Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les affligés de Chris WOMERSLEY

les-affliges.jpg 

 

 

                

 

 

 

    Voici mon 1er roman choisi un peu, beaucoup... au hasard parmi les quelques 600 romans de la rentrée littéraire 2012! Et je peux assurer que j'ai fait "bonne pioche"!

Résumé: Ce roman se déroule à la fin de la 1ère guerre mondiale; Quinn revient du nord-est de la France, 10 ans après avoir quitté son pays natal: l'Australie.

Il retrouve son pays ravagé par la grippe espagnole alors que de son côté Quinn est ravagé par la guerre: défiguré, quasiment sourd et souffrant des inhalations de gaz moutarde.

S'il revient c'est surtout pour s'acquitter du meurtre dont on l'accuse. Quinn connait le meutrier et veut faire justice. Il veut aussi retrouver sa mère qu'il va secrètement, accompagner vers sa mort.

Dans sa quête, une petite fille mystérieuse, qui en sait plus qu'il ne semble,  va l'aider et surtout l'inciter à se venger...

Analyse: Le titre de ce roman est bien choisi car il évoque les personnages torturés par les pires souffrances. L'auteur alterne le présent de l'histoire, 1919 et la période du meurtre 1909. Il nous entraîne dans une ambiance lourde voire étouffante dans laquelle il est question de guerre, de vie et de mort, de deuil,  de famille, de maladie, de vengeance mais aussi d'espoir et d'amour.

 On y découvre l'Australie de l'époque. 

L'auteur: Né en 1968 à Melbourne, Chris Womersley est considéré comme l'un des meilleurs jeunes écrivains australiens. Récompensé pour son 1er roman: "The low road", il a connu une véritablre consécration dans la presse et auprès du public pour les affligés, finaliste de tous les grands ^prix littéraires du pays ( extrait de la jaquette du livre).

Mon avis: Je pense que les lecteurs trouveront ce livre difficile, dur en émotions  mais, dès la première page, ils seront happés par cette histoire  sans même s'en apercevoir... et ne resteront pas indifférents la dernière page tournée!

Les affligés, Chris Womersley, traduit de l’anglais (Australie) par Valérie Malfoy, Albin Michel, mai 2012, 336 p., 20 euros

 

Maryse 17/09/2012 21:50


Merci Mireille pour ce précieux conseil d'actualité !


Moi je suis dans le passé avec mon kdo d'annif qui me donne le vertige... et de la hauteur !