Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Le théâtre de Slávek de Anne DELAFLOTTE MEHDEVI

Résumé: Slávek est en fin de vie (1788) et, pour pallier à la douleur et à l'ennui, ce vieil homme raconte sa vie dans le monde mouvementé de Prague au temps des lumières. 

Nous sommes donc à Prague en 1707, Slávek est issu d'une famille cultivée et aimante mais peu argentée.  Il a échappé à la peste de 1713 qui tua 10 000 Praguois mais n'échappe pas aux roues de la calèche du Comté Sporck qui le laisse handicapé de ses 2 jambes et l'oblige à se déplacer en bequilles.

A son adolescence, le Comte Sporck offre un précepteur à Slávek qui va grâce à cela apprendre plusieurs langues, découvrir différents pays, l'histoire de son pays et de Prague. Plus tard, il sera gardien de différents théâtres mais il sera surtout "maître des lumières " voire "sculpteur des lumières". ..

Mon avis: Un roman historique très intéressant car il parcourt  l'histoire de la Bohême sur un petit siècle ainsi que l'évolution du théâtre. Dans des chapitres courts voire très courts et incisifs, le lecteur suit les bouleversements politiques et religieux de cette époque tourmentée. 

Il me tarde de lire "La religieuse du gué" et "Le portefeuille rouge" dont les critiques sont très favorables.

Voir les commentaires

Les défricheurs des nouveaux mondes de Roger BETEILLE

L'histoire: Voici un roman historique qui débute dans les années 1870 dans le centre de la France, en Aveyron.

C'est l'histoire d'une famille pauvre de petits paysans qui se battent contre la nature pour survivre dans une campagne oubliée de France.

    Il y a Céleste, la grand-mère adorable, courageuse, travailleuse qui a le cœur sur la main  et se donne entièrement à sa famille.

    Son fils Louis, volontaire et travailleur qui se bat envers et contre tout.

    Sa belle-fille, Delpphine, mère de 3 garçons, qui tombe enceinte presque 10 ans après la naissance du plus jeune de ses fils. Elle met au monde bien malgré elle une petite Marie que Delphine va rejeter avec méchanceté.

    C'est entre autres la vie de Marie que nous allons suivre. Marie va survivre grâce à sa grand mère qui va la nourrir de lait de chèvre et l'aimer profondément. Enfant, Céleste lui apprend à lire souhaitant pour elle une scolarisation. Par chance, à son adolescence l'école est obligatoire et grâce à son instituteur qui décèle en elle une intelligence développée et va la mener au certificat d'études. Mais les parents veulent la placer dans une ferme au lieu d'aller en école à Rodez. Son instituteur lui trouvera une place de "répétitrice" dans une famille aisée....

    Et je ne vous en dirai pas plus!!!!

Mon avis: Un roman à la fois simple et enrichissant. Bien écrit, il dévoile la vie des paysans du monde rural de fin de siècle. Ce livre ne se veut pas romanesque bien qu'il le soit un peu en fin d'ouvrage, ce qui rend la lecture plus passionnante. Une époque où les campagnes sont ravagées par le Phylloxera qui détruit le vignoble et la maladie de l'encre qui atteint les châtaigniers. Une époque de désertification des campagnes au profit du Nouveau Monde: l'Amérique du Sud dans ce roman mais aussi l'Amérique du nord, l'Océanie et l'Australie.

A lire si ce thème vous intéresse.

L'auteur: Né en 1938. Avant d’être un romancier, Roger Béteille est d’abord un géographe. Ce professeur honoraire de l’université de Poitiers est l’auteur d’un concept qui a fait flores : La France du Vide.
Son passé d’universitaire n’empêche pas cet Aveyronnais d’être à l’affût de tout. Il connaît les Aveyronnais de Paris, pour leur avoir consacré une thèse au terme d'une recherche de douze ans.
Ce romancier a beau aimer son Rouergue, il n’est pas du genre nostalgique et pessimiste. Ce n’est pas non plus un révolutionnaire, ni un fou de réformes. Il attend de voir ce que valent les futurs Pays pour se prononcer. Son dernier roman, “Les Chiens muets“ est paru en mars 2003 aux Editions du Rouergue.

