Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina KHADRA

ce-que-le-jour.jpg 

 

 

 

                  

     

 

 

       Résumé: L'action se déroule en Algérie de 1930 à 1960.

Younes a 9 ans lorsque son père, paysan de père en fils, perd ses terres.

La famille part pour Oran où elle s'appauvrit de jour en jour. Le père doit se résoudre à confier son fils, Younes, à son frère pharmacien, marié à une française. Le couple est totalement intégré à la communauté pied-noir d'Oran.

Appelé Jonas par sa tante, le garçon s'émancipe au milieu de ses jeunes amis colons blancs, oubliant ses origines arabes.

Un jour, Emilie, jeune fille splendide, revient et va être convoitée par le groupe de jeunes ados; ils vont être pris entre la loyauté, l'égoïsme et l'amour tout cela sur fond de guerre d'indépendance.

La révolte algérienne va être très mal vécue par Younes qui voudra préserver l'amitié entre les 5 jeunes, l'amour de son oncle et de sa tante, mais il voudra également respecter les valeurs inculquées par son père (fierté, respect des ancêtres et des coutumes, respect de la parole données)....

Thèmes abordés:

L'Algérie coloniale de 1930 à 1960

La guerre d'Algérie pour l'indépendance

Le départ des "pieds-noirs" 

Mais aussi: l'amitié, l'amour, la misère, les valeurs etc...

J'ai aimé: Tout... l'écriture, le scénario, la véracité des faits...

J'aimerais.... voir le film d'Alexandre Arcady!

Ce que le jour doir à la nuit, Yasmina Khadra, Juillard, 2008, 413 pages.

Voir les commentaires

La chose qui ne pouvait pas exister de MOKA

la-chose-qui-ne-pouvait-exister.jpgAllez, je me relance dans la littérature jeunesse ....

Roman jeunsesse pour classes de 5ème/4ème.

        Résumé: Lucille se retrouve, plus ou moins contre son gré, embarquée dans un stage de voile, à bord du Bermuda. Jeremie, Romain, Floriane, Nadia, ses coéquipiers sont persuadés qu’elle est une « porte-poisse ».

En effet, plusieurs incidents surviennent au cours de ce stage : incendie, intoxication alimentaire.

Pendant ce temps, un monstre marin a surgi des profondeurs et dévore tout sur son passage.

Evidemment, il va rencontrer le Bermuda.

Mais nos héros sont courageux...

       Genre: Ce roman mêle aventure et fantastique. Les Personnages sont sympathiques, et on tremble pour eux.


Mon avis: C’est passionnant du début jusqu’à la fin... et d’une lecture aisée.

La chose qui ne pouvait pas exister, Moka, édition Ecole des loisirs, collection neuf, 1997, 162 pages.

Voir les commentaires

Sukkwan Island de David VANN

sukwand-island.jpg  

 

 

       

 

     200 000 exemplaires vendus en France ...

Et pourtant je conseillerais aux âmes sensibles de s'abstenir... alors que, vous savez bien que je lis des romans assez durs...

 

      Résumé: Jim, père divorcé, emmène son fils âgé de 13 ans dans une île sauvage du sud de l'Alaska dans laquelle ils vont vivre une année en autonomie totale. Après plusieurs échecs personnels,  il espère ainsi se rappocher de son fils et repartir sur une vie plus équilibrée.

Mais le père, assez inconséquent et irresponsable, n'a absolument pas prévu cet isolement total, l'île est accessible uniquement par bateau ou par hydravion. 

Il pense pourvoir se nourrir sur place, il pense que la météo sera plus clémente et n'emporte pas suffisamment de vêtements chauds, pas assez d'essence pour leur petit bateau gonflable, il oublie également la présence des ours.. etc...etc...

Bref, au bout de quelques mois, c'est l'horreur, la situation devient inespérée et s'en suit un suicide affreusement décrit avec le transport du corps qui est encore plus insoutenable ...

 

      Mon avis: Au départ, on pense lire une expérience initiatique entre le père et son fils et ce huit-clos sauvage pourrait être très intéressant mais on tombe vite dans l'horreur aussi bien dans le scénario que dans le style d'écriture dont le vocabulaire descriptif est très cru.

Celui qui meurt n'est pas celui que nous préssentons, le responsable est vraiment "infect" et je modère mes mots...

      J'ai aimé: Le tout début.

     Je n'ai pas aimé cette histoire qui malheureusement restera bien  ancrée!

Sukkwan Island, David Vann,traduit de l'américain par Laura Derajinski, éditions Gallmeister, poche Folio 2012, 231 pages.

