Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pensionnat des innocentes de Angela MARSONS

2004, cinq personnes ont creusé une fosse dans un champ pour y enterrer leur secret...

2014, une directrice d'ecole est retrouvée noyée dans sa baignoire...

Elle s'était intéressée aux fouilles archéologiques faites dans un champ près d'une maison d'enfants dans laquelle elle avait travaillé.

Un deuxième ancien employé de cette maison pour enfants est découvert assassiné alors que les détecteurs de matière ont décelé des zones suspectes près de la maison.

Kim Stone, fille de l'assistance publique est concernée par ce sujet et va s'acharner à découvrir le lien entre les deux meurtres et les ossements découverts lors des fouilles.

Un premier roman, un très bon thriller dont le sujet nous touche particulièrement.

Voir les commentaires

Le malheur du bas de Ines BAYARD

Un roman... Un récit de vie...?

Une écriture poignante où les mots sont crus, douloureux et horribles.

Marie est une jeune femme mariée, heureuse, elle s'investit dans sa banque où son travail est reconnu. Tout va bien jusqu'à cette soirée où, rentrant chez elle,  son vélo a été fracturé et son patron lui a proposé de la raccompagner chez elle... Mais c'est dans un parking souterrain qu'il va l'emmener,  l'agresser et la violer la menaçant de la renvoyer si elle parle.

Marie va s'enfoncer dans le non-dit et les mensonges jusqu'à une situation de non retour.

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce roman car pertinemment nous savons tous que ce n'est pas qu'un roman....

Une auteur à suivre car c'est son premier roman...

Voir les commentaires

La disparue de Saint Maur de Jean-Christophe PORTES

 

Résumé : Nous sommes en novembre 1791 et la Révolution redouble, surtout après la fuite manquée du roi à Varennes et la menace que fait peser l'armée des émigrés massée à la frontière allemande.. Plus que jamais la Nation est en danger... 

Victor Dauterive officier de la gendarmerie nationale est appelé à enquêter sur la disparition d'une jeune aristocrate dans la commune de Saint-Maur. le comportement étrange de la famille de la victime dérange le jeune enquêteur mais il doit abandonner l'affaire lorsque  le  marquis De La Fayette  l'envoie en Angleterre pour déjouer un complot.

Courant deux lièvres à la fois Victor n'aura de cesse de faire éclater la vérité et préserver son honneur dans cette période post révolutionnaire empreinte d'injustices, de violences et de complots de toutes sortes.


Mon avis : Un récit agréable à lire avec une écriture fluide et condensée. Deux enquêtes menées de front. L'auteur mélange les personnages historiques et les personnages de fiction dans ce Paris du XVIIIème et nous l'explique en fin de roman.

Victor, le personnage principal est attachant, naïf et idéaliste mais au fil de ses enquêtes son caractère évolue et ses illusions disparaissent. 

Un roman historique intéressant qui nous éclaire sur cette époque très trouble...

 

Voir les commentaires

Vivre près des tilleules de L'AJAR

 

Exrait: Cela faisait près de dix ans". C’est la première phrase du premier roman du collectif d’écrivains de l’AJAR (Association de jeunes auteur-e-s romandes et romands.

 

 

Ecrit à partir d'un journal intime fragmentaire de la romancière suisse Esther Montandon désormais disparue, Vivre près des tilleuls évoque la mort de sa fille Louise, âgée de quatre ans.
 
L’AJAR livre un premier roman "bouleversant", "épuré" et "bluffant", d’après l’avant-critique de Kerenn Elkaim parue dans le Livres Hebdo du 27 mai, qui explique que "c’est par la magie de ce texte inédit qu’on pénètre l’univers de cette femme écrivaine" dont "la voix résonne pour nous conter la difficulté d’enfanter".
 
L’Association de jeunes auteur-e-s romandes et romands s’est constituée le 28 janvier 2012 à Genève. Ses membres partagent un même désir : celui d’encourager et d’offrir une visibilité à la création littéraire par le biais de projets collectifs (lectures, rencontres et publications). Ils sont 18 à avoir contribué à l’écriture de ce premier roman.

L'histoire: Esther Montandon a perdu sa fille de 3 ans lors d'un terrible accident domestique. Ecrivain, elle n'a jamais écrit un mot sur sa douleur et sur son difficile travail de deuil. Vincent Konig est en charge d'archiver l'ensemble de ses documents et il va retrouver le récit des jours et des années qui suivront cet instant où tout bascule...

Mon avis: Un roman agréable à lire malgré la dureté du sujet:l a perte d'un enfant.

Ces jeunes écrivains relatent la vie avant, les souvenirs, les moments de bonheur mais aussi la vie après le drame: le manque, la solitude , la vie qui s'arrête.

