Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chambre verte ou la chute de la maison Delorme de martine DESJARDINS

Quatrième de couverture: Quand une maison de famille révèle des secrets bien gardés...

         Soixante-sept serrures et une chambre forte verte où gisent les restes momifiés d'une femme serrant une brique entre ses dents. Ainsi se présente celle qui abrite les secrets de la famille Delorme depuis trois générations. Lasse de ces habitants négligents et cupides, la maison nous révèle, non sans une certaine jubilation, les vices cachés, pulsions meurtrières et rites cruels de cette tribu hors du commun.

        Du vaniteux patriarche Louis-Dollard au jeune héritier insoumis, en passant par de vieilles filles enivrées à l'extrait de vanille, tout est question d'intérêt. Jusqu'au jour où l'intrigante penny Sterling franchit la porte de l'auguste demeure...

Mon Avis: Une 4ème de couverture alléchante mais un roman qui m'a déçu.  J'ai bien aimé le fait que la narratrice de ce roman soit la maison et quelques passages sont drôles mais l'histoire est trop loufoque pour mon goût, les personnages sont exagérés ce qui est volontaire bien sûr mais ce n'est pas du tout crédible, et la pingrerie des personnages est extrême.

Il faut apprécier le burlesque et le fantastique pour lire ce roman.

 

Voir les commentaires

Pacifique de Stéphanie HOCHET

         Ce livre fait parti de la liste des 4 livres proposés pour le prix des Bibliothèques Pour Tous 2021.

        Voici le résumé/analyse  écrit par les bénévoles qui gèrent ce prix:

27 avril 1945. Isao Kaneda s’apprête à partir pour une mission suicide visant un navire ennemi. Honoré et fier de donner sa vie pour l’Empire, il adresse un hommage vibrant à sa grand-mère, issue d’une famille de samouraïs, qui l’a élevé selon les codes de loyauté du Japon ancestral. Tenaillé par une sourde angoisse à l’approche de sa mort imminente, il ne peut s’empêcher de douter de la valeur de son sacrifice au moment où la défaite s’annonce.
         Dans ce récit court mais dense, Stéphanie Hochet brosse le portrait du jeune homme, pétri de valeurs traditionnelles, habité par la beauté austère du théâtre Nô et formé aux arts martiaux. Par des phrases concises, ciselées, riches de multiples formes de poésie florale et de lyrisme guerrier, elle fait entrer son lecteur dans l’intimité du kamikaze qui se prépare au sacrifice ultime. Autour de la trame historique de la bataille du Pacifique, cet ouvrage livre une véritable réflexion culturelle et philosophique sur la force des traditions japonaises, le sens de l’honneur et le culte de l’Empereur, garant de l’intégrité nationale. L’émouvante force poétique du récit culmine dans un final d’une sérénité absolue. 

 

Voir les commentaires

La fièvre de Sébastien SPITZER

Livre proposé pour le prix des Bibliothécaires de l'association Culture et bibliothèques Pour Tous

            Memphis, juillet 1878 : un homme, blanc, meurt en pleine rue, victime d’un mal fulgurant. C’est le début d’une épidémie de fièvre jaune qui va très vite se répandre et décimer la population. Quatre personnages clés sont au cœur de la tragédie : une tenancière de maison close (Annie Cook), le dirigeant du journal local, proche du Ku Klux Klan, un ancien esclave noir et une petite métisse qui recherche désespérément son père.


            Inspiré d’une histoire dramatique et réelle, ce roman, passionnant et bien construit, se dévore ! Il y est question non seulement d’épidémie mais aussi de racisme : deux sujets d’une brûlante actualité. La brutalité des faits, la montée des périls, l’exode désespéré de la population dans une effroyable panique, les contradictions entre les nantis et les laissés-pour-compte, sont évoqués avec un grand réalisme dans un style très efficace. Passant d’un personnage à l’autre par petites touches, décrivant avec beaucoup de finesse et de justesse leur évolution, Sébastien Spitzer (Le coeur battant du monde) interroge les consciences, fait bouger les lignes, démontre que la nature humaine réserve parfois des surprises, que les "justes" ne sont pas toujours ceux sur lesquels on aurait parié et qu’une situation exceptionnelle peut faire naître des revirements inattendus dans un bon sens comme dans un mauvais. (Analyse de J.M. et M.-N.P. bénévoles et responsables du prix CBPT).

