Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

amour

L'âge de la lumière de Whitney SCHARER

    Une fois de plus, attirée par la 1ère de couverture,, la 4ème m'a convaincue de découvrir ce livre et le personnage de Lee MILLER.

   Une lecture prenante et intéressante sur cette artiste née en 1917 aux USA, ex-mannequin, devenue photographe et correspondante de guerre.

  Nous sommes à l'époque des surréalistes. alors que Lee Miller arrive seule à Paris avec le vieil appareil photo que lui a donné son père, lui-même passionné de photographie. Elle rencontre par hasard Man Ray, photographe de renom. Elle devient son assistante, son modèle mais aussi sa maîtresse. Sous le regard positif et encourageant de Man Ray, Lee se lance dans l'art photographique. Elle photographie des scènes de rues, des détails, des objets qu'elle place dans des situations insolites. Par hasard, en développant ses négatifs, elle découvre une nouvelle technique: la solarisation que l'on peut voir sur la 1ère de couverture. Man Ray s'accaparera de cette découverte laissant Lee dans son ombre.

  Ce récit relate la vie de Lee Miller depuis son arrivée à Paris jusque ses derniers jours, ce récit est entrecoupé de ses ressentis en tant que correspondante de guerre et de ses témoignages ( libération du camp de Dachau).

 L'auteur dévoile et justifie les attitudes de Lee, une très belle femme, intelligente, créatrice mais marquée par un inceste subit à l'âge de 7 ans.

 Une belle histoire d'amour-passion, douloureuse, créatrice mais aussi destructrice pour Lee. Elle aura beaucoup de difficultés à affirmer son art à côté d'un homme possessif, jaloux et narcissique.

  Les thèmes abordés sont la reconnaissance de la femme, l'ambiance dans les milieux artistiques des années 30, la libération, l'amour, la photographie bien sûr...

   Je vous laisse découvrir les œuvres de cette artiste méconnue (sur le net).

Lee MILLER

 

Lee MILLER et Man RAY
Lee MILLER

 

Lee MILLER solarisée

 

Voir les commentaires

Nos vies désaccordées de Gaëlle JOSSE

François Vallier est un pianiste de renommée internationale. Il parcourt le monde, son agent s'occupe de tout y compris de son site internet. Un jour, François tombe sur le commentaire de Philippe. Celui-ci est infirmier psychiatrique, il a découvert François grâce à une patiente qui écoute en boucle Schumann.

François interrompt tous ses contrats et se précipite vers l'amour de sa vie, Sophie, qu'il a perdu depuis 3 ans.

Sophie est une jeune femme fragile, sensible, peintre de renom. Sophie ne parle plus depuis 3 ans. Va-t-elle répondre aux demandes de François? Un François qui se dévoile, qui avoue ses fautes ce qui permet au lecteur de découvrir ou de deviner ou d'interpréter les raisons de leur séparation.

Gaëlle Josse ne livre pas toute l'histoire, une belle histoire d'amour dans laquelle la musique est omniprésente.

Une belle lecture!

Voir les commentaires

Le gang des rêves de Luca Di Fulvo

1909, Cetta est une jeune italienne de 15 ans, elle arrive à New York avec son bébé issu d'un viol. Rebaptisé Christmas en franchissant Ellis Island, ce petit garçon va grandir au milieu des lois de la jungle de Manhattan. Quant à Cetta, son rêve d'Amérique va vite s'éteindre, elle va se prostituer pour élever son fils.

1920, c'est l'époque du cinéma parlant et de la radio mais aussi celle des gangsters et de la mafia qui dictent la loi des quartiers pauvres...

Un roman page-turner qui nous transporte dans les bas fonds de Manhattan où se mêlent ségrégation, violences, racisme, solitude et surtout l'espoir qui a conduit des milliers d'étrangers vers le rêve américain.

Une écriture agréable, fluide et scénarisée.

A lire impérativement!

 

Voir les commentaires

Terre des oublis de DUONG THU HUONG

Le Viêt Nam est enfin en paix après 30 années de combat. La jolie Mien a épousé Bôm, tous deux sont âgés de 17 ans. Mais 4 mois après leur union, Bôm part à la guerre et meurt. 7 ans plus tard Mien épouse Hoan qui lui donne un fils, ils partagent une vie stable et confortable. Mais un soir, un homme au corps cadavérique se présente au logis de Mien. Son 1er mari n'est pas mort et Mien va devoir choisir...

Un roman à 3 voix dans lequel alternent monologues intérieurs , descriptions et récits dans un pays marqué par la guerre et les traditions ancestrales.

Le lecteur éprouve beaucoup de compassion envers ces 3 personnages brisés par les évènements.

Sacrifice, amour, tradition, passion, jalousie, pitié, souffrance, isolement, guerre sont les thèmes de ce roman de 800 pages, un long et lent voyage dans ce magnifique pays qu'est le Viêt Nam.

