Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Perdu, le jour où nous n'avons pas dansé de Caroline DEYNS

Perdu, le jour où nous n'avons pas dansé de Caroline DEYNS

Caroline Deyrus raconte dans ce récit biographique la vie extraordinaire de Isadora Duncan. Née en 1877 à San Francisco dans une famille de quatre enfants abandonnée très tôt par le père, Isadora n'a de cesse que de danser. Après des années difficiles passées aux USA, parcourant le pays pour trouver de nouveaux abris, de nouvelles sources d'argent, Isadora persuade sa famille de partir en Europe. Agée de 22 ans, elle va devenir la coqueluche des salons londonniens et parisiens. Sa danse révolutionnaire pour l'époque et sa généosité vont la rendre célèbre de Paris à Moscou, en passant par la Grèce.

Sa danse est plus une expression corporelle totalement libre et harmonieuse. Elle danse quasiment nue revêtue de tuniques vaporeuses et de voiles translucides; pieds nus. Elle refuse les exercices contraignants de la danse classique et le port de chaussons et de tutu.

Femme très généreuse, elle va créer et financer plusieurs écoles de danse.

A travers l'écriture de Caroline Deyns, la danse d'Isadora apparaît sous nos yeux et nous entraîne avec elle tout comme sa vie dont destin tourmenté sera tragique.


Lorsque j'ai tourné la dernière page de ce livre, je me suis empressée de trouver des photos de cette danseuse et ai découvert des vidéos. J'avoue ne pas avoir été surprise par ces images tant les descriptions, les sensations données par l'auteur sont fidèles.

Quand on lui demande quels sont ses maîtres à danser, elle répond Whitman, le Rousseau de l'Emile. Et Nietzsche : "Et que l'on estime perdue toute journée où l'on n'a pas au moins une fois dansé". Cette phrase lui plaît tant qu'elle en remplit les pages d'un cahier.