Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Munera de Eric CALATRABA

Les Munera sont des combats de gladiateurs de la Rome Antique.

A Nice, en Laponie, en Australie, au Brésil, en Ouzbékistan des hommes qui n'ont plus rien à perdre, ils sont prêts à combattre de façon singulière : ils participent à  des combats mortels de gladiateurs et à des chasses à l'homme. Ces combats entraînent des paris importants sur le darknet. 

Je ne suis pas une grande lectrice de thriller mais celui-ci m'a interpelé. Que puis-je dire?

-Les mises en scènes de violence et d'afrontements mortels sont prenantes.

-L'intrigue est menée sur plusieurs histoires...

-Le style est rude dans les scènes d'action mais reste délicat dans les descriptions de la nature sauvage, ce qui permet un relâchement dans le rythme de la lecture.

Dans ce roman noir l'auteur a des références latines et des références de musique d'opéra.

Je pense que ce thriller sort des sentiers battus....

Voir les commentaires

Zola de Henri TROYAT

   

    A l'occasion du club de lecture de notre association, le thème étant Emile Zola, je me suis intéressée à la vie de cet auteur.

 Une superbe biographie de ce grand homme menée de main de maître par Henri Troyat. Grâce à son style, les personnages biographés par H. Troyat prennent vie et c'est avec beaucoup plus d'intérêt que je le soupçonnais que je suis entrée dans la vie de E. Zola.

    J'ai re-découvert le monde du "naturalisme" dont Zola est le précurseur, il réagit au mouvement académique, léché et émasculé de l'époque. cela lui vaut une incompréhension et un rejet de la société de cette époque. H. Troyat nous explique le travail de fourmi que Zola entreprend avant chaque roman. Zola trace l'ébauche de son roman en s'intéressant à son personnage (un abbé, une courtisane, une locomotive, un grand magasin, un mineur, un paysan...), puis il décrit son personnage, ensuite le milieu dans lequel se déroule le roman, il répertorie les détails qui en font une "histoire vraie" et enfin il fait le plan chapitre par chapitre. Après tout ce travail préparatoire, il écrit, écrit, écrit souvent sans se relire sans corriger.

Zola est un homme ambitieux, volontaire, un homme de conviction et d'honneur qui n'a pas hésité à écrire la vérité, un jusqu'au-boutiste devant l'injustice.

Une biographie qui permet de comprendre l'écriture des Rougon-Maquart entre autres.

 

                                                      Zola et son épouse                     Zola , sa maîtresse et leurs 2 enfants

Voir les commentaires

Le sabre d'Allah de Gilbert SINOUE

Attention ceci n'est pas un roman!!! Mais une source de culture très riche.

En 285 pages, Gilbert Sinoué retrace l'histoire de l'Islam de l'Hégire en 622 jusqu'à Daech, 2016, année de parution de ce livre.

La première partie est consacrée à la période de (Mohamed) Mahomet. la suite explique la croissance de l'Islam, carte à l'appui, pendant 1500 ans.

l'auteur relate les événements, les multiples bouleversements, les croisades qui rendent cette histoire assez compliquée.

Ottomans, Nasser, Ben Laden, , Chiites et Sunnites, Janissaires et Mamelouks... de quoi s'y perdre!!!

Une lecture fastidieuse mais intéressante, racontée le plus simplement possible qui nous apporte un éclairage sur l'Islam d'aujourd'hui.

 

Voir les commentaires

Le cri de l'aurore de Hoai Huong NGUYEN

Résumé de l'équipe de Prix CBPT: Dans un pays imaginaire, monarchique, un jeune couple attend son premier enfant, mais le mari, Thanh, est emprisonné pour activités politiques. La femme, Isey, écrit à ses amis pour demander de l'aide, elle arrive à communiquer par lettres avec son époux, qui lui répond en clamant son amour. Pour organiser son évasion, elle compte en particulier sur Nam, proche de sa famille, et sur son amie Mê Lan dont le père est ministre du roi, amis le stratagème envisagé est bien risqué? Thanh arrivera-t-il à fuir dans une île étrangère?

