Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2eme guerre mondiale

La revanche des orages de Sébastien SPITZER

      Un récit tiré d'un fait réel: Le largage de la bombe nucléaire sur Hiroshima.

      En décembre 1955, le major Eatherly pilote vétéran de l'armée de l'air est enfermé en hôpital psychiatrique car il entend des voix, notamment celle d'Hanaé, jeune victime de la bombe.

      Le récit oscille entre l'été 1945 et 1955. En1945, Eatherly et ses hommes s'entraînent dans le pacifique avec un "gadget" qui n'est autre que la bombe atomique mais cela ils l'ignorent....

      La femme de Eartherly va l'idôlatrer, mais il va se rendre compte des conséquences de son geste et le remord va le détruire. La médecine de cette époque va tenter de détruire  les voix qu'il entend par électrochocs car il est dérangeant....

      Un récit qui bouscule car il met en avant un homme ordinaire qui sera considéré comme un héros malgré lui.

      Un roman historique,  roman d'amour,   un roman sur l'utilité d'un acte qui a changé la face du monde.

      Une très belle écriture .

 

Voir les commentaires

Partie Italienne de Antoine CHOPLIN

 

4ème de couverture: Gaspar est un artiste reconnu et sollicité. Pourtant, en ce début de printemps, il ne rêve que de quitter Paris et s'installer Campo de'Fiori, à Rome. Là, à une terrasse de café, devant un jeu d'échecs, il joue contre des amateurs de passage et savoure la beauté des jours.
Un matin, une femme s'installe à sa table pour une partie. Elle s'avère être une adversaire redoutable et gagne très vite. Elle s'appelle Marya, vient de Hongrie. L'histoire entre eux naît sur l'échiquier, avant de se déployer ailleurs, singulière et douce.
Partie italienne, nouveau roman d'Antoine Choplin, ne défend aucune cause, ne prend aucun parti, excepté celui de la puissance de la Mémoire.

Mon avis: Un roman très différent des précédents romans de cet auteur, celui-ci est "léger". C'est l'histoire simple d'une rencontre amoureuse à la terrasse d'un café. Un roman sensuel, bien écrit et agréable à lire

Voir les commentaires

Une ascension de Stefan HERTMANS

 

 

            En 1979, à Gand, l'auteur fait l'acquisition d'une grande bâtisse dont il est tombé amoureux lors d'une promenade. 

           Après avoir vécu plusieurs années dans ce lieu, il s'en sépare et découvre bien plus tard l'histoire de ses anciens occupants. Il s'agit de Willem Werhulst et de sa famille. Cet homme au regard borgne, moqué durant sa jeunesse va tomber dans un excès de nationalisme rêvant d'une Flandre germanique.

          Dans ce roman-récit historique documenté, l'auteur raconte les années de l'occupation allemande, la guerre et les convictions de Willem. Collaborateur sans scrupule, il rendit beaucoup de "services" et fit une "carrière" d'espion, établissant des listes de juifs, de Francs-maçons etc. Sans état d'âme, il trompe sa femme et la tient en dehors de ses activités . Femme protestante pieuse, soumise et consentante, elle est fidèle à son devoir de mère et d'épouse. D'origine juive, elle est totalement à l'opposé de son mari, elle est pacifiste et malgré ses idées, elle soutient son mari. Cependant, elle porte assistance à toutes les personnes de croyances, d'opinions et d'origines différentes. Leurs trois enfants seront marqués par le personnage ambigu qu'est leur père et par la violence de cette guerre.

           C'est à partir de documents, de témoignages et de courriers que Stefan Hertsman retrace la vie de ces personnages. Un pan de l'histoire à découvrir ou re-découvrir.

Voir les commentaires

Reine de cœur de Akira MIZUBAYASHI

   

         Alors que Jun est épris de la jeune Anna "sa Reine de cœur"! Il est obligé de rentrer au pays: le Japon, malgré son cursus étudiant au conservatoire de musique de Paris.

         La guerre sino-japonaise sera telle que les deux amants ne se reverront jamais.

         Quelques années plus tard, la jeune Mizumé, altiste parisienne, découvre le journal de ses grands -parents et se lance dans la recherche de la vérité...

        Musique, amour, transmission mais également violence, cruauté de la guerre, exploitation des hommes, destins brisés par la guerre sont les thèmes abordés avec beaucoup de finesse par l'auteur qui amoureux de la langue française, écrit dans un  français remarquable.

        Un roman tout aussi prenant que "Âme brisée' qui se lit avec beaucoup d'émotions sur fond musical.

