Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Berlin requiem de Xavier-Marie BONNOT

 

       Une biographie romancée dans laquelle Xavier-Marie Bonnot mêle la vie du chef d'orchestre Wilhem Furtwängler à celles d'une cantatrice et son fils, tous trois sont issus de familles juives.

      Reconnu comme un des plus grands chefs d'orchestre, Wilhem Furtwängler (1886-1954) resta à la tête de l'orchestre philarmonique de Berlin sous le IIIème Reich et ce malgré la fuite de ses amis musiciens vers l'étranger. Bien qu'il fut antinazi, il voulut protéger les musiciens juifs de son orchestre et se compromit par protection mais aussi par naïveté et orgueil. Il pensait que Politique et Musique étaient deux choses bien différentes.

     Il fut jugé à la fin de la guerre et innocenté mais ne fut jamais vraiment réhabilité malgré le soutien de musiciens de renom.

     Le portrait de ce chef d'orchestre au tempérament compliqué est bien mené et est renforcé par les deux personnages fictifs qui entourent le chef d'orchestre. Christa, cantatrice célèbre, est arrêtée par la gestapo, revenue du camp de Birkenau, elle errera dans son appartement parisien, la vie de ce personnage démontre le climat de cette époque . Tandis que son fils rejoint la résistance et deviendra un grand chef d'orchestre, ce personnage montre les exigences du travail de musicien.

      Le roman se termine sur la rencontre intéressante entre Wilhem et "son remplaçant".

      L'auteur met en avant le rôle et le pouvoir de la musique.

 

Wilhem Furtwängler à la direction de l'Orchestre Philarmonique de Berlin

Voir les commentaires

Mon Mari de Maud VENTURA

       Un premier roman dont les critiques sont très bonnes mais qui me laisse un avis très mitigé.

      Au bout de 15 ans de mariage, elle est "encore" folle amoureuse de son mari et entretient bizarrement cet amour dont finalement elle est dépendante. Elle aime son mari avant ses enfants, c'est une obsession, une maladie qui la pousse à tout surveiller, tout régenter ne laissant rien au hasard; le tout dans le but de plaire à son mari....

      Une histoire inhabituelle car non féministe, et surprenante dont certains passages totalement loufoques font sourire.

      J'ai trouvé cette histoire un peu longue avec cette femme qui ressasse toujours le même amour, les mêmes constats et réflexions, les mêmes astuces; un amour hors norme qui devient agaçant.

      J'ai continué ma lecture pour en connaître la chute qui est inattendue et mérite de terminer ce roman!

 

Voir les commentaires

La vraie vie de Gustave Eiffel de Christine KERDELLANT

 

 

                                          Une biographie qui se lit comme un roman d'aventures!

          C'est à partir des 4 volumes écrits par Gustave Eiffel juste avant sa mort et la correspondance avec ses parents que Christine Kerdellant a écrit la biographie de Gustave Eiffel. Une documentation précise dont les dialogues entre Gustave Eiffel et ses collaborateurs, sa famille, son épouse Marguerite ou sa fille ainée Claire animent la lecture.

          Le récit débute par l'évènement le plus humiliant de Gustave Eiffel: son emprisonnement pour le scandale de Panama dû aux imprudences de Ferdinant Lesseps.

         Heureusement avant cette mésaventure dont l'ingénieur sort indemne, la notoriété de cet homme était reconnue par le succès de sa tour lors de l'exposition universelle de 1889. Tout au long de sa vie il s'est battu pour pérenniser la vie de sa tour en la rendant indispensable. Elle fut le lieu de nombreuses expériences technologiques et physiques (météorologie, chute des corps, pression, radiophonie etc )

           On découvre un travailleur acharné, un chercheur inventif, un entrepreneur, un homme de conviction, un meneur d'hommes à l'coute de ses ouvriers et soucieux de leurs droits  et un homme de contact ami de Thomas Edison , Camille Flammarion entre autres.

          La lecture de cette bio est très plaisante, prenante, très intéressante et vivante. Le style est fluide et bien rythmé .

 

Voir les commentaires

Auguste et Louis Lumière de Michel FAUCHEUX

        

      Si une biographie est habituellement destinée à une seule personne, celle-ci concerne deux hommes inséparables dont leur vie sera vouée à l'invention.  Très jeunes les deux garçons sont déjà très inventifs, ils font le serment dit de "la Goule aux fées" dans lequel ils se promettent de ne jamais se séparer et de travailler ensemble toute leur vie.  Nés de Antoine Lumière et Jeanne-Josephine Costille, à deux années d'intervalle, Auguste et Louis sont à la bonne école puisque leur père est peintre, photographe et homme d'affaires.