Voir les commentaires

Les affligés de Chris WOMERSLEY

les-affliges.jpg 

 

 

                

 

 

 

    Voici mon 1er roman choisi un peu, beaucoup... au hasard parmi les quelques 600 romans de la rentrée littéraire 2012! Et je peux assurer que j'ai fait "bonne pioche"!

Résumé: Ce roman se déroule à la fin de la 1ère guerre mondiale; Quinn revient du nord-est de la France, 10 ans après avoir quitté son pays natal: l'Australie.

Il retrouve son pays ravagé par la grippe espagnole alors que de son côté Quinn est ravagé par la guerre: défiguré, quasiment sourd et souffrant des inhalations de gaz moutarde.

S'il revient c'est surtout pour s'acquitter du meurtre dont on l'accuse. Quinn connait le meutrier et veut faire justice. Il veut aussi retrouver sa mère qu'il va secrètement, accompagner vers sa mort.

Dans sa quête, une petite fille mystérieuse, qui en sait plus qu'il ne semble,  va l'aider et surtout l'inciter à se venger...

Analyse: Le titre de ce roman est bien choisi car il évoque les personnages torturés par les pires souffrances. L'auteur alterne le présent de l'histoire, 1919 et la période du meurtre 1909. Il nous entraîne dans une ambiance lourde voire étouffante dans laquelle il est question de guerre, de vie et de mort, de deuil,  de famille, de maladie, de vengeance mais aussi d'espoir et d'amour.

 On y découvre l'Australie de l'époque. 

L'auteur: Né en 1968 à Melbourne, Chris Womersley est considéré comme l'un des meilleurs jeunes écrivains australiens. Récompensé pour son 1er roman: "The low road", il a connu une véritablre consécration dans la presse et auprès du public pour les affligés, finaliste de tous les grands ^prix littéraires du pays ( extrait de la jaquette du livre).

Mon avis: Je pense que les lecteurs trouveront ce livre difficile, dur en émotions  mais, dès la première page, ils seront happés par cette histoire  sans même s'en apercevoir... et ne resteront pas indifférents la dernière page tournée!

Les affligés, Chris Womersley, traduit de l’anglais (Australie) par Valérie Malfoy, Albin Michel, mai 2012, 336 p., 20 euros

 

Voir les commentaires

"Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" Jonas JONASSON

 
 
vieux-qui.jpg
          Le jour de ses 100 ans, Allan s'enfuit de la maison de repos qui l'a accueilli, ignorant tous les notables de la ville présents en son honneur... 
Il rejoint la gare routière en charentaises et part avec une valise qu'un jeune loubar lui a confiée.
Descendu du car, il ouvre la valise, espérant y trouver des chaussures... mais c'est tout autre chose qu'il va découvrir....
Ainsi débute une belle poursuite entre Allan, la police et les malfrats qui voudraient récupérer la valise ou du moins son contenu !
Un évènement en entraînant un autre, une cavale infernale à travers la Suède commence accompagnée d'un voyage historique qui retrace des faits importants du siècle dernier.
En effet tout au long du XXème siècle, Allan a été mèlé à des évènements incroyables et d'autant plus cocasses que rien ne lui est arrivé volontairement! 
         J'ai bien aimé le style et l'humour de ce roman et, bien que les situations soient toujours assez loufoques,  j'ai souri intérieurement assez souvent.
         Ce roman est un 1er écrit et sera adapté au cinéma (et je suis curieuse de voir!).

Voir les commentaires

"Ulysse from Bagdad" de E.E. SCHMITT

    "Je m'appelle Saad Sadd, ce qui signifie en arabe Espoir, Espoir

et en anglais Triste Triste"

 

Ulysse from bagdad

 Résumé: Saad Saad est un jeune irakien qui ne veut plus vivre dans son pays. Le régime de Sadam Hussein est terrible, le pays est dévasté par l'embargo suivi de la guerre, les attentats fleurissent autour de lui. Dans ce voyage semé d'embuches, le jeune homme va traverser plusieurs pays.

 

L'auteur met ainsi en avant 2 sujets graves: la guerre et l'immigration clandestine.   Comme à son habitude, l'auteur nous fait partager ses réflexions sur les hommes d'aujourd'hui en temps de guerre ainsi que sur nous, occidentaux face à la misère des autres. Il le fait en douceur en nous sensibilisant sans brutalité.

Pourquoi ce titre ?

