Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

ma dévotion de Julia KERNINON

Voici le 2ème livre du Prix CBPT 2019.

Toujours les mêmes critères de choix: un auteur francophone, un roman d'environ 300 pages, un roman n'ayant pas reçu de Grand prix.

 

Helen est octogénaire lorsqu’elle rencontre Frank par hasard à Londres. Cela va être l'occasion pour Helen de dire à Frank tout ce qu'elle n'a pas pu lui dire. Une confession écrite, parlée ou murmurée, le lecteur ne le sait pas, dans un long monologue de 6 heures.

C'est une longue histoire d'amour pour l'homme qui a le plus compté pour elle, avec lequel elle a le plus longtemps vécu. L'homme dont elle a fait naître la vocation de peintre. Un homme qu'elle a assisté, choyé, hébergé, nourrit, blanchit... et dont elle a tout accepté jusqu'à l'inacceptable. Si Frank est devenu célèbre, c'est à Helen qu'il le doit.

Helen retrace donc leurs histoires, leur cheminement de Rome où ils se sont rencontré enfants à Amsterdam, Boston et la Normandie.

Frank est un bel homme centré sur lui-même, odieux personnage axé sur son devenir, sa réussite.

Helen à l'opposé est totalement dévouée à Frank. Aimante, aidante et je dirai servante de cet homme.

Durant ma lecture j'aurai aimé secouer Helen, la réveiller, lui crier que cet homme se moque d'elle, profite d'elle mais l'Amour est là et Helen n'est pas dévouée mais à mes yeux elle est totalement soumise....

Et une fois de plus je ne vous en dirai pas plus... mais un drame se trame....

Une très belle écriture, des chapitres courts, une lecture fluide et rapide comme si le lecteur ne respirait plus pendant les 6 heures  qu'ont duré cette confession...

Voir les commentaires

Les retournants de Michel MOATTI

Les retournants est le nom que l'on donne aux soldats qui tournent le dos à la cruauté de la guerre.

Nous sommes en août 1918 dans les tranchées du Front de la Somme.

Vasseur et Jansen, deux lieutenants courageux, en ont marre de cette guerre qui n'en finit pas et qui est toujours plus menaçante..

Ils décident tous les deux de déserter et sont prêts à tout pour sauver leur peau. Jansen, ancien instituteur, se fait discret alors que Vasseur au caractère violent voire sadique, n'hésite pas à supprimer toute personne qui pourrait le dénoncer. c'est le gendarme François Delestre, surnommé le « Chien de sang » qui a pour mission de retrouver les deux déserteurs et... il part à leur poursuite…

Ce roman thriller  nous rappelle que des soldats ont été fusillés non pas pour leur lâcheté mais parce qu'ils avaient peur de mourir, peur de ce qu'ils voyaient...

Un roman de guerre, de cavale, de tueries mais aussi de courage.

Voir les commentaires

La part des flammes de Gaëlle NOHANT

Le 4 mai 1897, tout le monde se presse rue Jean Goujon à Paris pour assister à la plus mondaine des ventes de charité. Cette vente se déroule dans un immense hangar: le Bazar de la Charité. De nombreuses dames de la noblesse participent à la préparation puis à la vente dans les stands. Les bénéfices vont aux plus pauvres.

1897, ce sont les prémisses de la cinématographie. Le matériel est prêt pour visionner des films de Paris ou de l'entrée en gare de locomotive. Pour alimenter la lampe du projecteur, c'est de l'ether qui est utilisé. La combustion des vapeurs d'éther permet l alimentation de la lampe du projecteur. Un manque de sécurité ou trop d'inconscience provoque des vapeurs qui vont immédiatement s'embraser, le toit est enduit de goudron, il n'y a que deux issues, les dames sont vêtues de larges robes, leurs cheveux sont  rincés au pétrole pour les rendre brillants.... bref tout est propice à une catastrophe.

Ce seront plus de 120 personnes, essentiellement des femmes qui périront dans cette fournaise.

Ce roman feuilleton très agréable, d'une écriture plaisante  s'appuie sur un événement réel du mois de mai 1897. Quelques personnages historiques (le préfet Lépine, le Duc et la Duchesse d'Alençon) agrémentent cette exo fiction sans être un roman parfaitement historique. Par contre quelques coupures de presse citées dans le roman sont extraites de journaux de l'époque.

Ce roman a remporte de prix des lecteurs en 2016.

Un roman qui m'a fait découvrir cette catastrophe mais aussi la vie bourgeoise de l'époque. Une lecture très prenante.

Voir les commentaires

Des fleurs dans le vent de Sonia RISTIC

Ce 2eme roman de Sonia Ristic est soumis au vote des bibliothécaires bénévoles de l´Association CBPT. Les bénévoles auront à voter entre ' romans francophones de l'année 2018.

Une histoire d'amitié entre 3 jeunes gens: Summer, fille d´une ancienne hippie famille mono parentale; Jean-Charles dit JC, fils d'un père portugais violent et d'une mère victime de violences conjugales et enfin Douma, fils d´une ex-bourgeoise et d´un sénégalais thésard de la Sorbonne, un couple bi national.