      Alors que Auguste prend conscience de sa vocation de biologiste, Louis va développer les idées de son père qui  tente de développer la photographie.

      Ils améliorent et développent l'entreprise Lumière qu'ils ont repris à leur nom. L'usine Lumière s'agrandit. Les 2 frères s'attachent au bien-être de leurs ouvriers et font construire de nouveaux ateliers ainsi que des logements pour les travailleurs. Ils découvrent la loi des développements photographiques. Ils découvrent l'existence du Kinétoscope d'Edison et améliorent sa technique par un procédé de perforation des images. Ce sont les débuts des pellicules souples.

      Janvier 1895: tournage du premier film; "Sortie d'usine" qui recoupe la vie sociale, le mouvement et le flot de personnes, ce sont tous les ingrédients du 7ème art.... Février: Dépose du brevet d'invention d'un appareil servant à l'obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques. Mars: le terme "cinématographe" est ajouté au précédent brevet.

      1896: inauguration de la première salle de cinématographe Lumière à Lyon.

      Suivront la mise en couleurs des films, puis la projection sur écran géant lors de l'exposition universelle de 1900.

     Auguste se tournera définitivement vers des recherches en biologie et en médecine tandis que Louis poursuivra ses travaux dans le domaine de l'optique, de la physique et de la chimie.

      Ils travailleront toujours de concert et signeront ensemble tous leurs brevets que ce soit Auguste ou Louis qui ait fait la découverte.

     Une biographie très bien menée, intéressante et plaisante à lire et bien sûr beaucoup plus complète que les quelques éléments donnés ci-dessus....

Voir les commentaires

La commode aux tiroirs de couleurs de Olivia RUIZ

 

         C'est par curiosité que j'ai lu ce petit roman car j'adore "La femme chocolat" que j'ai chanté avec mes petites filles!

        J'ai découvert un petit roman, très agréable et surprenant! A sa mort, la grand-mère espagnole lègue à sa petite fille Rita sa commode aux couleurs de l'arc en ciel! Une nuit Rita décide d'ouvrir ces tiroirs un à un et grâce aux objets découverts, elle va dévoiler la vie de ses aïeux: exil, guerre d'Espagne, peur du Franquisme, émigration en France, rien de très gai et pourtant le tout est entouré d'amour et soutien.

        Un roman plein de rebondissements. Le plus important dans ce roman est pour moi  la transmission... Connaissons-nous vraiment la vie de nos aïeux? Un époque où les gens parlaient peu d'eux_mêmes ...

Voir les commentaires

Miarka de Antoine de MEAUX

       J'avais beaucoup aimé "Une vie" de Simone Weil, une femme que j'admire. Aussi lorsque "Miarka" m'est tombé dans les mains, c'est avec plaisir, curiosité et intérêt que j'ai découvert la vie de Denise Jacob, la soeur de Simone Weil.

      Si Simone a été arrêtée et déportée avec ses parents en tant que juive, Denise a été arrêtée en tant que agent de liaison à Lyon sous le nom de Miarka. Soumise à la torture, elle a été déportée dans le camp de Ravensbrück puis Mauthausen. Ces 2 conditions d'arrestation ont fait la différence entre les 2 soeurs. L'une victime de la shoah, l'autre de la résistance.

      Antoine de Meaux retrace dans ce roman biographique l'histoire de Miarka. Il s'appuie sur des archives, sa correspondance avec Denise qu'il connaissait très bien, ses écrits ainsi que les carnets de André Jacob, le père de Denise.

     C'est un superbe hommage qu'il nous livre, d'une femme d'exception passée sous silence.

Voir les commentaires

La carte postale de Anne BEREST

   

          En janvier 2003, Leila, la mère de l'auteure reçoit une carte postale de l'Opéra de Paris. Seuls quatre prénoms y sont inscrits: Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. L'expéditeur est inconnu et Anne Berest va s'évertuer à retrouver cette personne anonyme et à décrypter le contenu énigmatique de cette carte. Se faisant elle va reconstituer la biographie de sa famille  .

         L'auteur va découvrir que ces quatre personnages sont décédés en déportation et de fil en aiguille, grâce aux conseils d'un enquêteur et à l'aide de sa mère, l'histoire dramatique de ce XXème siècle va être relatée.

        Un judicieux parallèle est fait entre le passé de cette famille juive et le présent car la fille de l'auteur âgée de quelques années rapporte à sa maman un propos antisémite qu'on lui a dit à l'école et qu'elle ne comprend pas. Cela va renforcer chez Anne Berest le désir de connaître son passé. Cela pose également la question de l'identité juive et des réactions qui peuvent encore exister à ce sujet de nos jours.

