        Un auteur humain plein de sensibilité et de bienveillance. J'avais beaucoup aimé la lecture de: La Ballade de l'enfant gris. 

 

 

Voir les commentaires

L'oiseau bleu d'Erzeroum de Ian MANOOK

 

       Ian MANOOK de son vrai nom Patrick MANOIKIAN est voyageur, journaliste, éditeur et écrivain sous différents pseudos ...

       Dans 'L'oiseau d'Erzeroum" Ian Manook dévoile l'histoire "romancée" de ses grands-parents à partir du récit de sa grand-mère nommée Araxie dans ce roman.

      L'auteur ne cache rien du génocide arménien et de la déportation de Araxis qui dure plus de 6 mois. .

     Un récit très dur aux  scènes brûlantes de réalité, sans oublier que à la demande de son éditeur l'auteur a supprimé deux scènes de massacre... Alors je n'ose pas imaginer la cruauté des ces scènes.

       Ce roman est un vrai livre d'HISTOIRE, il ne se raconte pas, il se lit et se "vit" ou réveille des souvenirs de leçon d'histoire ou fait découvrir...

      Une histoire qui débute en 1916 en Arménie turque pour se terminer en 1939 sur les berges du lac Baïkal en Sibérie. Pendant ces 23 années déportations, assassinats, massacres, condamnations, esclavage, guerres, trahisons se succèdent...

      Heureusement quelques poèmes Arméniens ou Russes, quelques descriptions de plats Arméniens, de belles descriptions de paysages, des coutumes et des traditions  ainsi que de l'Amour, de l'Amitié et de l'entraide font de ce récit une belle fiction.

     Une saga familiale, une saga historique qui ne s'oublie pas et qui ne laisse pas indifférent...

     A LIRE ABSOLUMENT !

     Pour en savoir plus, vous pourrez lire de nombreuses chroniques.

Voir les commentaires

Là où chantent les écrevisses de Della OWENS

 

            Catherine Danielle Clark, surnommée Kya vit en Caroline du Nord dans les marais. Pour se rendre dans la ville la plus proche: Barkley Cove, il faut prendre une barque et arpenter les canaux.

           Kya vit avec ses frères, sa sœur et ses parents. Un père alcoolique qui bat sa femme, une famille miséreuse mais une mère aimante. Lorsque Ma, la mère de Kya ne supporte plus la violence de son mari, elle quitte le foyer puis suivent les frères et sa sœur pour laisser Kya alors âgée de 10 ans avec un père irresponsable qui part régulièrement pendant de longues périodes. 

           Un jour, il ne rentre pas et Kya va devoir affronter ce monde hostile toute seule. Elle va apprendre à vivre dans ce milieu naturel et l'adopter jusqu'à ne faire plus qu'un avec ce marais.

           Petit à petit Kya s'entoure de bonnes personnes: Jumping et Matel un couple d'épiciers noirs, Tate un garçon de quelques années son aîné qui lui apprendra la lecture et l'écriture.

          Malheureusement Kya restera la risée de nombreux habitants la traitant de sauvage et l'accusant de tous les maux de la terre...

         Et.... je n'en dirai pas plus!!!

         " Là où chantent les écrevisses" ... et vous saurez où cela se trouve en lisant ce livre... est écrit par une zoologue botaniste qui nous fait découvrir une nature authentique où la vie des animaux est primordiale. Une histoire est accessible à tous, bien écrite, prenante et intéressante; les descriptions ne sont pas pesantes bien au contraire.

          Kya est un personnage attachant. J'ai vécu avec elle, je me suis inquiétée pour elle, j'ai espéré... bref je suis entrée dans cette histoire pour n'en sortir qu'avec un dénouement remarquable et surprenant!

          Les thèmes de la nature sauvage, la solitude et l'adaptation à un milieu naturel font réfléchir à notre vie dans un monde du XXIème siècle....

Voir les commentaires

Le parlement des cigognes de Valère STARASELSKI

   

            Katell, David, Zahia  et Théo font partie d'un groupe d'étudiants en stage à Cracovie. Plus curieux que les autres, ils partent visiter la ville, ce qui permet de belles descriptions de cette ville.

