Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Petite Louve de Marie Van MOERE

 

       Nous entrons dans l'ambiance de ce roman noir dès la 1ère page et nous comprenons pour quelle raison Agathe et sa fille fuient Marseille pour la Corse. Une course poursuite commence sur cette île qui est un refuge mais aussi un piège.

        Deux familles s'affrontent, la 1ère veut venger sa fille et n'imagine pas ce que cela va engendrer. La 2ème, famille de gitans purs et durs, ne craint rien et va tuer sans pitié.

       Ce Premier roman aborde les notions de courage, d'amour, d'entre aide, de justice, de relation mère-fille. Ainsi que le thème de la responsabilité des parents envers leurs enfants et les conséquences.

       Un roman très fort dont le suspense est très bien maîtrisé dans lequel il est question de protection, de chasse et de vengeance...

       Un style moderne très agréable qui est en accord avec les différents moments de l'histoire: description de la Corse, tuerie, affection....

       Une auteure à surveiller!!!!

Voir les commentaires

Les danseurs de l'Aube de Marie CHARREL

         Marie Charrel nous conte l'histoire de Sylvin et Maria Rubinstein danseurs de flamenco . Ils ont parcouru le monde de Varsovie à Berlin en passant par New York, pendant qu'ils dansaient le monde s'apprêtait à s'entre tuer... Ils espéraient continuer la danse malgré la fureur nazie mais la barbarie humaine en décidera autrement. Après l'assassinat de sa soeur jumelle par les nazis, ce danseur androgyne de flamenco portera les costumes de sa soeur pour la faire revivre et évoluera sur les grandes scènes du monde avant de devenir un tueur de nazis.

        Parallèlement à l'histoire de ces deux danseurs, l'auteur raconte l'histoire de Lukas et Iva, à Hambourg en 2017. Tous deux fuient leur passé en parcourant l'Europe de l'Est. Leur flamenco est très apprécié mais les deux danseurs vont se confronter à la violence des hommes et leur intolérance. 

        Avec presque un siècle d'écart, Marie Charrel retrace les destins d'artistes épris de liberté, prêts à se battre pour défendre leurs identités.

       Une écriture superbe, des gitans attachants, des pas de danse envoutants, une liberté des gestes dans une époque incertaine.

 

 

 

 

 

                   Sylvin et Dolores

     

        Extrait de wikipédia: Sylvin Rubinstein (1914 à Moscou – 30 avril 2011 à Hambourg) était un danseur et travesti juif-russe, membre de la résistance au nazisme pendant la seconde guerre mondiale.

 Il quitte la Russie pour la Pologne avec sa mère et sa sœur jumelle Maria, lorsque son père aristocrate est exécuté par les bolcheviks.  Sylvin et Maria gagnaient de l’argent en dansant sur le marché de la ville.  À l’adolescence, ils dansaient professionnellement, comme un numéro de flamenco présenté comme Imperio y Dolores.  En tant qu’Imperio et Dolores, ils ont été en tête d’affiche dans des music-halls à travers l’Europe, ainsi qu’à New York et en Australie. 

Après la guerre, Rubinstein retourne à la danse. [3] « Devenir Dolores était ma façon de faire face à la mort de ma sœur jumelle... seul un jumeau peut comprendre à quel point c’était horrible. C’était comme être déchiré en deux. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elle. » Dans l’Allemagne occupée par les Alliés, Rubinstein a témoigné au nom du major Werner devant un conseil d’administration américain pour gagner sa liberté.

Rubinstein, sous son apparence féminine en tant que Dolores, est devenu un artiste majeur du music-hall dans les années 1950. Mais l’âge avancé et l’évolution des goûts ont fait des ravages.

Sylvin Rubinstein est décédé le 30 avril 2011, alors qu’il vivait dans un appartement dans le quartier portuaire de Hambourg. Un documentaire, Er tanzte das Leben (Danser sa vie), a été réalisé sur l’histoire de sa vie.

 

Voir les commentaires

Le tailleur de Relizane de Olivia ELKAIM

       Alors que Olivia Elkaim est restée indifférente au sors de sa famille pendant très longtemps, c'est au décès de ses grands-parents qu'elle s'intéresse à leur vie passée grâce à une valise pleine de documents que lui fournit son père. L'auteure va retracer le parcours de ses aïeux ainsi que celui de ses parents. Une vie remplie de drames, d'hostilité, de misère, de déracinement.