 

 

 

Voir les commentaires

ma dévotion de Julia KERNINON

Voici le 2ème livre du Prix CBPT 2019.

Toujours les mêmes critères de choix: un auteur francophone, un roman d'environ 300 pages, un roman n'ayant pas reçu de Grand prix.

 

Helen est octogénaire lorsqu’elle rencontre Frank par hasard à Londres. Cela va être l'occasion pour Helen de dire à Frank tout ce qu'elle n'a pas pu lui dire. Une confession écrite, parlée ou murmurée, le lecteur ne le sait pas, dans un long monologue de 6 heures.

C'est une longue histoire d'amour pour l'homme qui a le plus compté pour elle, avec lequel elle a le plus longtemps vécu. L'homme dont elle a fait naître la vocation de peintre. Un homme qu'elle a assisté, choyé, hébergé, nourrit, blanchit... et dont elle a tout accepté jusqu'à l'inacceptable. Si Frank est devenu célèbre, c'est à Helen qu'il le doit.

Helen retrace donc leurs histoires, leur cheminement de Rome où ils se sont rencontré enfants à Amsterdam, Boston et la Normandie.

Frank est un bel homme centré sur lui-même, odieux personnage axé sur son devenir, sa réussite.

Helen à l'opposé est totalement dévouée à Frank. Aimante, aidante et je dirai servante de cet homme.

Durant ma lecture j'aurai aimé secouer Helen, la réveiller, lui crier que cet homme se moque d'elle, profite d'elle mais l'Amour est là et Helen n'est pas dévouée mais à mes yeux elle est totalement soumise....

Et une fois de plus je ne vous en dirai pas plus... mais un drame se trame....

Une très belle écriture, des chapitres courts, une lecture fluide et rapide comme si le lecteur ne respirait plus pendant les 6 heures  qu'ont duré cette confession...

Voir les commentaires

Mon dernier continent de Midge RAYMOND

C'est la 1ère de couverture qui m'a attirée... Pourquoi pas finir l'année 2018 en terres australes!

Une terre sauvage avec glaciers, icebergs, manchots empereurs, manchots Adélie et un froid de canard!

Deux personnages, Deb et Keller. Deb raconte son histoire, jeune fille sensible un peu à part du monde moderne, elle saisit chaque occasion pour partir au pôle sud grâce à une association pour laquelle elle recense les manchots tout en animant des conférences à portée écologique et en guidant les touristes de plus en plus nombreux malgré le coup du voyage. Lors d'une expédition,  Deb rencontre Keller, elle est attirée par cet homme assez sauvage et pour qui le pôle sud est important et lui permet de fuir son passé.

Dès le début du roman, le lecteur sait que la fin sera tragique car les chapitres alternent entre passé et présent, nous rapprochant du naufrage de l'Australis, paquebot de tourisme qui n'est pas prévu pour s'aventurer dans les terres très au sud. Et c'est à mon avis un découpage qui enlève la fluidité de la lecture mais qui tient en haleine le lecteur...

Un roman à portée écologique avec un avertissement sur la destruction de la nature. Nous sommes plongés dans le froid glacial, la rudesse du climat, la beauté des soleils couchants, les animaux polaires... un beau dépaysement bien agréable.

 

Voir les commentaires

Salina de Laurent GAUDE

Un vieil homme s'approche de la ville du clan Djimba. Il porte un bébé dans ses bras, celui-ci pleure sans cesse. Le cavalier dépose le bébé à l'entrée de la ville et repart.

Mamanba recueille le bébé qu'elle prénomme Salina et l'élève comme sa fille bien que le clan rejette cette enfant.

Elevée avec les 2 frères de la famille, Salina est attirée par Saro mais c'est à Kamo qu'elle est promise et qu'elle sera contrainte d'épouser dès ses 1ères menstrues. Salina hait cet homme violent et n'aura de cesse de se venger du clan Djimba. Elle est délivrée de ce mari répugnant grâce à une guerre contre une autre tribu et le laissera mourir sans lui porter secours. Rejetée par le clan, elle déambulera dans le désert... et je n'en dirai pas plus!

Un roman à la fois conte africain et pièce de théâtre.

Une écriture magnifique qui vous emporte dans ces contrées aux rites surprenants.

Un conte tragique où passions, haine, vengeances et exils se mêlent.

Voir les commentaires

Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas d'ESTIENNE D'ORVES

Marthe Richard, Marthe Betenfeld de son nom de naissance, une héroïne aux multiples activités et surtout connue pour la loi qui porte son nom: la fermeture des maisons closes en 1945. Cette loi lui valut le surnom de "la veuve qui clôt".

C'est son premier amour rencontré alors qu'elle s'est échappée de la cellule familiale qui la plonge dans la prostitution. A 16 ans elle estime que c'est "un esclavage consenti" par amour mais aussi qu'elle n'avait pas le choix.