 

                Anne Cook, prostituée et infirmière dont le vrai nom est inconnu, aurait été une femme attirante d’origine allemande qui a grandi dans l’Ohio. Elle travaillait pour une famille du Kentucky, où on se souvenait d’elle pour avoir aidé les victimes pauvres de la variole. Après la guerre civile, Cook s’installe à Memphis et exploite Mansion House, un bordel haut de gamme sur Gayoso Street. En 1872, son bagnio était l’un des dix-huit dans la ville.

                Lorsque l’épidémie de fièvre jaune frappa Memphis en 1873, Cook congédia ses filles, ouvrit son élégante maison aux patients et les soigna de la fièvre. Elle répéta son acte de bienfaisance lors de l’épidémie plus dévastatrice de 1878, obtenant une réputation d’experte dans la prise en charge des victimes de la maladie. Deux de ses « détenues » ont suivi son exemple et se sont portées volontaires comme infirmières. Les articles de journaux ont attiré l’attention sur les sacrifices de Cook; même les « femmes chrétiennes de Louisville » ont salué sa générosité et l’exemple qu’elle a donné. Le 5 septembre 1878, Cook contracte la fièvre jaune. Elle est décédée le 11 septembre.

               L’Association Howard, une organisation de secours locale, a plus tard montré son respect en déplaçant sa tombe sur la parcelle de l’association dans le cimetière d’Elmwood. Dans l’appel de Memphis du 17 septembre 1878, elle fut saluée de façon victorienne comme une pécheresse convertie : « Par péché, la femme, dans toute la tendresse et la plénitude de sa féminité, fusionna, transfigurée et purifiée, deviendrait guérisseur. »

 

Voir les commentaires

Héritage de Miguel BONNEFOY

L'un des 4 livres proposés à la lecture pour les prix CBPT.

 

            En 1873, l’ancêtre de la famille Lonsonier quitte ses vignes du Jura où le phylloxéra a tout détruit. Le hasard le conduit à Santiago du Chili : il s’implante. Son fils Lazare s’enrôle volontairement pour la Grande Guerre, dont il rentre inexorablement meurtri. Sa petite-fille, une des premières femmes pilotes, s’engage à son tour dans la Seconde guerre avec la RAF. La France devient la terre d’accueil de son arrière-petit-fils quand il sort des geôles de Pinochet.

            Dans cette saga, courte mais efficace, Miguel Bonnefoy (Sucre noir), auteur franco-vénézuélien, revient sur le destin des Français exilés au Chili, ballottés entre deux cultures et profondément attachés à leurs racines. Quatre générations sont évoquées dans un élégant aller et retour entre passé et anticipation, soutenu à un rythme trépidant par une langue joyeuse, sans jamais égarer le lecteur. Les personnages sont poétiques et excentriques ; les femmes y sont indépendantes et entreprenantes, de la collectionneuse de volatiles andins à la pilote d’avion conceptrice de sa propre carlingue. Une épopée picaresque réjouissante, parfois sombre, d’une belle sensibilité qui nous emporte dans ce mélange de fantaisie magique et de réalisme propre à une frange de la littérature sudaméricaine.  Chronique des responsables de ce prix.

Voir les commentaires

La consolation de l'ange de Frederic LENOIR

 

       Une rencontre inopinée entre deux êtres totalement différents. Hugo a 20 ans et n'a plus envie de vivre, Blanche a plus de 90 ans et a toujours le même appétit de vivre. Ils se retrouvent tous deux dans la même chambre d'hôpital et vont s'installer dans un dialogue autour du sens de la vie...

      Le sens de la vie et ses valeurs, la mort et son acceptation, la liberté, la famille, l'amour, la religion et la spiritualité, le bonheur, la résilience ; tous ces thèmes sont abordés dans ces 200 pages dans un style simple et agréable. Le tout est associé à des extraits de Victor Hugo, notamment ceux dédiés à sa fille décédée à l'âge de 19 ans.

       Un livre qui se lit facilement et même si on n'adhère pas à toutes les idées lancées dans ce roman, on ne reste pas indifférent à cette histoire qui fait du bien!

      Je remercie Claire pour ce livre qui est un véritable cadeau.

Voir les commentaires

La part du Sarrazin de Magyd CHERFI

 

      L'auteur Magyd Cherfi est né à Toulouse de parents algériens. Il est chanteur dans le groupe Zedda. C'est dans un langage mixte que Magyd s'adresse à nous et dévoile sa vie. Sa prose reflète sa réussite au bac A5, tout en écrivant rebeu!  Un mélange qui passe bien et qui permet au lecteur de ne pas oublier qui est l'auteur.