Mon avis: Un roman épistolaire bien mené. Les échanges entre correspondants permettent de mettre en place un roman d'amour atypique. Un point de vue politique est soulevé bien que l'endroit soit inconnu, le lecteur peut deviner où se passe cette tragédie

 

Voir les commentaires

Le prix de Cyril GELY

Résumé des notes bibliographiques: Le chercheur Otto Hahn, accompagné de son épouse, s'installe au Grand Hôtel de Stockholm, le 10 décembre 1946, pour recevoir le prix Nobel de chimie. Lise Meitner, son ancienne collaboratrice, se présente à lui, peu avant la cérémonie, sans prévenir. Elle attend cette rencontre depuis son départ précipité de Berlin, en 1938. Cette physicienne juive, qui a travaillé pendant trente ans aux côtés d'Otto Hahn, exige des explications et la vérité.

Mon avis: Un huit clos rondement mené avec des dialogues dynamiques sur un fond historique tragique de l'Allemagne nazie. La confrontation entre les deux chercheurs est très intéressante, d'autant que les protagonistes ont existé. Alors que Lise a fui l'Allemagne avant d'être arrêtée, Otto découvre sans pouvoir l'expliquer qu'un bombardement de neutrons sur un noyau d'uranium produit un noyau de baryum et un noyau de krypton. Or c'est Lise qui trouvera l'explication de cette réaction. Pourtant c'est Otto qui obtiendra le Prix Nobel...

La fission nucléaire était née! Puis pendant 30 ans les deux savants n'ont rien découvert... l'un sans l'autre, ils n'étaient rien...

Aujourd'hui, on peut lire sur la tombe de Lise:

"Lise Meitner, une physicienne qui n'a jamais perdu son humanité."

Lise Meitner, l'oubliée du Prix Nobel

Voir les commentaires

Là où rêvent les étoiles de Eric MARCHAL

Un roman passionnant sur les avancées scientifiques les plus spectaculaires de la fin du XIXème siècle.

Ce roman se situe dans les 1863 à 1898, à Grenade au palais de l'Alhambra où l'histoire fictive de la famille Delhorme anime ce roman, au Portugal pour la construction du  pont Maria sur le Domo, à Paris pour la fabrication de la structure de la statue de la Liberté et enfin toujours dans notre capitale pour la construction de la Tour Eiffel dont l'inauguration met fin à ce roman de 700 pages.

On découvre l'importance du travail du fer, de l'acier ainsi que de la pierre; les pionniers de l'art photographique; les prémices de la médecine moderne; les recherches météorologiques grâce aux aéronefs et à l'aviation et bien sûr les prouesses de l'ingénieur Eiffel.

L'auteur n'hésite pas à rappeler que Gustave Eiffel n’œuvrait pas seul en citant toute son équipe et les tâches dont les ingénieurs étaient responsables.

L'auteur rend hommage à Victor Hugo, Emile Zola, Jules Verne, Phil Irving, Camille Flammarion, Maurice Koechlin, Auguste Bartholdi et d'autres personnages de cette époque.

Eric Marchal sait une fois de plus mêler personnages de fiction et personnages réels et illustres, histoires personnelles et familiales; le tout accompagné des défis incroyables de la technique de la fin du XIXème siècle.

Page 681: " Eiffel n'aurait pu faire le pont Maria Pia sur Le Domo sans le pont de Bordeaux, Gabarit sans Le Domo, La statue de la Liberté sans Gabarit et sa tour de 300 mètres sans toutes ces expériences accumulées. Chaque ouvrage était une porte ouverte vers un étage supérieur."

Un roman très intéressant, une documentation très élargie, un vrai plaisir comme "Le soleil sous la soie"!