        L'histoire est captivante et le témoignage émouvant car les faits historiques touchent des personnes ayant existées et largement décrites par l'auteur. Des personnages auxquels on s'attache. Mais cela est fait sans pathos inutile, les faits racontés au présent suffisent à émouvoir le lecteur.

         L'auteur a eu quelques difficultés à reconstituer son histoire car la judéité a été passée sous silence après la guerre dans cette famille mais certainement dans beaucoup d'autres.

        L'auteur insiste sur le fait qu'il faut dire les choses pour ne pas les oublier mais aussi pour s'en libérer.

        Ce titre fait parti de la sélection au prix Goncourt.

 

 

Voir les commentaires

Coeur de pierre de Pierre PEJU

 

          Si j'avais beaucoup aimé "La petite chartreuse" du même auteur, "Coeur de pierre" m'a surprise... car il s'agit d'un roman en partie fantastique qui parle de nos destins, de nos relations et du pouvoir de l'écriture.

         Le narrateur est écrivain, sa femme venant de la quitter, il ne réussit plus à écrire aucune ligne. Alors il décide de tout abandonner. Il quitte sa maison et met tous ses livres dans des caisses qu'il confie à ses amies. Lors de son tri, il retrouve un roman non publié dans lequel le personnage principal, Leila, décide également de fuir. Se faisant elle rencontre un homme plus âgé qu'elle, celui-ci va l'accompagner dans sa route. 

         Mais, et là est le tournant de ce roman, cette vie de errance ne convient pas à Leila. Elle va retrouver son créateur ( l'écrivain) et le contraindre à changer sa vie et celle de son compagnon de route.

         Une histoire un peu compliquée dont le thème essentiel est: Est ce que notre vie est écrite d'avance? Ou bien: Pouvons-nous influer sur le déroulement de notre existence?

         

 

Voir les commentaires

Un crime sans importance de Irène FRAIN

 

      Ce récit biographique relate le meurtre survenu dans la famille de l'auteure.

     Sa soeur a été attaquée dans sa villa à l'âge de 79 ans et est morte quelques semaines plus tard de ses blessures après un coma. L'enquête est restée sans suite car la police a déclaré qu'il s'agissait d'un cambriolage. Et le fait que la victime soit décédée plusieurs jours après les faits retarde voir annule toute enquête.

      Or Irène Frain veut savoir et le fait qu'elle soit écrivain ne plaît pas à sa famille qui ne l'a prévenue de ce crime que plusieurs jours après l'agression.

     Irène Frain s'est sentie emmurée dans le silence de la famille, de la police mais également de la justice. A ce jour l'auteure s'est portée partie civile pour obliger la justice de rouvrir ce dossier. L'auteur a besoin d'expliquer le sang versé.

     Après une année d'attente, le silence devient insupportable et Irène Frain décide d'utiliser sa plume pour dévoiler ses sentiments et faire sortir sa famille du silence.

     Par le biais de ce livre l'auteure comprend que le rejet de sa mère, sa haine envers sa fille s'est transmis dans la famille. Heureusement, dans un interview l'auteur déclare que l'écriture de ce livre l'a apaisée.

     J'ai découvert Irène Frain avec Le Nabab en 1982, puis Secret de famille, Devi, Les naufragés de l'île Tromelin, La forêt de 29 et enfin Je te suivrai en Sibérie. Ce sont tous de magnifiques romans ou récits romanesques.

Voir les commentaires

La cerise sur le gâteau de Aurélie VALOGNES

Bernard, directeur technique dans une entreprise, est remercié du jour au lendemain à 61 ans. Il n'y était pas préparé et se retrouve chez lui à tourner en rond et à attendre que les heures passent. Pour lui qui a toujours été actif et à cent à l'heure c'est une catastrophe.

Brigitte quant à elle est déjà retraitée et est très occupée par toutes ses activités de bénévole. Petit à petit des tensions entre le couple vont se créer, pas facile d'être toujours ensembles alors qu'auparavant on ne faisait que se croiser.

Heureusement Bernard peut compter sur son petit fils, qui grâce à un exposé donné par sa maitresse, va donner un sens à sa nouvelle vie. Ce sera l'écologie et le combat pour le  " zéro déchet". Bernard va peu à peu prendre conscience des difficultés qui s'opposent à lui et devenir un ayatollah de l'écologie (comme dirait Brigitte).

Ce roman traite du temps qui passe, de l'importance de se sentir utile. La deuxième partie du roman traite d'écologie. Je cite une phrase de l'auteur "Quelle planète laisserons-nous à nos enfants, et quels enfants laisserons-nous à notre planète ?" (P. Rabhi) qui donne à réfléchir. 

Le thème de la retraite est ici traité avec beaucoup d'humour et d'amour. 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>