           Leur désir d'apprendre et de comprendre les mène dans le quartier juif avec quelques explications du vécu de ses rues. Zahia intéressée par la culture emmène le groupe au musée d'art où ils rencontrent un vieil homme assis, immobile devant le tableau: "Le Parlement des cigognes". Venu exprès à Cracovie pour contempler ce tableau, Zygmunt va partager son passé avec ces jeunes curieux et intéressés.

          Il raconte sa fuite, les camps le ghetto et un fait peut être moins connu: ce sont les griefs et les dénonciations des paysans polonais vers leurs compatriotes juifs.

          Un petit roman passionnant qui en quelques 100 pages  décrit la ville de Cracovie sous la neige, le caractère et l'intérêt de 4 étudiants, l'histoire de la Pologne sous la 2ème guerre mondiale, la force incroyable et la volonté de vivre d'un jeune homme (à l'époque) juif et l'attitude des polonais durant cette guerre.

         Ainsi que le titre du livre assez singulier qui trouve son explication dans les confidences d'un vieux monsieur...

 

Voir les commentaires

Poursuite de Joyce Carol OATES

     Quatre voix, quatre personnages:

           Abby, jeune fille de 20 ans décrite comme une petite fille chétive et introvertie. Toutes ses nuits sont agitées par des cauchemars remplis de squelettes et on en comprendra la raison....

           Willem un fervent chrétien, époux de Abby. Il connaît très peu Abby et pour cause....

           Nicola, la mère de Abby, une femme terrifiée qui protège un peu trop sa fille....

           Lew, le père de Abby, un homme violent vétéran de la guerre d'Irak, ceci explique(peut-être) tout cela...

  Le lendemain du mariage de Abby et Willem, Abby part travailler et prend le bus. Alors qu'elle s'engage sur la route, elle est percutée par ce bus. Traumatismes, coma, fractures et rééducation puis convalescence pendant laquelle Abby dévoile pour la première fois son lourd passé... et va en être délivrée.

    Un roman psychologique noir bien mené dans lequel passé et présent s'imbriquent bien.

    Une écriture rythmée propre à cette auteur: des passages en italiques pour ce qui est pensé par le personnage et de nombreux mots entre parenthèses qui permettent de donner un avis ou une explication supplémentaire comme une petite voix qui a son mot à dire. Exemple: "Essaie de la (re)voir. Essaie de parler à sa fille un jour (de semaine)...... Les amis de maman sont (surtout) des femmes...."

     Un roman de souffrance reflet de la souffrance américaine.

 

Voir les commentaires

Nickel Boys de Colson WHITEHEAD

     Un roman historique presque d'actualité...

     Une fin surprenante et troublante...

     Nous sommes en Floride dans les années 1960. A cette époque deux arrêts de la Cour Suprême des Etats-Unis (Brown V. Board)  déclarent la ségrégation raciale institutionnelle dans les écoles publiques. Une étape décisive du mouvement américain  des droits civiques dont le but est d'obtenir l'égalité citoyenne des Afro-Américains.

     Elwood est un lycéen noir de bon niveau. Il envisage de rentrer  à l'université. Il adhère aux idées de Martin Luther King et prône la paix entre les noirs et les blancs.

      Mais ses rêves d'avenir s'effondrent à la suite d'une erreur judiciaire et vu son jeune âge, il est envoyé à la Nickel Academy, en Floride, une maison de correction qui se doit de remettre les jeunes dans le droit chemin. Dans ce centre aucune instruction par contre des méthodes très violentes notamment dans la "Maison Blanche" dans laquelle tourne un ventilateur bruyant... pour couvrir les cris des suppliciés...

Construction de la salle à manger avec la "Maison Blanche" en arrière-plan

Le réfectoire

 

       Colson Whitehead s'est inspiré de l'histoire de la Dozier School for Boys en Floride (cf photos) qui durant  111 ans de 1900 à 2011 a acquis la réputation d'abus, de passages à tabac, de viols, de tortures et de meurtres d'élèves par le personnel. A la suite de la fermeture de ce centre, l'état a autorisé une enquête d'anthropologie et 55 sépultures ont été identifiées en dehors du cimetière légal. En 2019, lors de travaux, 27 autres tombes suspectes ont été identifiées...

       Avec doigté et justesse, Colson Whitehead nous révèle une fois de plus l'effroyable histoire des Etats-Unis.

       Un roman qui sans être un documentaire nous révèle une partie peu connus des Etats-Unis à lire absolument.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>