Voir les commentaires

Les orchidées rouges de Shanghai de Juliette Morillot

 

Min Sangmi a 14 ans lorsqu'elle est enlevée à la sortie de l'école par des soldats japonais. Nous sommes en Corée en 1937 en pleine expansion japonaise  (le japon a envahit la Corée en 1910). Sangmi va être enrôlée de force pour travailler dans les "maisons de réconfort" qui suivent l'armée japonaise tout au long de son avancée. L'auteure a rencontré une survivante en 1995 et a bâti son roman à partir de son témoignage ainsi que ceux de soldats japonais qu'elle a pu interroger.

Sangmi va être déportée en Mandchourie puis continuer son périple à travers  la Chine, la Malaisie pour finir à Hiroshima, un plan permet de suivre son parcours. C'est grâce à une force de caractère très forte et à sa connaissance de plusieurs langues étrangères qu'elle va tenir le coup.  On découvre au fil du roman que les japonais, comme les nazis, avaient eux aussi leurs camps de concentration dans lesquels ils faisaient des expériences sur les prisonniers.

Malgré l'horreur du récit l'auteure arrive à faire preuve d'un peu de poésie en effet les paysages sont très bien décrits on pourrait presque sentir les odeurs et voir les couleurs des fleurs. J'ai découvert grâce à ce roman une partie de l'histoire de la seconde guerre mondiale que je ne connaissais pas, il est divisé en quatre grandes périodes et se lit facilement. Je l'ai dévoré. Très bonne surprise.

 

Voir les commentaires

Berlin requiem de Xavier-Marie BONNOT

 

       Une biographie romancée dans laquelle Xavier-Marie Bonnot mêle la vie du chef d'orchestre Wilhem Furtwängler à celles d'une cantatrice et son fils, tous trois sont issus de familles juives.

      Reconnu comme un des plus grands chefs d'orchestre, Wilhem Furtwängler (1886-1954) resta à la tête de l'orchestre philarmonique de Berlin sous le IIIème Reich et ce malgré la fuite de ses amis musiciens vers l'étranger. Bien qu'il fut antinazi, il voulut protéger les musiciens juifs de son orchestre et se compromit par protection mais aussi par naïveté et orgueil. Il pensait que Politique et Musique étaient deux choses bien différentes.

     Il fut jugé à la fin de la guerre et innocenté mais ne fut jamais vraiment réhabilité malgré le soutien de musiciens de renom.

     Le portrait de ce chef d'orchestre au tempérament compliqué est bien mené et est renforcé par les deux personnages fictifs qui entourent le chef d'orchestre. Christa, cantatrice célèbre, est arrêtée par la gestapo, revenue du camp de Birkenau, elle errera dans son appartement parisien, la vie de ce personnage démontre le climat de cette époque . Tandis que son fils rejoint la résistance et deviendra un grand chef d'orchestre, ce personnage montre les exigences du travail de musicien.

      Le roman se termine sur la rencontre intéressante entre Wilhem et "son remplaçant".

      L'auteur met en avant le rôle et le pouvoir de la musique.

 

Wilhem Furtwängler à la direction de l'Orchestre Philarmonique de Berlin

Voir les commentaires

Miarka de Antoine de MEAUX

       J'avais beaucoup aimé "Une vie" de Simone Weil, une femme que j'admire. Aussi lorsque "Miarka" m'est tombé dans les mains, c'est avec plaisir, curiosité et intérêt que j'ai découvert la vie de Denise Jacob, la soeur de Simone Weil.

      Si Simone a été arrêtée et déportée avec ses parents en tant que juive, Denise a été arrêtée en tant que agent de liaison à Lyon sous le nom de Miarka. Soumise à la torture, elle a été déportée dans le camp de Ravensbrück puis Mauthausen. Ces 2 conditions d'arrestation ont fait la différence entre les 2 soeurs. L'une victime de la shoah, l'autre de la résistance.

      Antoine de Meaux retrace dans ce roman biographique l'histoire de Miarka. Il s'appuie sur des archives, sa correspondance avec Denise qu'il connaissait très bien, ses écrits ainsi que les carnets de André Jacob, le père de Denise.

     C'est un superbe hommage qu'il nous livre, d'une femme d'exception passée sous silence.

Voir les commentaires

Le garçon au sommet de la montagne de John BOYNE

   

         Pierrot Fischer vit à Paris entre 2 parents de nationalités différentes. Au décès de ses parents, Pierrot est placé dans un orphelinat où il sympathise avec un garçon juif. Puis une tante est retrouvée et accepte de recueillir ce jeune garçon. C'est dans la résidence de Berghof en haut d'une montagne que la tante est gouvernante. Le propriétaire qui n'est autre que Hitler, celui-ci a accepté d'héberger cet enfant.

        Pierrot devient Pieter. Un véritable lavage de cerveau va le transformer. D'enfant calme, gentil, obéissant il devient sous l'influence de Hitler un enfant autoritaire, méchant voir monstrueux. La transformation du caractère de l'enfant est impressionnante.

