Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le voile noir de Anny DUPEREY ♥ ♥ ♥

Le voile noir de Anny DUPEREY ♥ ♥ ♥

Anny Duperey a 8 ans lorsque ses parents disparaissent axphyxiés dans leur salle de bain. L'actrice va être séparée de sa bébé soeur, élevées l'une dans la famille du père, l'autre dans celle de la mère. A cette époque, on ne savait pas qu'il fallait parler aux enfants et laisser couler les larmes... Pendant plus de 30 ans, l'auteure va mettre un "voile noir", un voile protecteur, anesthésiant sur ce passé, un voile qui va l'aider à vivre, à rire, à créer...

Puis à l'aide de l'écriture et de photos laissées par son père, le photographe Lucien Legras, Anny Dupérey va ressortir ces magnifiques photos noir et blanc du "tiroir sarcophage". Dans ce livre, elle commente ces photos dévoilant les faits tragiques de sa vie mais aussi des anecdoctes, des souvenirs, des regrets, des espoirs... Elle tente ainsi de faire son deuil mais peut-on un jour "accepter l'inacceptable"?

Ce livre est bouleversant, écrit avec beaucoup de simplicité, de dignité, sans voyeurisme.

Personnellement, j' aime La Photo et ai été très sensible aux photos du père de l'auteure: les sujets sont tout à la fois simples et originaux; les angles de prise de vue sont inhabituels pour un photographe amateur; les jeux d'ombres et de lumière, les reflets dans l'eau sont très présents, la neige brille ... tout cela donne de belles photos troublantes.

J'ai été touchée par la sincérité de cette femme et par son courage d'écrire des textes s'appuyant sur les photos d'un homme qu'elle a totalement oublié.

Le voile noir de Anny DUPEREY ♥ ♥ ♥

Voir les commentaires

Il était une ville de Thomas B. REVERDY

Il était une ville de Thomas B. REVERDY

Nous sommes à Détroit, capitale florissante de l'industrie automobile, qui subit de plein fouet la crise des Subprimes durant l'année 2008.

Voici deux extraits de ce livre que je n'ai pas réussi à terminer...

"Gros Bill avait repéré une maison, un peu plus au sud, vide. Elle avait déjà été pillée. Les radiateurs, la robinetterie, les tuyaux de cuivre, il ne restait rien, on pouvait le voir par l’ouverture de la porte défoncée, les murs étaient creusés en bas, Si ça se trouve ils ont même emporté les fils électriques, disait Gros.
Les fenêtres en aluminium avaient été arrachées. Ça s’abîme vite une maison quand il pleut à l’intérieur pendant des mois. La toiture commençait à pencher dangereusement, elle menaçait de glisser vers la rue et, du côté opposé, plusieurs poutres de la charpente s’échappaient de la structure, balèvres inversées vers l’extérieur, se délabrant sous les intempéries comme des os sortant pleins d’esquilles d’une fracture ouverte.
Toute la maison, dans sa physionomie, donnait l’impression de devenir molle, d’onduler vers un point de déséquilibre où elle ne pourrait plus s’empêcher de s’effondrer, mais selon une chute incroyablement lente, imperceptible. C’était effrayant et contre nature.
Elle ne tenait plus que par la résistance interne des poutres et des briques empilées qui refusaient de céder, soumises à des pressions, des tensions et des torsions incalculables qui s’exerçaient selon des axes imprévus. Elle tombait en se ratatinant inexorablement. (p. 27-28)

"Les gens perdent leur boulot, déménagent, dans le meilleur des cas ils suivent leur entreprise. La plupart des vieux travaillaient dans l'automobile, et la plupart des jeunes dans l'immobilier. Alors le vent froid les emporte. La voiture et la maison. C'est tout le XXème siècle qui fiche le camp comme un courant d'air."

Voir les commentaires

Les Princes du Sang de Gilbert SCHLOGEL ♥ ♥ ♥

Les Princes du Sang de Gilbert SCHLOGEL  ♥ ♥ ♥

Ce roman est une passionnante saga (la vie de 5 chirurgiens de père en fils) qui retrace l'histoire de la chirurgie depuis le XVIII ème siècle, juste avant la révolution jusqu'à une période proche puisque ce livre a été écrit en 1992 par l'auteur chirurgien.

Deux aspects sont très intéressants dans ce roman:

- L'histoire du monde qui se passe parallèlement à l'évolution de la médecine et que les personnages sont obligés de prendre en compte dans leurs parcours. Le lecteur vit la Révolution et ses nouvelles règles (comme l'abolition des concours avec comme conséquences beaucoup de médecins incompétents), les guerres napoléoniennes, la défaite en 1870 contre les français, les victoires en 1918 et 1945 avec les atrocités de la guerre et enfin la guerre d'Algérie… conditions inhumaines dans lesquelles les chirurgiens exerçaient envers et conte tout.

- La recherche internationale dans le médical. A toutes les époques, les grands chirurgiens ont voyagé, allant chercher les meilleurs enseignements là où ils étaient, même chez les "ennemis héréditaires". Les progrès de la médecine ont été le résultat de cette collaboration.

On redécouvre ainsi les saignées, puis ensuite l'apparition de l'anesthésie et de l'asepsie, la radiologie, les antibiotiques, les greffes d'organe ... L'auteur nous montre bien que chacune de ses « révolutions » mettaient des années à s'intégrer dans les habitudes, à être comprises par tous et à être réellement appliquées.

Un roman de 1992 qui se lit à tout moment et qui se déroule dans un coin de Picardie que l'on voit évoluer au fil du temps.

Si comme moi vous êtes curieux de la Médecine je vous conseille ce roman pas si romancé que cela!

Voir les commentaires