       Marcel et Viviane et leurs deux enfants: Pierre-Joseph et Jean-Moïse vivent à Relizane à 140 kms d'Oran. Marcel est un tailleur de bonne renommée. Une nuit d'octobre 1958, Marcel est enlevé par un commando. Certain d'être exécuté, il revient dans son foyer et retrouve une vie normale, ou presque normale car il n'a pas le droit de dévoiler ce qu'il s'est passé...

      Marcel et Viviane vont tout faire pour rester en Algérie malgré le regard inquisiteur des voisins et des amis. Mais comme beaucoup d'entre eux ils sont contraints à l'exode, un exode sans retour malgré leur espoir. Un départ dans lequel ils perdront tous leurs biens mais également leur dignité et leur identité.

     Pour l'auteur, il semblerait que ce roman biographique soit une réconciliation avec ses origines, une réappropriation de son passé longtemps ignoré.

     Un témoignage émouvant qui retrace la décolonisation, les déchirures, l'exode, la difficile installation des "pieds-noirs".

RELIZANE en 1962

Voir les commentaires

Et toujours les forets Sandrine COLETTE

Corentin abandonné par sa mère est élevé par Augustine dans un petit village perdu au bord d'une forêt. Il part faire ses études à la ville. Lors d'une soirée entre amis dans les catacombes la terre est recouvert par un gigantesque "souffle" qui détruit tout sur son passage. Plus aucune forme de vie ne subsiste sur terre. Corentin va remonter à la surface et décider de partir pour rejoindre son village et vérifier qu'Augustine est toujours en vie. Au cours de son périple il va rencontrer "l'aveugle", un chiot, comme lui survivant miraculeux.

Dans ce roman tout est gris, les arbres n'ont plus de feuilles, il n'y a plus d'herbes, l'air et l'eau sont pollués, la couche d'ozone a disparu. On ressent une grande tristesse à la lecture du roman, cependant Corentin va s'attacher à perpétuer l'espèce avec un amour de jeunesse elle aussi survivante.

Sandrine Collette continue après "Juste après la vague" à dénoncer la souffrance de la planète et notre indifférence ou notre incompétence à réagir malgré tous les signes annonciateurs. Le roman finit quand même sur une note d'espoir en dépit d'un épilogue dramatique.

Voir les commentaires

Les passeurs de livres de Daraya de Delphine MINOUI

       

         Delphine MINOUI est grand reporter au Figaro. Elle a sillonné le Moyen-Orient et connaît très bien l'Iran. Actuellement, elle réside et travaille en Turquie. Elle tente de raconter ce qu'il se passe en Syrie et se rend régulièrement à la frontière turco-syrienne. C'est en navigant sur le net qu'elle découvre une photo de jeunes entourés de livres. Il s'agit d'une bibliothèque clandestine située au cœur de Daraya à quelques kilomètres de Damas. Daraya est une ville que Bachar al Hassad veut rayer de la carte car elle s'est soulevée contre le régime en 2011 et résiste. 

       En août 2012, le massacre de la population est suivi d'un blocus avec des bombardements quotidiens et des bombardements au gaz chimique en 2013 malgré l'interdiction d'utiliser cette arme. de 250 000 habitants la ville passe à 12 000 survivants.

      Intriguée par cette photo de livres, Delphine Minoui cherche à rentrer en contact avec ces jeunes activistes et réussit par le biais de whatsapp de trouver la trace de Ahmad. Auteur et co-fondateur de cette bibliothèque, il va échanger avec l'auteur au milieu du bruit des bombes pendant plusieurs années.

      Cette bibliothèque n'existait pas avant la guerre, c'est au milieu des débris que ces jeunes ont décidé de récolter ce qui restait de leur patrimoine culturel, récoltant ainsi 15 000 ouvrages de tout genre.

      Ces jeunes qui réclament le changement et la réforme ont la volonté de recréer l'ordre dans le chaos. Ils organisent dans ce local en sous-sol sombre et caché des mini conférences.. Ils veulent s'instruire pour ne pas tomber dans la violence. Nous sommes dans la période difficile des attentats: Charlie hebdo en 2015, Nice en 2016.

      Un livre dense, un témoignage bouleversant, une histoire de résistance sur fond de guerre.

François Brusnel dans la grande librairie a écrit: ce livre est "Une arme d'Instruction massive"

C'est Grace à une librairie indépendante que j'ai découvert ce petit livre que j'ai lu bien que je connaisse peu de choses en politique internationale. Un livre très intéressant qui ne laisse pas indifférent.

