Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #litterature canadienne catégorie

Le club des miracles relatifs de Nancy HUSTON

Ce roman est un cauchemar vivant, et ce qui est le plus inquiétant c'est qu'on sent, on sait que notre société du profit génère toute cette violence, qu'elle est là, déjà là… proche de nous...
C'est un livre qu'on ressent avec son corps, avec ses sens, c'est d'une grande puissance d'interprétation.

J'ai découvert ce nouveau roman de Nancy Huston à la médiathèque et comme j'adore cette auteure je me suis jetée sur ses pages avec enthousiasme.

C'est l' histoire d'un jeune homme en décalage avec la "norme humaine" car trop grand par l'esprit et trop petit par la taille, qui se retrouve emprisonné pour avoir lu de la poésie russe à des malades au corps ravagé par les émanations toxiques qu'ils inhalent seize heures par jour.
Il m'a fallu arriver à la moitié du roman pour comprendre vraiment où l'auteure voulait mener le lecteur.
J'avoue avoir été déçue par ce roman qui mis à part quelques passages: l'histoire d'amour entre Beatrix et Ross. Les parents de Vian , s'expriment  sans ponctuation et avec des espaces injustifiés entre les mots m'ont fortement dérangée.
L'univers inventé par Nancy Huston dans ce roman est, de plus, plutôt complexe, et il vaut mieux le lire d'une seule traite  pour s'y retrouver!
Un roman qui ne restera pas dans ma mémoire!.

 

Par contre je vous conseille du même auteur:

  • La virevolte
  • L'empreinte de l'ange
  • Lignes de failles
  • Reflets dans un oeil d'homme qu est un essai

Et certainement d'autres titres que je n'ai pas lus.

Voir les commentaires

Visage retrouvé de Wajdi MOUAWAD

visage-retrouve.jpg

Résumé / Analyse: Ce livre est écrit en 3 parties: Une 1ère partie appélée: "Le temps", puis un 1er livre avec "La Peur et la Beauté" et un 2ème livre qui a pour titre: "La Colère".

       Dans un 1er temps, l'auteur raconte l'enfance de Wahab, le personnage principal. Ce récit est mené en petits paragraphes qui relatent sa vie de 4 à 7 ans. Chaque "paragraphe" raconte son jardin, la cour de récréation de son école, les trajets en voiture en famille et se termine par: "Le temps passe...".

        Puis c'est la tragédie avec le début de la guerre marquée par l'incendie d'un bus de Palestiniens en 1975 auquel l'auteur a assisté et qu'il relate dans ce roman. Cela permet au lecteur de dater et de situer le récit: début de la guerre civile libanaise 1975-1990.

        C'est à partir de cet évènement que Wahab commence à cauchemarder: "Une femme vêtue de noir. Ses mains et ses bras sont en bois. Son visage est voilé." En fait c'est l'image de la Mort.  Le lecteur entre alors dans une répétition lancinante et dure :"L'enfance est un couteau planté dans la gorge". La peur de Wahab dans cet univers de guerre est douloureuse.

        Après ces quelques chapitres, suit le 1er livre où Wahab a 14 ans. Pour son anniversaire, Wahab reçoit en cadeau la clé de son appartement, le signe de sa sortie de l'enfance.

        Mais lorsque Wahab rentre à la maison et utilise pour la 1ère fois sa clé, l'appartement a changé: sa chambre est différente de celle de ses souvenirs et, plus grave, il ne reconnaît plus les femmes de sa famille, il ne reconnaît ni sa soeur, ni sa mère. Wahab confie à son meilleur ami, Colin, qu'il est devenu fou.

        Alors Wahab fuit car il ne supporte plus sa famille, surtout sa mère. Il fugue le long des avenues de cette ville froide et enneigée. Il rencontre Maya; tous les deux ont leur peur; lui la femme aux membres en bois et elle, la peur des loups; depuis la mort de son frère, elle ne parle plus.  

        Dans le 2ème livre, Wahab a 19 ans. Il est artiste-peintre et recherche à reproduire le visage de sa mère. La peinture est sa thérapie. C'est à cette époque que le cancer de sa mère s'aggrave. Wahab nous parle alors de ses souvenirs: le choix de la peinture, les séances avec le psychologue après sa fugue, les relations avec sa famille.

        Alors que sa mère est morte sur un lit d'hopital, Wahab quitte sa chambre en oubliant son manteau. Il lui faut revenir dans cette chambre. Il va être obligé de combattre sa peur. Face à sa mère morte, il va enfin reconnaître son visage. Grâce à cette mort, c'est l'enfance qui fait enfin place à l'âge adulte. On peut penser que Wahab va enfin pouvoir vivre.

       Dans ce roman, Wahab est à la recherche de ses origines, de son identité. C'est le thème de prédilection de Mouawad qu'il a développé dans plusieurs pièces de théâtre. Wahab est au moment de la vie peut être la plus difficile: le passage de l'adolescence à l'âge adulte.  

       Ce récit est un récit de vie dans lequel tous les ingrédients sont réunis pour que le personnage dérape psychologiquement. Beaucoup d'images psy sont utilisées.

       Je remercie la personne qui m'a conseillé ce livre.

L'auteur : (source babelio)   

Nationalité : Canada
Né(e) à : Deir El Kamar (Liban) , le 16/10/1968

    Wajdi Mouawad est un auteur, un metteur en scène et un comédien canadien. Bien qu'il ait vécu au Liban et en France, il est établi au Canada depuis 1983.

Ses nombreux succès outre-Atlantique, tels que Littoral (1997) ou encore Incendies (2003), lui apportent la reconnaissance du public et lui offrent la possibilité de revenir en France.

L'ensemble de son travail sera à maintes reprises remarqué et récompensé par des prix. Ainsi, en 2000, il est lauréat du Prix littéraire du Gouverneur général du Canada dans la catégorie théâtre.
Il devient par la suite réalisateur et scénariste en 2004 en adaptant au cinéma sa pièce Littoral.

Le 9 mai 2005, le Molière du meilleur auteur francophone de théâtre lui est attribué pour Littoral, mis en scène par Magali Leiris avec Renaud Bécard, mais il le refuse afin de dénoncer les théâtres sans comité de lecture et les directeurs de théâtre qui jettent les manuscrits.
En 2009, son dernier volet, Ciels, est présenté avec le reste de la quadrilogie au festival d'Avignon, dont il est l'artiste associé au Festival d'Avignon et reçoit le Grand prix du théâtre de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre dramatique.

Le 17 septembre 2010, Incendies, une adaptation cinématographique de la pièce éponyme, réalisée par Denis Villeneuve, sort en salle au Québec après avoir été présentée dans plusieurs festivals et remporté de prestigieuses récompenses au cours des mois précédents.
En avril 2011, Mouawad se retrouve au centre d'une controverse pour avoir invité Bertrand Cantat à participer à sa dernière création, une trilogie de Sophocle qu'il monte au Théâtre du Nouveau Monde notamment.

En 2002 il est fait Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres, décerné par la France pour l'ensemble de son œuvre.

 

 

Voir les commentaires