Ces 3 jeunes sont inséparables depuis leur plus tendre enfance. un seul être à 3 têtes et 6 membres qui a grandit ensemble à la goutte d'Or. Les déménagements les ont séparés mais ils ont réussi à se retrouver tout au long de ses 30 années. Une amitié inaltérable malgré une entrée dans l'âge adulte assez difficile. Douma sort de prison et les 2 amis sont là, prêts pour l'aider à affronter sa sortie.

En toile de fond, les évènements sociaux des années 80 à 2000 avec l'annonce de l'élection de François Mitterrand le 10 mai 81.

Comme dans tout souvenir, les odeurs se mélangent: morue salée, poulet yassa, boeuf bourguignon, épices à couscous... car nous sommes à Barbes où les nationalités s'entremêlent.

Dans cette histoire de vie, l'auteur ne tombe pas dans l’apitoiement bien que l'auteure évoque le sida, la prison, la difficulté à trouver sa place...

Les chapitres alternent entre vie présente et vie passée.

Un roman très contemporain plaisant.

 

Voir les commentaires

Toutes les histoires d'amour du monde de Baptiste BEAULIEU

Résumé: A la mort de Moïse, son fils découvre trois carnets dans une malle du grenier de la maison familiale. Ces carnets renferment toute la vie de ce grand-père adressée à une dénommée Anne-Lyse.  A la lecture des pages, le fils de Moïse, Denis s'interroge et sombre dans une profonde mélancolie. Il confie les carnets à son fils Jean qui va tenter de sortir son père de la morosité dans laquelle il est tombé en élucidant le mystère que cachent ces lettres.

Qui est Anne-Lyse Schmitt? Qui était-elle pour Moïse?

Qui était ce grand père taiseux et taciturne?

Les lettres dévoilent une vie bouleversante par ses drames, ses secrets, ses sacrifices, ses non-dits mais aussi ses bonheurs et son amour.

Une épopée familiale qui rassemble 3 générations.

Une histoire qui est un mélange d'histoires (je m'y suis parfois un peu perdue) essentiellement de rencontres et d'amours, des personnages attachants, une lecture agréable.

Un thème qui fait réfléchir: A nos dépens on peut s'oublier pour un être qui nous est cher....

Une histoire vraie puisque L'auteur Baptiste Beaulieu est toujours à la recherche de cette Anne-Lyse qui devrait être encore en vie à ce jour.

Je vous conseille de visiter le blog : "Alors voilà" de Baptiste Beaulieu et d'écouter ses chroniques sur France Inter "Grand bien vous fasse".Mais aussi de lire "La balade de l'enfant gris"

"Une humanité qui se retrouve dans ses romans, bouleversants de justesse et de poésie" Le Monde

Voir les commentaires

Spiridon Superstar de Philippe JAENADA

Dans ce roman récit documentaire humoristique, Philippe Jaenada choisit le thème des 1ers jeux olympiques.

Un certain Louis Spiridon, habitant de Maroussi, petit village situé à 15 km d'Athènes a été champion olympique du Marathon lors des (1ers) JO en 1896.

Spiridon, loin d'être un athlète professionnel était porteur d'eau. Depuis tout petit il courait à côté de la charrette de son père chargée de jarres remplies d'eau de la source du village.

L'auteur relate l'histoire des jeux antiques et nous explique leur retour au XIXème siècle et ce grâce au rôle important tenu par le baron Pierre de Coubertin.

Un livre très agréable, écrit dans le style propre à P. Jaenada, c'est à dire humour et digressions qui nous interpellent.

J'ai ri et appris plusieurs choses concernant les JO notamment en fin de livre.

La collection Inciput (Edition Prisma et Steinkis Groupe) édite de grands romanciers qui racontent une première fois historique ou universelle, mêlant fiction et réalité.

Exemple: Le 1er métro parisien: Boulot, do de Nicolas d'Estienne d'Orves

Les 1ers congés payés: Les délices de 36 de Nicolas Rey etc

Voir les commentaires

Les déracinés de Catherine BARDON

Résumé: Une fresque historique qui démarre à Vienne en 1932 où Almah et Wilhem se sont rencontrés et se termine en 1961 en République Dominicaine.

Wilhem est journaliste, il est promis à une belle carrière.

Almah, fille de famille bourgeoise, se consacre à la médecine tout comme son père. Pour Almah la vie est confortable et riche de découvertes, en effet Almah a un caractère bien trempé et est prête à vivre sa vie sans détour.

Mais la seconde guerre mondiale approche et se fait sentir en Autriche où les allemands persécutent les juifs. Les artistes et les intellectuels commencent à s'exiler en Amérique et autres pays receveurs.

Après quelques années et le départ de quelques membres de la famille, Almah et Willem décident de s'exiler vers les États-Unis. Ils devront pour cela s'arrêter en Suisse, traverser la France, L’Espagne et le Portugal pour embarquer vers la République Dominicaine car leur visa pour les États-Unis s'avère être un faux...

Sur cette île, 100 000 visas ont été accordés aux juifs pour fonder une colonie, plutôt une sorte de kibboutz dans ce milieu hostile au soleil accablant... et je n'en dirai pas plus....