        Cette histoire montre le pouvoir de Hitler sur les garçons encore malléables dans leur plus jeune âge et la naissance de la jeunesse hitlérienne.

       Le thème de l'endoctrinement qu'il soit nazi ou autre est très bien illustré.

 

 

Voir les commentaires

Les danseurs de l'Aube de Marie CHARREL

         Marie Charrel nous conte l'histoire de Sylvin et Maria Rubinstein danseurs de flamenco . Ils ont parcouru le monde de Varsovie à Berlin en passant par New York, pendant qu'ils dansaient le monde s'apprêtait à s'entre tuer... Ils espéraient continuer la danse malgré la fureur nazie mais la barbarie humaine en décidera autrement. Après l'assassinat de sa soeur jumelle par les nazis, ce danseur androgyne de flamenco portera les costumes de sa soeur pour la faire revivre et évoluera sur les grandes scènes du monde avant de devenir un tueur de nazis.

        Parallèlement à l'histoire de ces deux danseurs, l'auteur raconte l'histoire de Lukas et Iva, à Hambourg en 2017. Tous deux fuient leur passé en parcourant l'Europe de l'Est. Leur flamenco est très apprécié mais les deux danseurs vont se confronter à la violence des hommes et leur intolérance. 

        Avec presque un siècle d'écart, Marie Charrel retrace les destins d'artistes épris de liberté, prêts à se battre pour défendre leurs identités.

       Une écriture superbe, des gitans attachants, des pas de danse envoutants, une liberté des gestes dans une époque incertaine.

 

 

 

 

 

                   Sylvin et Dolores

     

        Extrait de wikipédia: Sylvin Rubinstein (1914 à Moscou – 30 avril 2011 à Hambourg) était un danseur et travesti juif-russe, membre de la résistance au nazisme pendant la seconde guerre mondiale.

 Il quitte la Russie pour la Pologne avec sa mère et sa sœur jumelle Maria, lorsque son père aristocrate est exécuté par les bolcheviks.  Sylvin et Maria gagnaient de l’argent en dansant sur le marché de la ville.  À l’adolescence, ils dansaient professionnellement, comme un numéro de flamenco présenté comme Imperio y Dolores.  En tant qu’Imperio et Dolores, ils ont été en tête d’affiche dans des music-halls à travers l’Europe, ainsi qu’à New York et en Australie. 

Après la guerre, Rubinstein retourne à la danse. [3] « Devenir Dolores était ma façon de faire face à la mort de ma sœur jumelle... seul un jumeau peut comprendre à quel point c’était horrible. C’était comme être déchiré en deux. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elle. » Dans l’Allemagne occupée par les Alliés, Rubinstein a témoigné au nom du major Werner devant un conseil d’administration américain pour gagner sa liberté.

Rubinstein, sous son apparence féminine en tant que Dolores, est devenu un artiste majeur du music-hall dans les années 1950. Mais l’âge avancé et l’évolution des goûts ont fait des ravages.

Sylvin Rubinstein est décédé le 30 avril 2011, alors qu’il vivait dans un appartement dans le quartier portuaire de Hambourg. Un documentaire, Er tanzte das Leben (Danser sa vie), a été réalisé sur l’histoire de sa vie.

 

Voir les commentaires

Le parlement des cigognes de Valère STARASELSKI

   

            Katell, David, Zahia  et Théo font partie d'un groupe d'étudiants en stage à Cracovie. Plus curieux que les autres, ils partent visiter la ville, ce qui permet de belles descriptions de cette ville.

           Leur désir d'apprendre et de comprendre les mène dans le quartier juif avec quelques explications du vécu de ses rues. Zahia intéressée par la culture emmène le groupe au musée d'art où ils rencontrent un vieil homme assis, immobile devant le tableau: "Le Parlement des cigognes". Venu exprès à Cracovie pour contempler ce tableau, Zygmunt va partager son passé avec ces jeunes curieux et intéressés.

          Il raconte sa fuite, les camps le ghetto et un fait peut être moins connu: ce sont les griefs et les dénonciations des paysans polonais vers leurs compatriotes juifs.

          Un petit roman passionnant qui en quelques 100 pages  décrit la ville de Cracovie sous la neige, le caractère et l'intérêt de 4 étudiants, l'histoire de la Pologne sous la 2ème guerre mondiale, la force incroyable et la volonté de vivre d'un jeune homme (à l'époque) juif et l'attitude des polonais durant cette guerre.

         Ainsi que le titre du livre assez singulier qui trouve son explication dans les confidences d'un vieux monsieur...

 

Voir les commentaires

1 2 > >>