Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature japonaise

Maïmaï de Aki SHIMAZAKI

 

 

Il s'agit du dernier livre d'une série de 5 dont le personnage principal : Mitsuko décède.

La belle Mitsuko est libraire lorsqu'elle succombe à une crise cardiaque laissant son fil unique Tarô totalement désorienté. Il hérite de la maison familiale et décide de venir y vivre afin de ne pas laisser sa grand-mère seule. Tarô veut se consacrer à la peinture et installe son atelier dans cette grande demeure.

Tarô va découvrir que sa mère n'était pas seulement libraire et que ce qu'il sait de son père n'est pas exact...

Tarô est mannequin, il aime bien sa petite amie Mina. Mais lorsqu'il retrouve Hanako, son amie d'enfance, il retombe sous le charme de la jeune femme qui étonnamment maîtrise le langage des signes....

C'est lorsque Mitsuko apprend que ces deux jeunes ont l'intention de se marier qu'elle fait un malaise refusant catégoriquement ce mariage....

Pourquoi???

Qui était réellement Mitsuko?

 

Une tragédie pleine de poésie et de délicatesse certainement propre à la littérature japonaise.

Extrait de la presse: Avec ce dernier roman du cycle "L'ombre du chardon", la romancière explore le poids des secrets intimes, les mystères et la force du désir, les tabous sexuels, les carcans sociaux… Tous ces fardeaux qu'il faut porter sur son dos, comme le maïmaï (escargot en japonais) sa coquille, dont la forme évoque le cycle infini de la vie. La nature est là, comme toujours dans l'œuvre de Shimazaki, et plus généralement dans la culture japonaise, comme élément structurel ou comme écho aux turpitudes de l'âme humaine.  

Voici le poème de Mitsuko. A qui est-il vraiment destiné?

Maïmaï, maïmaï,

Où vas-tu si lourdement?

Que portes-tu dans ta maison si grande?

Un chagrin ou un fardeau, ou bien les deux?

Ah, tu ne peux qu'avancer, comme la vie! Bon courage Maïmaï! Adieu!

Voir les commentaires