      Après avoir écrit "la part du Gaulois" (que je vais devoir lire...) dans ce 2ème écrit Magyd Cherfi relate sa vie toulousaine avec sa famille, ses potes, son groupe musical, ses amours. Bien qu'il ait la volonté de rejeter ses origines algériennes, l'auteur démontre à quel point il est difficile pour un enfant issu de l'immigration de faire sa place et de devenir un "vrai français". ! Le poids de la religion et des représentations étant omniprésent....

       Un témoignage intéressant. Des sentiments contradictoires qui sont tellement bien décrits que nous les comprenons, voire nous compatissons.

      Un bon livre de chez Actes Sud à lire !

Voir les commentaires

L'invitation de Elizabeth DAY

 

        Ce sont plus de 300 invités qui répondent à l'invitation de Ben Fitzmaurice pour ses 40 ans. Tout le gratin britannique ainsi que les parasites sont là...

       Martin Gilmour, le meilleur ami d'enfance de Ben et son épouse Lucy sont présents. Martin est issu de la petite classe mais est un élève boursier brillant, il est mal dans sa peau et taiseux; alors que Ben est né dans une famille aristocratique richissime, il est sûr de lui et charismatique.

      Mais que s'est il passé durant cette soirée pour que Martin soit convoqué au commissariat trois semaines après cette fête???

      Des personnages antipathiques; une intrigue prenante qui repose sur des non-dits et des mensonges; des sentiments très complexes; des vérités qui tombent et font mal...

     Un thriller psychologique très bien construit sur fond de de lutte des classes, d'argent, de jalousies, d'amitiés et d'ambitions. Un jeu entre pouvoirs et séduction comme les anglais savent si bien le faire!

     Je n'en dirai pas davantage et vous conseille de ne pas lire la 4ème de couverture qui à mon avis, en dévoile trop.

Voir les commentaires

femmes sans merci de Camilla LACKBERG

 

 

         Un roman très court, 3 histoires de couples.

         Trois hommes: un directeur de presse qui trompe son épouse, un paysan qui maltraite sa femme et un comptable très violent ... 

         Leurs épouses respectives ne se connaissent pas, elles vont se rencontrer sur le net et vont agir comme un triangle diabolique, chacune ayant un alibi.

         Un procédé intéressant mais sans profondeur psychologique.

        Un thriller que tout homme devrait lire!!!

Voir les commentaires

Turner et ses ombres de Marie DEVOIS

 

 

       Merci Betty pour cette belle lecture!

       Un livre comme je les aime car il allie art et polar. Un polar bien mené car dès les premières pages, on est presque certain que c'est Paul Magnin qui a enlevé Camille, son épouse  car tout l'accuse et pourtant ...

      Camille se réveille, assise sur un lit, habillée différemment, sans montre et complètement shootée. Pourquoi est-elle dans cette pièce monacale? depuis combien de temps? Qui a intérêt de l'enlever?

      L'enquête est menée par le surintendant de Scotland Yard, ancien ami de Paul qui de son côté enquête pour la police française sur l'enlèvement de sa femme à Londres. Les deux policiers vont mener de front chacun leur enquête qui n'en fera qu'une lorsqu'ils découvriront que les "Plaies d'Egypte " sont en lien avec la disparition de Camille...

      Un peu compliqué à expliquer sans dévoiler cette histoire prenante dont j'ai adoré la 1ère de couverture!

       Bonne lecture!

 

Voir les commentaires

Les lendemains de Melissa Da Costa

 

       Ce roman qui nous emmène dans la nature et le renouveau.

       Amande vient de perdre son mari et le bébé qu'elle attendait. Elle choisit de se retirer dans une vieille maison perdue en pleine campagne, n'acceptant aucune visite. Ce sont les carnets de jardinage de la propriétaire qui vont l'aider à se reconstruire ainsi que l'amitié que va lui vouer Lucie.

       Un roman difficile dans les premières pages que l'on pourrait abandonner tant il fait mal, mais après avoir lu "Tout le bleu du ciel" on peut espérer une renaissance... Et rapidement on sent l'élan vers lequel Amande va être entraîner un peu malgré elle.

       Un roman qui nous montre que les choses les plus simples peuvent nous entraîner vers un état d'âme positif et être une aide pour une reconstruction.

      Encore beaucoup de sensibilité et de finesse pour ce 2ème roman.

 

Voir les commentaires