"Prenant à rebours Homère, puisque la guerre a lieu en Ithaque/Bagdad, l’auteur respecte certaines des étapes du voyage d’Ulysse, notamment la trêve amoureuse auprès de Nausicaa, représentée dans le roman par une jeune femme italienne, amoureuse de Saad et généreuse. La magie est aussi partie prenante de l’intrigue : avec la figure du fantôme du père en mentor, et la réapparition inattendue de certains personnage."   (extrait d'un article de blogueur)

 Extrait:

" L'homme lutte contre la peur mais, contrairement à ce qu'on répète toujours, cette peur n'est pas celle de la mort, car la peur de la mort, tout le monde ne l'éprouve pas, certains n'ayant aucune imagination, d'autres se croyant immortels, d'autres encore espérant des rencontres merveilleuses après leur trépas.

La seule peur universelle, la peur unique, celle qui conduit toutes nos pensées, c'est la peur de n' être rien. Parce que chaque individu a éprouvé ceci, ne fût-ce qu'une seonde au cours d'une journée: se rendre compte que, par nature, ne lui appartient aucune des identités qui le définissent, qu'il aurait pu ne pas être doté de ce qui le caractérise, qu'il s'en est fallu d'un cheveu qu'il naisse ailleurs, apprenne une autre langue, reçoive une éducation religieuse différente, qu'on l'élève dans une autre culture, qu'on l'instruise dans une aure idéologie, avec d'autres parents, d'autres tuteurs, d'autres modèles. Vertige!

Moi, le clandestin, je rappelai tout cela....  "

Cet extrait me parle beaucoup... les peurs qui engendrent nos angoisses, notre agressivité, nos silences... la France, ce pays qui est le mien avec toute la chance que cela comporte.....   

A lire également:

"Le cycle de l'invisible avec Milatera, Mr Ibrahim et les fleurs du Coran - Oscar et la dame en rose - L'enfant de Noé

La part de l'autre - Odette toulemonde - La rêveuse d'Ostende

 

 

Voir les commentaires

"Le cri de la mouette" de Emmanuelle LABORIT

cri-de-la-mouette.jpg   

       Le cri de la mouette est un roman biographique d'Emmanuelle laborit avec la collaboration de Marie-Thérèse Cuny, paru en septembre 1994 chez l'éditeur Robert Laffond dans la collection vécu.

 

      La comédienne, sourde de naissance, retrace ses souvenirs d'enfance, son apprentissage de la langue des signes, son adolescence, période éprouvante où elle essaye de forger sa propre personnalité, aidée par sa sœur.Le cri de la mouette est le style de cri que pousse Emmanuelle pour tenter de se faire entendre et comprendre car son handicap sera découvert assez tardivement..

      C 'est grace à son père qui va l"emmener aux etats Unis que l'auteur va accéder à l'apprentissage du langage des signes. Le monde s'ouvre enfin à elle!

      Mais l'adolescence va être difficile, constater que les sourds font partie d'un monde à part la révolte. Elle se replie et bascule vers des expériences assez risquées (alcool, boisson, vol, amour). Heureusement, elle se reprend et passe son bac.

      Grace au théâtre elle lutte pour faire reconnaître les droits des sourds.Elle remporte le prix Molière en 1993 pour  "Les enfants du silence".

 

      Ce témoignage d'une jeune fille qui a 22 ans a déjà découvert le désespoir, le rejet, la solitude, le doute mais aussi le bonheur, l'entraide et la gloire est encore une belle leçon de vie!

      Voici un petit extrait sur le thème de l'adolescence:

"L'adolescence est terrible pour certains jeunes. Sourds ou pas. Il y a ceux qui naviguent à l'aise entre treize et dix-huit ans, sans problème, ceux qui se trompent de sillage, ceux qui foncent dans la tempête, comme moi, ceux qui n'en reviennent jamais, et ceux qui attrapent un jour une bouée, pour sortir la tête de l'eau. Ca dépend de tellement de paramètres: éducation, caractère, amour, milieu. L'adolescence est une alchimie compliquée. On cherche la pierre philosophale comme si elle existait."

     Bon à savoir!

Voici 2 autres extraits que je trouve intéressants.

"L'histoire des sourds est une longue histoire de combat. Quand, en 1620, un moine espagnol a inventé les rudiments de la langue des signes, que l'abbé de L'epée l'a développée plus tard, ils ne se doutaient pas que le formidable espoir qu'ils avaient donné au monde des sourds allait s'éteindre brutalement. L'abbé avait fondé un institut spécialisé dans l'éducation des sourds.

Au XVIII ème siècle, sa renommée fut si grande, que le roi Louis XVI vint admirer son enseignement. C'était une révolution, tout le monde s'y intéressait.

Au, XIXème , c'est l'interdit officiel. La "mimique" ainsi qu'on l'appelle, doit disparaître des écoles. Refusée, parce que indécente et empêchant soi-disant les sourds de parler! Ecartée parce que cataloguée comme  "langue des singes".