 

 

 

 

 

 

 

 

Gustave EIFFEL                   BARTHOLDI

 

 

 

 

Statue de la Liberté à Paris: Bras et Tête

Construction de la Tour qui pourrait s'appeler:

La Tour Koechlin-Noguier

Camille Flammarion

 

Voir les commentaires

Les complicités involontaires de Nathalie BAUER

Une première de couverture qui m'a attirée et laissée perplexe face à ce double visage. Que se cache-t-il derrière? Une double personnalité? Un jeu de miroir?

Corinne a la cinquantaine, elle est mariée sans enfant et exerce le métier de psychiatre reconnue.  Elle reçoit Zoé atteinte d'amnésie et de dépression. Mais la psychiatre reconnait Zoé comme une ancienne amie de lycée. Déontologiquement, elle ne devrait pas s'occuper de cette femme mais son histoire la pique au vif et Corinne enfreint par curiosité les règles de sa profession.

A la suite de prise de médicaments pour lutter contre sa dépression, Zoé a été victime d'essais pharmaceutiques à son insu, c'est ainsi qu'elle explique son amnésie. 

Corinne va l'écouter, l'aider, faire des recherches généalogiques et lire les compte-rendus des recherches personnelles de Zoé. Cela va amener Corinne à reconsidérer sa propre vie.

Ce roman alterne entre passé et présent. Le passé relate de la vie et des secrets de famille de Zoé, le présent remet en cause la vie de la psychiatre.

Un roman intéressant sur l'aspect psychogénéalogie, introspection, histoires familiales.

 

Voir les commentaires

Je te suivrai en Sibérie de Irène FRAIN

Une auteure que j'adore! Un livre dévoré en 3 jours et certainement lu trop rapidement!!!

     L'auteure a découvert une ancienne édition des mémoires de Pauline Geuble. A partir de ce récit, Irène Frain nous fait découvrir le destin incroyable de cette jeune française née en Lorraine. Ce récit retrace tout le parcours que fait Pauline pour rejoindre Ivan en 1826 et s'arrête lorsque Pauline arrive dans le 2ème bagne où est affecté Ivan, son amant.

Pauline est une jeune femme impétueuse, aventureuse et amoureuse à tel point qu'elle a suivi son amant jusqu'en Sibérie. Ivan Annenkoff est un Décembriste, il faisait parti d'un groupe d'aristocrates qui a mené un coup d'état contre le Tsar, l'empereur Nicolas 1er, au nom des Esprits et des Lumières (à l'époque influence française). Ces jeunes hommes voulaient abolir le servage alors qu'ils possédaient eux-mêmes des serfs pour s'occuper de leurs terres... La révolte a été réprimée et tandis que certains ont été déportés d'autres ont été exécutés.

  A la suite de la lecture des mémoires de Pauline, Irène Frain s'est posé beaucoup de questions et a décidé de partir sur les traces de Pauline afin de vérifier le récit de Pauline retranscrit par sa fille, afin de comprendre cette femme et répondre à plusieurs questions:

Est-ce que le manuscrit relate des faits réels?

Sa fille Olga a-t-elle transposé sans interprétation les dires de sa mère?

Pauline a-t-elle réellement rencontré Alexandre Dumas et Dostoïevski alors que ces deux écrivains ont fait un portrait assez différent de cette jeune Pauline dans leur roman respectif?

Comment Pauline a-t-elle pu laisser sa fille de 18 mois à des étrangers pour suivre son amant qu'elle avait refusé d'épouser?

Comment a-t-elle pu s'entendre avec les 7 épouses aristocrates des bagnards alors qu'elle ne parlait pas le russe?

Comment ces 8 femmes ont-elles pu apporter force et courage aux prisonniers déportés à tel point qu'ils ont formé une mini république et chanté avec conviction La Marseillaise?

Toutes ces questions Irène Frain tente d'y répondre en refaisant physiquement tout le cheminement de Pauline.