Né en Aveyron, Roger Béteille est professeur honoraire de l'université de Poitiers. Spécialiste du monde rural et de l'agriculture, il est l'auteur d'ouvrages universitaires et de romans qui lui valent un public fidèle et de plus en plus large, notamment L'Orange aux girofles, Les Chiens muets, Le Mariage de Marie Falgoux, Clarisse, La Chambre d'en haut et La Maison sur la place, tous parus aux Editions du Rouergue.

Voir les commentaires

Grand frère de Mahir Guven

L'auteur est né en France sans nationalité en 1986 car il est de mère turque et de père kurde. Il a grandi entre la ville et les vignes près de Nantes avec sa mère et sa grand- mère. Il travaille en région parisienne et "Grand frère" est son premier roman.

Le résumé: Grand frère est chauffeur de VTC, enfermé onze heures par jour dans son véhicule il réfléchit sur sa vie et observe la vie qui se déroule au-delà de son pare-brise.

Petit frère est parti en Syrie, il s'est engagé comme infirmier dans une organisation humanitaire musulmane. Il ne donne aucune nouvelle depuis plusieurs mois.

Un soir Petit frère réapparaît et sonne à la porte de Grand Frère....

Mon avis: C'est avec un vocabulaire de banlieue que l'auteur aborde le sujet du terrorisme. L'embrigadement de ceux partis en Syrie à la recherche d'un idéal mais pour qui le retour en France est quasi impossible. Il dévoile également la solitude des nouveaux arrivants, luttant pour survivre et pour s'intégrer.

C'est l'histoire de 3 hommes, le père et ses deux fils qui tentent par tous les moyens à s'insérer dans une société qui ne les attend pas....

Attention: le langage est très cru.

 

Voir les commentaires

Madame Einstein de Marie BENEDICT

Ce roman retrace la vie de Mileva Maric, scientifique serbe de très bon niveau. Quasiment seule femme parmi un monde d'hommes dans ce début du XXème siècle.

Mileva tombera amoureuse de Albert Einstein que épousera et lui dévouera sa vie au détriment de ses études, de ses recherches et de sa notoriété.

La narratrice est Mileva, ce qui nous permet de nous plonger dans sa vie, ses idées et ses pensées.

Un destin totalement raté pour cette brillante femme qui par souci des convenances  restera bien trop longtemps la compagne de Alber Einstein. Albert Einstein

Un roman agréable à lire, l'auteur y aborde des données scientifiques qui ne dérangent pas la lecture.

 

 

EXTRAITS d'ARTICLES: Beaucoup se sont interrogés sur la part qu'avait pris Mileva dans les travaux d'Einstein. Certains affirment qu'ils ont véritablement travaillé en duo et qu'elle a été flouée. D'autres considèrent qu'elle a peut-être participé mais que le véritable auteur de ces articles, c'est Albert.Mileva Maric, née en 1875, à Tiltel (aujourd’hui en Serbie), développe dès l’enfance des dons intellectuels extraordinaires. Elle étudie à l’Institut polytechnique de Zurich, où elle rencontre Albert Einstein. Ils se marient en 1903. En 1905, Mileva est auprès d’Einstein et l’aide dans ses travaux. Des biographes d’Einstein s’étonneront de l’extraordinaire fécondité de cette année-là. Pour Desanka Trbuhovi-Gjuric, il s’agit des « fruits d’un travail en commun ». En 1914, il quitte femme et enfants et elle est réduite à donner des leçons de mathématiques et de piano. En novembre 1922, Einstein reçoit le Prix Nobel de physique et se rend à Zurich pour remettre à Mileva le montant intégral du prix : reconnaît-il ainsi ce qu’il lui doit ? Mileva meurt en 1948, après « une vie pleine d’un fantastique oubli de soi, et de tempêtes dont personne ne sut rien ». Pourtant elle est un génie scientifique, d’une force égale à celui d’une Marie Curie, d’une Sophie Germain, d’une Sofia Kovalesvskaïa.