On a ainsi obligé les enfants à articuler des sons qu'ils n'avaient jamais entendus et n'entendraient jamais. On a fait d'eux des sous-développés. Médecins, éducateurs, Eglises, le monde des entendants s'est uni avec une violence incroyable contre nous. Seule la parole était reine.

Il a fallu attendre le décret de janvier 1991 pour que l'interdiction soit levée. Pour que les parents aient le choix du bilinguisme pour leurs enfants. Un choix important, car il permet à l'enfant sourd d'avoir sa propre langue, de se développer psychologiquement, et aussi de communiquer en français oral ou écrit avec les autres. Il s'était écoulé un siècle...." extrait pages 187 et 188.

Le principe du décret  de 1991 a été renforcé par le décret du 3 mai 2006 relatif au libre choix du mode de communication. (Source Wikipédia)

 

 

 

Voir les commentaires

"Prodigieuses créatures"' de Tracy CHEVALIER

 

prodigieueses-creatures.pngC'est à l'occasion de la visite d'un tout petit musée des fossiles à Tourtour que Maryse, amie marseillaise, m'a parlé de ce livre .... Je lui laisse la main....

  Bonjour,

     C'est un livre qui parle de l'amitié entre deux femmes de classe sociale différente vers 1810.

 La première est une aristocrate désargentée qui va vivre avec ses 2 soeurs dans une petite ville anglaise dans le Dorset.

 La deuxième est une jeune fille pauvre passionnée de fossiles dont regorge la plage de Lyme Régis.

L'aînée aidera sa cadette à entrer dans ce monde  scientifques réservés aux hommes qui acceptent mal qu'une femme, de petite naissance de surcroit, puisse en savoir plus qu'eux.

Les fossiles font peur car ils parlent d'un temps révolu.

Est-ce concevable ? L'amitié est là pour aider à vivre et faire des découvertes sur la création du monde.

C'est un livre sur une histoire réelle où il y a peu d'intrigue, mais où la vie est bien présente dans tous ces aspects : société , moeurs, sentiments humains, rivalités et Passion.

 

 

Voir les commentaires

"L'inconnu de Birobidjan" de Marek HALTER

inconnue-de-birobidjan.jpgDu kremlin au Birobidjan, du goulag aux prisons du KGB, du théâtre yiddish à Broadway, Marek Halter nous fait découvrir la vie tumultueuse de Marina Andréiva ou Maria Aron qui a 19 ans en 1932.

1950 - New York : Après Orson Wells et Arthur Miller, Mc Carthy et son équipe interroge une certaine Maria Aron accusée d'être entrée en Amérique avec un faux passport et d'avoir espionné pour le compte de l'URSS.

Pendant 4 jours, nous assistons au procès de cette jeune comédienne qui crie son innocence et attaque le système maccarthyste de l'époque.

Nous évoluons dans la deuxième guerre mondiale et son après guerre (1932-1945 et 1950) par le biais du récit de Marina et de flash back de façon très agréable et très claire. L'écriture est très belle.

 Les thèmes abordés sont multiples:

- La période extrèmement trouble de la deuxième guerre mondiale aux Etats Unis et en Russie

- le peuple juif  ses rites et sa richesse intellectuelle

- la domination de Staline sur les juifs mais aussi sur son peuple 

- le théâtre,

- la justice et l'injustice,

- le maccarthysmes (chasse aux communistes)

En fin de roman, une carte ainsi que quelques repères historiques nous aide à éclaircir cette période très sombre et mal connue.

Voir les commentaires

"Chemins d'errance" de Sophie DAOUT

chemins-d-errance.png

 

Mère de deux enfants, Sophie Daout se retrouve désenfantée...

Avec beaucoup de simplicité, Sophie Daout nous confie sa vie familiale avec tous ses malheurs et tous ses esppoirs.

Dans ce récit biographique au style concis et simple, elle fait alterner les textes échangés entre elle et Lionel, son fils et ses réflexions et analyses qui en découlent.

Elle met en partage ses sentiments qui ne sont qu'affectivité, amour, confiance, espoir et déception.

Je ne ressors pas indemme de cette lecture mais riche de l'expérience de cette maman courageuse...

Elle dit elle-même: "Moi, courageuse? Pas du tout! Mais je n'ai pas le choix! Je veux donner du sens aux jours qu'il me reste à vivre. Je veux m'émerveiller encore, je veux pouvoir rire et pleurer, je veux pouvoir entendre la souffrance de l'autre, je veux me blottir dans la tendresse de mes amis... Je veux que vous soyez fiers de moi, mes fils."

C'est beau et tellement vrai. 

 

 

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 75 > >>