Un roman qui ne tombe pas dans le pathos mais nous ébranle car la famille, le couple ne résistent pas à cette tragédie.
 

Voir les commentaires

Les bourgeois de Alice FERNEY

C'est une saga familiale qui s'étale sur 4 générations que nous propose Alice Ferney. La famille Bourgeois, dont le nom n'est pas innocent est une famille conservatrice et chrétienne.

Cette saga débute en 1900 avec Valentine et Jules Bourgeois, 8 enfants. La Grande guerre, un veuvage prématuré, 4 enfants survivants. Valentine aura 27 petits-enfants.
- 1920 : Mathilde et Henri Bourgeois, 10 enfants. La Drôle de guerre, un veuvage prématuré. Henri aura 40 petits-enfants.
- 1967 : la mort du patriarche.
et se termine en 2016 avec 4 survivants d'une fratrie de 10.

L'auteur retrace la vie de ce siècle et aborde de nombreux sujets:

  • Le mariage et la valeur que celui-ci avait;
  • Les droits des femmes et l'auteur se pose la question des avancées de ces droits, contraception, avortement.
  • L'évolution de la société avec Mai 68
  • Les privilèges acquis de la bourgeoisie du début 1900 auxquels les autres auront droit mais plus tardivement,
  • Le thème de la guerre, mondiale, Occupation, Indochine, Algérie
  • La barbarie avec la shoah, la torture, le terrorisme
  • La mort fin inévitable pour chaque être humain dans cette roue de la vie....

C'est au travers des joies, des drames, des traumatismes, des abandons, des échecs mais aussi des succès que l'auteur décrit la vie de cette famille pour laquelle la transmission, la fidélité et l'engagement sont les vraies valeurs de la famille.

 Un roman sociétal passionnant qui allie notre histoire et celle de cette famille.

Voir les commentaires

Entrez dans la danse de Jean TEULE

Nous sommes en juillet 1518 à Strasbourg. Les Turcs sont à la porte de la ville mais plus grave encore le peuple vit dans la crasse, la cruauté et meurt de faim. La misère conduit la population à tuer pour manger... des bébés bien sûr....

Et la folie s'empare du peuple qui se met à danser partout, nuit et jour.

La politique dit que le peulpe est pris de folie...

Les médecins parlent de maladie...

Les religieux accusent le diable....

C'est dans un langage cru que Teulé raconte cette histoire qui serait vraie !

Voir les commentaires

A chacun son rêve de Paul IVOIRE

C'est en écoutant l'émission de Gérard Collard que j'ai découvert ce petit bijou plein d'humour et de bonheur.

Un vrai livre d'été qui se lit en une fois! Bien sûr ce n'est pas du Proust comme le dit si bien G. Collard...

Un village de Bourgogne dans lequel 2 familles se livrent une guerre absurde ...

Xavier, SDF qui moyennant un petit gain propose de préparer des grilles de l'Euromillion aux clients d'un bar...

Syvain,  gagant de l'euro million qui veut faire partager son gain au SDF...

Cécile qui essaie de ne plus divorcer...

Hélène qui est entre 2 feux amoureux...

La découverte d'un site archéologique...

Bref de quoi s'amuser quelques heures...

 

 

Voir les commentaires

Bakhita de Véronique OLMI

Un récit tiré d'une histoire vraie dramatique, étonnante et poignante.

Bakhita est née au Darfour vers 1869. Enfant, elle est enlevée et vendue à des négriers musulmans, elle subit violences et soumissions. Marches forcées, coups, humiliations, tortures sont le monde des esclaves dans lequel Bakhita est entrée.

Après 6 années de malheur, elle sera achetée pour la 5ème fois. mais cette fois-ci par un italien, consul à Khartum qui sera son sauveur.

Bakhita a tout perdu, son nom, sa langue, son village, lui reste sa beauté ...   « Elle ne sait pas comment elle s'appelle. Elle ne sait pas dans quelle langue sont ses rêves. Elle se souvient de mots en arabe, en turc, en italien, et elle parle quelques dialectes. Plusieurs viennent du Soudan, un autre de Vénétie. Les gens disent : « un mélange ». » P 13

...et son incroyable volonté de vivre, son obstination à faire le bien.

Véronique OLMI relate avec talent la vie d’une esclave devenue une religieuse vénérée en Italie, canonisée en 2000.

 

TIRE de WIKIPEDIA: Issue d'une famille composée de quatre sœurs et de trois frères, elle n'a que cinq ans lorsque sa sœur Kishmet est enlevée sous ses yeux par des trafiquants d'esclaves  en 1874. À son tour, alors qu'elle avait près de 9 ans, elle est la victime de négriers  musulmans qui la vendent et la revendent plusieurs fois, sur les marchés d' El Obeid et de Khartoum, en lui infligeant de mauvais traitements. Le traumatisme est si grand qu'elle en oubliera son premier nom. C'est ainsi qu'on lui donne le nom de Bakhita, qui signifie « la chanceuse ».