Desanka Trbuhovic-Gjuric, compatriote de Mileva, s’est acharnée, par un extraordinaire travail de détective, à démontrer dans son livre, Mileva Einstein, une vie (traduit par Nicole Casanova aux éditions des femmes), que Mileva était pour beaucoup dans les découvertes de son mari. Suite à la polémique soulevée par cette étude, des scientifiques américains militent pour que le Nobel soir réattribué à Mileva et Albert.

Catherine Rihoit, Marie Claire, mai 1991

Voir les commentaires

Le malheur du bas de Ines BAYARD

Un roman... Un récit de vie...?

Une écriture poignante où les mots sont crus, douloureux et horribles.

Marie est une jeune femme mariée, heureuse, elle s'investit dans sa banque où son travail est reconnu. Tout va bien jusqu'à cette soirée où, rentrant chez elle,  son vélo a été fracturé et son patron lui a proposé de la raccompagner chez elle... Mais c'est dans un parking souterrain qu'il va l'emmener,  l'agresser et la violer la menaçant de la renvoyer si elle parle.

Marie va s'enfoncer dans le non-dit et les mensonges jusqu'à une situation de non retour.

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce roman car pertinemment nous savons tous que ce n'est pas qu'un roman....

Une auteur à suivre car c'est son premier roman...

Voir les commentaires

La disparue de Saint Maur de Jean-Christophe PORTES

 

Résumé : Nous sommes en novembre 1791 et la Révolution redouble, surtout après la fuite manquée du roi à Varennes et la menace que fait peser l'armée des émigrés massée à la frontière allemande.. Plus que jamais la Nation est en danger... 

Victor Dauterive officier de la gendarmerie nationale est appelé à enquêter sur la disparition d'une jeune aristocrate dans la commune de Saint-Maur. le comportement étrange de la famille de la victime dérange le jeune enquêteur mais il doit abandonner l'affaire lorsque  le  marquis De La Fayette  l'envoie en Angleterre pour déjouer un complot.

Courant deux lièvres à la fois Victor n'aura de cesse de faire éclater la vérité et préserver son honneur dans cette période post révolutionnaire empreinte d'injustices, de violences et de complots de toutes sortes.


Mon avis : Un récit agréable à lire avec une écriture fluide et condensée. Deux enquêtes menées de front. L'auteur mélange les personnages historiques et les personnages de fiction dans ce Paris du XVIIIème et nous l'explique en fin de roman.

Victor, le personnage principal est attachant, naïf et idéaliste mais au fil de ses enquêtes son caractère évolue et ses illusions disparaissent. 

Un roman historique intéressant qui nous éclaire sur cette époque très trouble...

 

Voir les commentaires

Les bourgeois de Alice FERNEY

C'est une saga familiale qui s'étale sur 4 générations que nous propose Alice Ferney. La famille Bourgeois, dont le nom n'est pas innocent est une famille conservatrice et chrétienne.

Cette saga débute en 1900 avec Valentine et Jules Bourgeois, 8 enfants. La Grande guerre, un veuvage prématuré, 4 enfants survivants. Valentine aura 27 petits-enfants.
- 1920 : Mathilde et Henri Bourgeois, 10 enfants. La Drôle de guerre, un veuvage prématuré. Henri aura 40 petits-enfants.
- 1967 : la mort du patriarche.
et se termine en 2016 avec 4 survivants d'une fratrie de 10.

L'auteur retrace la vie de ce siècle et aborde de nombreux sujets:

  • Le mariage et la valeur que celui-ci avait;
  • Les droits des femmes et l'auteur se pose la question des avancées de ces droits, contraception, avortement.
  • L'évolution de la société avec Mai 68
  • Les privilèges acquis de la bourgeoisie du début 1900 auxquels les autres auront droit mais plus tardivement,
  • Le thème de la guerre, mondiale, Occupation, Indochine, Algérie
  • La barbarie avec la shoah, la torture, le terrorisme
  • La mort fin inévitable pour chaque être humain dans cette roue de la vie....

C'est au travers des joies, des drames, des traumatismes, des abandons, des échecs mais aussi des succès que l'auteur décrit la vie de cette famille pour laquelle la transmission, la fidélité et l'engagement sont les vraies valeurs de la famille.