 

 

 

                                                               Récolte de livres dans les débris

 

                                                Le local en sous-sol, sombre mais bien aménagé.

Voir les commentaires

On ne voyait que le bonheur de Grégoire DELACOURT

     Un titre alléchant qui, pour ma part,  pourrait être: "On ne voyait que le malheur"....

     Antoine est expert en assurance et connaît bien le prix d'une vie. Dans ce roman il en fait le bilan. Des parents qui ne se sont pas aimé, une enfance cabossée,  une mère absente, un père peu courageux, une femme qu'il a quittée, un emploi qu'il a perdu... bref un constat de vie bien amer. Antoine n'aime pas l'homme qu'il est devenu.

     Un roman mélancolique et tragique qui aborde les valeurs familiales, l'amour, le manque d'amour, les non-dits, les ruptures...

   Déçue par cette lecture qui, personnellement,  ne me convient pas, je vous conseille "Mon père" et bien sûr "La liste de mes envies" du même auteur!

 

Voir les commentaires

La liste de mes envies de Grégoire DELACOURT

       Après avoir lu "Mon père", je me suis enfin décidée à lire "la liste de mes envies". Un roman qui a fait parlé de lui et qui a été adapté au cinéma. Mais à mes yeux, ce petit roman n'est pas aussi bon que "Mon père".

       Jocelyne tient la mercerie de son père ainsi qu'un blog de conseils en couture qui a du succès. Jocelyne est aimée pour sa gentillesse et son dévouement. Les deux meilleurs amies de Jocelyne jouent chaque semaine au loto et espèrent bien sûr gagner... Lorsque l'heureux gagnant de la semaine habite leur ville et tarde à se manifester, elles sont très surprises. Et, Jocelyne ne dit rien, elle n'encaisse pas le chèque et a bien tord!!!

       Une écriture légère et drôle comme l'est Jocelyne malgré une vie monotone et solitaire...

Voir les commentaires

Mon père de Grégoire DELACOURT

    

      Ce roman se déroule en huit-clos dans une église. Un homme est entrain de tout casser, il est à la recherche du prêtre de cette église. Cet homme est un père, le père de Benjamin. Benjamin, enfant calme et innocent est entouré de parents aimants et d'une grand-mère croyante. A la suite du divorce de ses parents Benjamin s'enferme sur lui-même, mais est-ce la vraie raison de cet enfermement?

    Durant l'été, sur les conseils de la grand-mère, Benjamin est allé en colonie, des vacances organisées par un prêtre...

   Un roman qui porte sur la vengeance, le silence de l'église, le pardon, la repentance, le mensonge.

   C'est avec beaucoup de pudeur que Grégoire Delacourt aborde le sujet de la pédophilie et de l'écoute de nos enfants.

   Un roman qui ne se lâche pas et dont je ne veux pas trop en dire....

  

    

Voir les commentaires

Fantaisie allemande de Philippe CLAUDEL

       Voici 5 nouvelles qui se déroulent en Allemagne à la fin de la 2ème guerre mondiale. Le fil conducteur est Viktor. Viktor, bourreau SS, Viktor employé d'hôpital psychiatrique, Viktor en fin de vie devenu sénile....

     Et puis il y a un jeune allemand fugitif qui a fait disparaître tous les signes de sa nationalité et dont la mort est inattendue; une petite fille rescapée d'une pile de cadavres qui garde ses souvenirs  précieusement dans son mouchoir; une femme qui s'occupe d'un vieillard impotent; un artiste devenu fou face aux lois nazies...

      Des nouvelles touchantes voire dérangeantes qui abordent la culpabilité, la mémoire, les incohérences de l'histoire, l'homme face à l'horreur, l'homme et sa culpabilité .... Coupable d'avoir obéi? ou Coupable de ne pas avoir obéi?

      Des nouvelles qui ne laissent pas indifférent...

     

Voir les commentaires

Mémé dans les orties de Aurélie VALOGNES

   Un petit roman agréable, léger, frais et drôle. une belle leçon de vie très touchante....

   Dans la belle résidence parisienne tenue par l'intransigeante Mme Suarez, vit Ferdinand. Cet homme octogénaire est râleur, asocial et acariâtre!

   Ferdinand n'a qu'un objectif: pourrir la vie de cette petite communauté...

   Mais la petite Juliette , gamine au tempérament bien trempée va intervenir....

   Je vous laisse découvrir ce feel-good qui aborde les sujets de l'amitié, de l'entraide et de la solitude avec beaucoup d'humour!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>