Mon avis: Un pan de la seconde guerre mondiale méconnu, tant au niveau des difficultés pour s'exiler que la vie en R.D. sous une dictature sans pitié.

Des personnages très attachants et très courageux.

Des liens d'amitié, d'amour, d'entraide. des relations humaines très riches.

Beaucoup d'émotion, de nostalgie, de suspense.

Un roman instructif, très bien documenté et romancé.

Une belle écriture

Un 1er roman à lire et à faire lire

 

 

 

Voir les commentaires

La relieuse du gué de Anne DELAFLOTTE MEHDEVI

Un joli roman à lire avant Le portefeuille rouge du même auteur.

Résumé: Alors que Mathile travaille dans son atelier de reliure, un homme frappe à sa porte. IL entre dans l'atelier du gué et demande à Mathilde de rénover la reliure d'un vieux livre relié à l'allemande.

Le jeune homme part rapidement laissant un acompte en espèces mais aucun nom aucune adresse.

Le lendemain l'homme s'est fait renversé par un camion et en est mort.

Mathilde est tombée sous le charme de cet homme ainsi que de son livre illustré de magnifiques aquarelles.

La jeune relieuse va s'attacher à retrouver le nom du jeune homme dont personne ne réclame le corps ainsi que les lieux illustrés dans le fameux livre.....

Mon avis: Un roman très agréable à lire . Alors que l'auteur citait régulièrement Shakespeare dans "Le portefeuille Rouge", dans ce roman c'est Cyrano qui agrémente les chapitres!

Le style est fluide, le contenu de l'histoire intéressant. Les personnages sont attachants d'autant que nous les retrouvons dans "le portefeuille rouge". C'est un bel hommage rendu aux vieux livres et au travail de reliure. Rencontres, secret de famille, douleurs et rancœurs mais aussi amitié sincères bref tout ce que j'aime! de plus c'est un 1er roman!

Voir les commentaires

Le dernier bain de Gwenaêle ROBERT

Un roman historique autour de Marat mais celui-ci n'est pas le personnage principal, il n'est que le prétexte de cette exofiction. Marat est entouré de plusieurs personnages fictifs qui ont une bonne raison de l'assassiner. Ils ont tous un mobile politique ou personnel mais Charlotte Corday, la normande, va tous les devancer voulant mettre un terme à la dérive de la révolution française. Nous sommes en 1793, la révolution piétine et s'enferme dans la terreur incarnée par Marat qui réclame 100 000 têtes. C'est dans sa baignoire remplie de souffre que Marat dresse la liste des futurs condamnés..

Ce roman se déroule sur 8 jours du 11 juillet au 17 juillet de l'arrivée de Charlotte Corday  jusqu'à son exécution.  Durant cette semaine, Marie Antoinette est séparée de son fils, le peuple prépare la commémoration du 14 juillet 89 et Marat est assassiné.

C'est un roman chorale construit autour de plusieurs personnes anonymes du peuple et notamment plusieurs femmes dont on parle peu durant cette période.

Un roman tragique bien documenté qui apporte une réflexion sur l'histoire et ce que l'on en fait... La baignoire dans laquelle Mara a été assassiné a été peinte par le peintre David, en fait elle est totalement différente de la représentation qu'il en a faite. La véritable baignoire est exposée au musée Carnavalet.

Le style est très agréable et le lecteur sent la chaleur de ce mois de juillet à Paris et la cruauté du tueur.

 

 

Voir les commentaires

Le portefeuille rouge de Anne DELAFLOTTE MEDHEVI ***

Le début de l'histoire: Dans son atelier Mathilde travaille avec les outils de son grand-père qui l'a initiée aux métiers de la reliure. Elle s'est installée dans un petit village du Sud-Ouest et est entourée de sa clientèle et de ses amis.

Une consœur installée à Bordeaux propose à Mathilde la restauration des feuillets d'un exemplaire du premier Folio de Shakespeare alors que Astrid Malinge, relieur-doreur s'occupera de la couverture. Pendant une semaine Mathilde, qui a besoin d'argent, va travailler aux côtés d'Astrid avec l'absolue interdiction de parler de ce Folio. Celui-ci sera mis aux enchères pour quelques millions de livres à Londres. Mathilde s’accommode du caractère exécrable et méchant d'Astrid et découvre un portefeuille rouge contenant des feuilles dont la calligraphie qui lui rappelle l'écriture du Folio sur lequel elle travaille...

Et je n'en dirai pas davantage!

 

En plus: Un roman captivant dès les premières pages. Une autobiographie fiction de l'auteure qui a suivi des études en droit international et diplomatique mais elle a préféré se consacrer au métier de relieur parallèlement à son métier d'écrivain.

Un récit très prenant qui nous entraîne dans le monde de la reliure, des collectionneurs, des commissaires priseurs, des experts et conservateurs. Un style très agréable. Des "chapitres" courts qui nous entraînent dans une lecture très bien rythmée.

Une intrigue entre deux expertes en reliure qui nous tient jusqu'à la dernière page!

Il me tarde de lire la relieuse du Gué par lequel il aurait fallu commencer...

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>