Après avoir "travaillé" à Paris puis en Italie, elle revient sur la capitale où elle rencontre et épouse Henri, un homme riche et amoureux qui satisfera tous ses désirs.

Marthe va se passionner pour l'aviation et sera l'une des 1ères à voler, mais un accident la plongera dans le coma dont elle sortira encore plus volontaire...

L'auteur dresse un portrait de Marthe Richard sympathique, mouvementé, plein de sensibilité, le tout est traité de façon romanesque sans oublier les dessous de la vérité.

Ce récit s'arrête en 1955 à sa sortie de prison où elle passe 15 jours pour accusation de vol de bijou dont elle n'arrivait pas à prouver qu'elle les avait achetés...

Une note de l'auteur précise que durant ses 27 dernières années Marthe perd de sa fantaisie de son extravagance pour devenir une vieille dame indigne.

Un roman-récit très plaisant et intéressant à lire qui nous plonge dans les années fin XIX jusque mi XXème.

Les dernières lignes: "Malgré la douceur de l'air, je passai un été maussade. Le séjour à la Roquette avait insinué dans mon esprit un virus sournois. Je n'avais ni faim, ni soif, ni envie de rien. Une lassitude générale, qui semblait sans issue.

- Vous faîtes une petite dépression nerveuse, madame Crompton, me dit mon médecin

-Une dépression? Moi?

-Eh bien oui, me répondit le docteur, étonné par ma surprise. Ménagez-vous. Voilà soixante-cinq que vous ne cessez de courir, de combattre. Votre corps ne suis plus et votre esprit risque d'y perdre le nord. Prenez du recul. Des vacances...

Les vacances? Voilà une notion qui m'avait toujours été étrangère. ne plus voler, c'est s'écraser. "

Voir les commentaires

La belle n'a pas sommeil de Eric HOLDER

 

Quatrième de couverture:
"Une presqu'île qui s'avance sur l'Océan, on y devine le Médoc venteux et ensoleillé de tous les derniers livres d'Éric Holder. L'intérieur de la presqu'île est boisé. Dans une grange au milieu de la végétation épaisse, Antoine a installé sa bouquinerie. L'endroit est quasi introuvable, et, sans l'intervention d'une mystérieuse madame Wong, le libraire crèverait de faim.
Antoine paraît heureux dans sa tanière. Il caresse ses spécimens, les habille de papier cristal, nourrit ses chats, s'interroge sur un voleur qui lui chaparde des livres, toujours du même auteur. C'est alors que déboule la blonde Lorraine, une conteuse professionnelle qui tourne de ville en ville. Antoine est vieux, aime se coucher à heure fixe : la belle n'a pas sommeil. Ce sera donc l'histoire d'une idylle saisonnière..."
Extrait:
"Tout ce que nous avons vécu ensemble, j'ai l'impression de l'avoir rêvé. Ou bien tout a eu lieu sur une autre planète. C'était fabuleux. Avec toi, j'ai découvert beaucoup de force en moi, des choses que j'ignorais. Tu m'en a appris d'autres. (...) Chaque rencontre est unique, elle ne se passe qu'à deux. Il y en a de petites, il y en a de grandes...La nôtre ne ressemble
à aucune autre. Je lui garde un coin spécial où elle me tiendra chaud, où je pourrai me réchauffer, d'accord ?" (p. 207-208)
Mes impressions:
N'ayant jamais lu cet auteur, c'est la couverture du livre qui m'a attirée.
Celle-ci résume bien le récit : des piles de vieux livres, entassés jusqu'au plafond qui m'ont fait pensé à une librairie qui est à 30 kms de chez moi,  une porte ouverte sur la forêt, un ciel bleu; des livres des arbres..... il ne manque qu'un joli banc!
Mais il y a aussi des personnages: Antoine, bouquiniste la soixantaine contemplatif et solitaire amoureux des livres; Lorraine, jeune conteuse professionnelle originale; Marco garde champêtre comme il n'en existe plus; Marie la boulangère, la confidente; Jonas, l'homme des bois.
Et puis une ambiance feutrée qui apporte la paix, des silences pour méditer, un monde populaire et marginal car rural qui nous ferait envie dans ce monde un peu fou.
Un roman court, plaisant, tranquille dans lequel chacun tente d'oublier ses blessures...
 
 
 

Voir les commentaires

Un soir de décembre de Delphine de VIGAN

Mathieu est auteur d'une premier roman, sa femme est séduisante et aimante, leurs deux enfants sont adorables.

Son roman à succès lui voue un courrier important et tout irait bien jusqu'au jour où une lettre anonyme dans laquelle il reconnait l'écriture du premier amour de sa vie va tout chambouler...

Une histoire banale certes mais l'écriture de Delphine de Vigan a le pouvoir de nous emporter dans son 2ème roman dont les sentiments, la fragilité, les émotions humaines sont très importants ...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>