 Un roman sociétal passionnant qui allie notre histoire et celle de cette famille.

Voir les commentaires

Entrez dans la danse de Jean TEULE

Nous sommes en juillet 1518 à Strasbourg. Les Turcs sont à la porte de la ville mais plus grave encore le peuple vit dans la crasse, la cruauté et meurt de faim. La misère conduit la population à tuer pour manger... des bébés bien sûr....

Et la folie s'empare du peuple qui se met à danser partout, nuit et jour.

La politique dit que le peulpe est pris de folie...

Les médecins parlent de maladie...

Les religieux accusent le diable....

C'est dans un langage cru que Teulé raconte cette histoire qui serait vraie !

Voir les commentaires

A chacun son rêve de Paul IVOIRE

C'est en écoutant l'émission de Gérard Collard que j'ai découvert ce petit bijou plein d'humour et de bonheur.

Un vrai livre d'été qui se lit en une fois! Bien sûr ce n'est pas du Proust comme le dit si bien G. Collard...

Un village de Bourgogne dans lequel 2 familles se livrent une guerre absurde ...

Xavier, SDF qui moyennant un petit gain propose de préparer des grilles de l'Euromillion aux clients d'un bar...

Syvain,  gagant de l'euro million qui veut faire partager son gain au SDF...

Cécile qui essaie de ne plus divorcer...

Hélène qui est entre 2 feux amoureux...

La découverte d'un site archéologique...

Bref de quoi s'amuser quelques heures...

 

 

Voir les commentaires

Bakhita de Véronique OLMI

Un récit tiré d'une histoire vraie dramatique, étonnante et poignante.

Bakhita est née au Darfour vers 1869. Enfant, elle est enlevée et vendue à des négriers musulmans, elle subit violences et soumissions. Marches forcées, coups, humiliations, tortures sont le monde des esclaves dans lequel Bakhita est entrée.

Après 6 années de malheur, elle sera achetée pour la 5ème fois. mais cette fois-ci par un italien, consul à Khartum qui sera son sauveur.

Bakhita a tout perdu, son nom, sa langue, son village, lui reste sa beauté ...   « Elle ne sait pas comment elle s'appelle. Elle ne sait pas dans quelle langue sont ses rêves. Elle se souvient de mots en arabe, en turc, en italien, et elle parle quelques dialectes. Plusieurs viennent du Soudan, un autre de Vénétie. Les gens disent : « un mélange ». » P 13

...et son incroyable volonté de vivre, son obstination à faire le bien.

Véronique OLMI relate avec talent la vie d’une esclave devenue une religieuse vénérée en Italie, canonisée en 2000.

 

TIRE de WIKIPEDIA: Issue d'une famille composée de quatre sœurs et de trois frères, elle n'a que cinq ans lorsque sa sœur Kishmet est enlevée sous ses yeux par des trafiquants d'esclaves  en 1874. À son tour, alors qu'elle avait près de 9 ans, elle est la victime de négriers  musulmans qui la vendent et la revendent plusieurs fois, sur les marchés d' El Obeid et de Khartoum, en lui infligeant de mauvais traitements. Le traumatisme est si grand qu'elle en oubliera son premier nom. C'est ainsi qu'on lui donne le nom de Bakhita, qui signifie « la chanceuse ».

Elle appartenait à un général turc qui lui avait fait subir de cruelles scarifications (tatouages) quand ce dernier décida de vendre toutes ses esclaves. Bakhita est alors acquise par le consul d' Italie à Khartoum, Calisto Legnani, en 1883.

Joséphine a 14 ans et sa vie change alors radicalement : « Le nouveau maître était assez bon et il se prit d'affection pour moi. Je n'eus plus de réprimandes, de coups, de châtiments, de sorte que, devant tout cela, j'hésitais encore à croire à tant de paix et de tranquillité ».

Béatifiée le 17 mai 1992, elle a été canonisée  par Jean-Paul II le 1er octobre 2000.

Le pape dira à cette occasion : « Cette sainte fille d'Afrique, montre qu'elle est véritablement une enfant de Dieu : l'amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire ».

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>