Amour bienfaisant, lutte contre l'oubli, valeurs de la liberté mais aussi histoire des Décembristes, dictature russe, réalité de l'emprisonnement font que cette lecture est captivante.

Ce livre se lit comme un récit de voyage, un reportage animé par les impressions, les interprétations de l'auteure qui une fois de plus ne nous déçoit pas!

« J'aime les traces. Oui, elles finissent par s'effacer. Mais pas toutes. Et la mémoire, lorsqu'elle triomphe de l'oubli, est féroce. » Irène Frain

Je vous souhaite une belle lecture!

Voici Pauline et Ivan pour vous accompagner dans votre lecture!

Voir les commentaires

Un chemin de tables de Maylis de KERANGAL

Mauro est passionné de cuisine depuis son plus jeune âge. Alors qu'il a terminé ses études supérieures d'économie, il se lance vers un CAP de cuisine en candidat libre, CAP qu'il réussit.

Il va démarrer en bas de l'échelle pour devenir gérant d'un restaurant. On découvre dans ce récit les difficultés rencontrées par les cuisiniers et les restaurateurs ...

Le lecteur découvre le monde de la restauration, un monde dur, exigeant et intransigeant.

L'auteure a écrit ce livre dans le cadre d'une demande des éditions seuil pour la collection "Raconter la vie" afin d'exposer les vies ordinaires et ainsi "remédier à la mal représentation qui ronge le pays".

Cette commande explique que ce livre qui se situe entre document et fiction est assez différent de ce qui écrit Maylis de Kerangal.

Voir les commentaires

Les suppliciées du Rhône de Coline GATEL **

Nous sommes à Lyon, en fin d'année 1897, deux très jeunes filles sont retrouvées assassinées et ensanglantées. Issues de milieux différentes, elles ont eu toutes deux recours à une "faiseuse d'anges".

Accompagné d'un jeune médecin prometteur, de son ami et d'une journaliste, le professeur Lacassagne veut mettre en pratique les nouvelles techniques d'investigation qu'il a mises au point pour découvrir le meurtrier. Autopsies, profil psychologique, relevé d'indices, interrogatoires, ce sont les débuts des enquêtes criminelles. Cette nouvelle science du "diable" fait peur et dérange. Malgré les moqueries et l'hostilité de la police, nos trois larrons ne se démontent pas et mènent leur propre enquête....

Un 1er roman intéressant et prenant. On y redécouvre Lyon de la fin du XIXème siècle avec ses traboules, ses bouchons, ses canuts... et les débuts de la croix rouge. L'aspect scientifique est intéressant car ce sont les prémisses de la criminologie actuelle.

Extrait tiré de Wikipédia:Alexandre Lacassagne. Professeur à la Faculté de médecine de Lyon, il contribua à préciser la déontologie médicale et est l'un des fondateurs de l'anthropologie criminelle, dans la lignée de l'école italienne de criminologie (en) de Cesare Lombroso, dont il tentera plus tard de se distinguer.

Les fulgurants progrès de la médecine et de la chirurgie dans la seconde moitié du XIXe siècle, auxquels avaient contribué des Lyonnais comme Claude Bernard, Antonin Poncet et d'autres, rendent nécessaire une définition plus précise de la déontologie médicale. Ce à quoi s'employa Alexandre Lacassagne, professeur de médecine légale à la faculté de Lyon.

Mais il est surtout connu comme fondateur de l'anthropologie criminelle et d'une école de criminologie, dite « école lyonnaise », qui rejette les explications trop simplistes et exclusives, avancées par l'école italienne de criminologie.Ces derniers mettent l'atavisme au premier rang des explications du phénomène criminel.
Lacassagne soutient qu'il y a « implication mutuelle entre l'individu qui commet l'acte délictuel et la société qui en pâtit. » Certes, disait Lacassagne, le criminel est un « microbe » qu'il faut éliminer, mais ce criminel « n'a d'importance que le jour où il trouve le bouillon qui le fait fermenter ».

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>