Elle appartenait à un général turc qui lui avait fait subir de cruelles scarifications (tatouages) quand ce dernier décida de vendre toutes ses esclaves. Bakhita est alors acquise par le consul d' Italie à Khartoum, Calisto Legnani, en 1883.

Joséphine a 14 ans et sa vie change alors radicalement : « Le nouveau maître était assez bon et il se prit d'affection pour moi. Je n'eus plus de réprimandes, de coups, de châtiments, de sorte que, devant tout cela, j'hésitais encore à croire à tant de paix et de tranquillité ».

Béatifiée le 17 mai 1992, elle a été canonisée  par Jean-Paul II le 1er octobre 2000.

Le pape dira à cette occasion : « Cette sainte fille d'Afrique, montre qu'elle est véritablement une enfant de Dieu : l'amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire ».

Voir les commentaires

Les loyautés de Delphine DE VIGAN

Un roman à 4 voix incisif dans lequel de nombreux thèmes sont abordés: l'amour maternel entre Hélène et Théo, le couple, le divorce, la garde alternée, l'amitié entre Théo et Mathis, l'éducation à internet, l'alcool, la violence silencieuse, la solitude,  mais surtout les loyautés: fidélités à tenir ses engagements pris, respect des règles d'honneur.

Théo, en garde alternée entre 2 parents qui se haïssent, se débrouille comme il peut. Il ne sera pas sincère envers ses parents afin de protéger son père, dépressif au chômage.

Hélène, le professeur de Théo, qui a  été maltraitée dans son enfance et n'a pas eu d'enfant, s'inquiète à juste titre pour son élève Théo et voudrait l'aider .

Mathis, l'ami de Théo, qui tente de comprendre Théo. Pour cela il accepte de le suivre et de mentir à sa mère.

Cécile, la maman de Mathis, ne travaille pas et se dévoue à sa famille quand elle découvre le double jeu de son mari.

Et le professeur du collège privé qui n'a aucune pitié pour Théo car cet élève ne lui plaît pas...

Les personnages de Delphine De Vigan sont toujours très humains et attachants.

Un roman tout à fait d'actualité.

En voici les premières lignes:
Les loyautés.
Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres - aux morts comme aux vivants -, ce sont des promesses que nous avons murmurées et
dont nous ignorons l'écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d'ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires.
Ce sont les lois de l'enfance qui sommeillent à l'intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment. Nos ailes et nos carcans.
Ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves.

 

 

Voir les commentaires

Mille petits riens de Jodi PICOULT

 

Ruth est une sage-femme expérimentée âgée de 44 ans. Elle travaille dans le même service néo natal depuis plus de 20 ans.

Alors qu'elle s'occupe des jeunes mamans et des nourrissons, elle est accusée du meurtre d'un nourrisson. Ruth est la seule afro-américaine du service et la seule incriminée dans ce décès. Cet évènement va chambouler le cours de sa vie. Ruth va affronter cette accusation avec force et dignité.

Kennedy est l'avocate est de la partie civile. Elle va plaider favorablement car elle est convaincue de l'innocence de Ruth mais avec des yeux de" blanche". Grâce à ce procès, ses idées vont changer.

Turk, le père du bébé, suprémaciste blanc rempli de haine.

Cette histoire à 3 voix révèle les 1000 riens qui sont autant d'agressions racistes au quotidien pour les Afros-Américains.

L'auteur nous immerge dans la culture américaine contemporaine et ses vielles idées racistes qui sont encore et toujours véhiculées. Elle nous fait prendre conscience de la différence qu'il y a entre racisme et idées sur la couleur.

La lecture de ce roman est très agréable et se lit rapidement malgré ses 600 pages. Le sujet est prenant, les rebondissements sont bien venus et les réflexions nous interpellent.

Les personnages sont attachants, je mettrai un bémol sur l'odieux personnage de Turk mais qui, au dénouement du procès, comprend certaines choses...

Pour moi, ce roman est un coup de cœur !

L'auteure: Jodi Lynn Picoult est une romancière américaine née en 66.

Elle a étudié la création littéraire à l'Université de Princeton.
Elle a pratiqué divers métiers: rédacteur technique pour une société de courtage, rédactrice pour une agence de pub, éditrice de manuels scolaires et professeur d'anglais en primaire avant de poursuivre ses études en master en sciences de l'éducation à Harvard.
Ses romans, qui abordent des sujets de société brûlants, sont des best-sellers tant en Europe que dans son pays.

 

Voir les commentaires