Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

condition feminine

Invisible sous la lumière de Carrie SNYDER

 

Née au Canada, Carrie Snyder enseigne à l'Université de Waterloo. Elle a écrit deux recueils de nouvelles et travaille également en free-lance comme journaliste. Invisible sous la lumière est son premier roman. Il s'est inspiré des Jeux Olympiques de 1928 durant lesquels les premières femmes athlètes furent autorisées à participer.

 

     

        Agée de plus de 80 ans, Aganetha vit repliée dans ses souvenirs dans une maison de retraite quand 2 personnes qui lui sont inconnues la sortent de son lieu de vie. Cette femme et cet homme veulent réaliser un document sur sa carrière. Aganetha se laisse "enlevée" malgré ses réserves et sa volonté d'oublier son passé. 

      Dans sa tête passé et présent se mélangent et c'est la démarche qu'utilise l'auteure pour retracer la vie de cette championne remuant les secrets de famille et réactivant sa passion de la course.

     1928: jeux olympiques d'Amsterdam. Pour la 1ère fois quelques épreuves d'athlétisme sont ouvertes aux femmes. Alors que Aganetha courait par plaisir et passion  mais aussi par besoin, elle connait la gloire lors de ces jeux. Sa meilleure amie Glad l'a aidée à se surpasser car Aganetha n'avait pas le mental d'une gagneuse. Elle ne s'est ni laissée enfermée dans la célébrité ni dans  la condition féminine de cette époque puritaine, elle ne se marie pas et n'a pas d'enfant. 

      Aganetha a vécu sa vie en restant elle-même, libre et toujours surprise de ses succès mais aussi blessée par des situations difficiles..... elle est "invisible dans la lumière".

      Ce roman est très bien mené à tel point que l'on peut imaginer que Aganetha a réellement existé. L'auteur s'est inspiré de femmes réels notamment des " Matchless Six" ( les "Six Inégalables"), surnom donné à l'équipe féminine canadienne qui obtint la médaille d'or au 4 fois 100 mètres et au saut en hauteur. 

      L'auteur a introduit un personnage réel: Alexandrine Gibb pour rendre hommage aux femmes et aux hommes qui œuvraient en coulisse pour faire évoluer le monde sportif.  Elle a créé et dirigé la première équipe féminine internationale. Gibb a défendu les branches féminines du sport à travers le Canada et a été impliquée dans de nombreuses organisations de femmes, y compris le Canadian Ladies' Athletic Club qu’elle a inspiré. Elle a été journaliste sport

       Ce roman se déroule au début du XXème, dans le Canada puritain avec en toile de de fond la guerre 14/18, la grippe espagnole, la grande dépression mais avant tout la condition féminine, leur émancipation, le mariage, la réputation, l'égalité des sexes et l'avortement. Mais ce qui transparait le plus est le sentiment de liberté que peut procurer une réussite sportive dans un monde d'hommes.   

      L'auteure donne quelques explications en fin de roman:  Lors de ces jeux de 1928, il paraîtrait que la moitié des finalistes au 800 mètres n'ont pas terminé leur course mais cette affirmation a été remise en question en 2012 grâce à des images filmées. Mais la conséquence de ce constat erroné  fut dur car un comité interdit les femmes de courir des distances supérieures à 200 mètres. ce n'est qu'en 1960 que les femme furent enfin autorisées à courir le 800 mètres.

Voir les commentaires

Les évasions particulières de Véronique OLMI

     

4ème de couverture: Elles sont trois soeurs, nées dans une famille catholique modeste à Aix-en-Provence. Sabine l'aînée, rêve d'une vie d'artiste à Paris; Hélène, la cadette, grandit entre son oncle et sa tantes, des bourgeois de Neuilly-sur-seine; Mariette, la benjamine apprend les secrets et les silences d'un monde éblouissant.

          En 1970, dans cette société française qui change, les trois sœurs vont trouver comment vivre une vie à soi, une vie forte, loin de la morale, de l'éducation ou de la religion.

          Une saga familiale qui entraîne le lecteur de l'après 1968 à la grande nuit du 10 mai 1981.

          Un livre trop long à se mettre en place que j'ai abandonné à la moitié...

Voir les commentaires

La mangeuse de guêpes de Anita NAIR

        Ce roman traite de la condition féminine en Inde en mêlant l'histoires de plusieurs femmes.

L'auteur utilise pour cela une technique originale...

Le 25 octobre 1965, Sreelakshmi se donne la mort à l'âge de 51 ans. Célibataire et sans enfant, Sreelakshmi s'éprend de Markose, un homme marié, cet amour va la précipiter vers la mort.

Extrait: "Markose se rendit sur le  lieu de la crémation. Les morts n'ont pas d'horaires. Il vint à pas légers, le visage dévasté. Il fureta dans les braises avec une brindille. "S'il te plaît, non, voulais-je crier. Ne fais pas ce que je crois. Mon amour pour toi m'a dévorée presque entièrement. Le peu qu'il reste, laisse la mort s'en repaître." Markose détacha une phalange de l'index de ma main droite. Il emporta mon âme."...

         Ce petit bout d'os, devenu une petit morceau de craie, va rester caché dans un coin secret d'une almirah (armoire) pendant plusieurs années puis va être découvert par une petite fille. Il va passer de main de femme en main de femme dévoilant ainsi l'histoire de plusieurs femmes. 

        De cette façon Anita Nair décrit la condition féminine en inde, avec la joie de vivre, l'amour, la trahison, la liberté, le viol, la famille, le mariage, l'adultère, la haine, la violence ainsi que la technologie moderne et surtout le poids des traditions en Inde.

        Une narration originale, des portraits de femmes tous différents très bien décrits, au réalisme saisissant...

        J'avais adoré "Compartiment pour dames" écrit en 2004 et je vous le conseille...

 

Voir les commentaires

Bilqiss de Saphia AZZEDDINE ♥ ♥ ♥

Dans un pays où la charia est appliquée strictement, Bilqiss va être lapidée en place publique.

Son erreur: d'une part être veuve et orpheline donc impure et d'autre part avoir pris la place du muezzin qui cuvait son vin pour faire l'appel à la prière; alors que ce rôle doit être tenu uniquement par un homme.

Femme de caractère, elle refuse toute aide extérieure, refuse d'avoir un avocat et avant tout refuse de se repentir publiquement.

Léandra, journaliste américaine, est sensibilisée par les vidéos du procès qui paraissent sur les réseaux sociaux. Malgré le refus de son patron, elle part rejoindre Bilqiss. Son objectif premier est de faire un article frappant mais elle s'attache à Bilkiss et va changer d'optique.

Un 3ème personnage; le juge anime ce roman à 3 voix. Marié mais amoureux de Bilqiss, il fait tout pour retarder le jugement...

Les échanges entre ces 3 personnages va permettre de mettre en évidence leurs peurs, leurs reproches, leurs croyances sans aucun jugement, aucun préjugé, aucun parti pris de la part de l'auteur .

Un roman magnifiquement écrit, fort, provocant qui interpelle et bouscule...
Un récit qui dénonce la condition féminine musulmane avec rage.
Une fin fort surprenante et émouvante. 

  EXTRAIT: "Avec un air de componction parfaitement surjoué, cette femme s'excusait auprès du juge, lui demandant ensuite qui d'elle ou de l'avocat était le plus toxique pour voir un phallus dans une aubergine. Elle rappelait à l'avocat qu'il était bien immodeste de se comparer à un légume aussi volumineux et que Dieu n'aimait pas les vantards. P. 463"

Voir les commentaires