Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

maternite

Le pavillon des combattantes de Emma Donoghue

Nous sommes à Dublin en 1918 dans le service maternité des maladies infectieuses. Julia doit s'occuper seule ou presque, elle est aidée par Bridie une jeune orpheline vivant dans le couvent d'à coté et par les conseils du Dr Kathleen Lynn (personnage historique), des femmes malades qui viennent accoucher. Nous vivons trois jours intenses dans lesquels nous suivons le quotidien de ces femmes qui se battent pour sauver les mères et les enfants. A l'époque les femmes connaissaient très peu leur corps et la gynécologie en est encore à ses débuts. Le roman est composé de 4 parties : rouge, marron, bleu et noir. Les 4 couleurs que prennent les malades de la grippe jusqu'à la fin, inéluctable. Cette grippe qui a débordé des tranchées pour envahir les villes et les campagnes aura fait plus de morts que la guerre ! Les médecins sont tous au front ou malades et on doit faire appel à toutes les bonnes volontés pour sauver des vies. Les brancardiers qui évacuent ou transportent les malades sont des vétérans ou des gueules cassées et les rares médecins qui restent sont âgés. Malgré tout Julia va réussir à tenir trois jours avec des victoires et des défaites. Bridie va lui ouvrir les yeux sur la dure réalité des enfants orphelins qui survivent dans les institutions catholiques irlandaises. Le Dr Lynn quant à elle lui expliquera la réalité politique et économique de l'Irlande à cette époque. J'ai adoré ce roman, j'ai vécu ces trois jours intenses avec Julia , j'ai eu les larmes aux yeux, bref c'est mon coup de cœur de l'année ! A lire absolument.

Voir les commentaires

Deux cigarettes dans le noir de Julien DUFRESNE-LAMY

 

        Alors que Clémentine se dirige vers la maternité pour mettre au monde son premier enfant, elle heurte quelqu'un avec sa voiture. 

        Quelques jours plus tard elle apprend la mort de la célèbre chorégraphe Nina Bausch et est convaincue d' être la responsable de cette mort.

        Pour tenter de déculpabiliser, Clémentine s'intéresse à la vie de cette danseuse et lit tous les documents qui ont trait à sa vie. Un prétexte pour nous présenter Nina...

       Une fois de plus L'auteur bouscule et interpelle ses lecteurs par de fortes émotions: maternité, dans, mort.

       Dans ses remerciements, l'auteur écrit: " J'ai écrit cette histoire parce que cette femme que je n'ai pas connue me manque." Il est vrai que une fois de plus je découvre un personnage grâce à la lecture, une rencontre tardive certes mais qui permet au personnage de ne pas tomber dans l'oubli....

       J'ai regardé quelques extraits des spectacles de Pina Bausch. Elle mélange danse et théâtre ce qui permet d'amplifier les sentiments tels que Vie, Amour, Lutte, Joie et désespoir etc... Des sentiments que l'on retrouve dans l'écriture de Julien DL.

     Wim Wenders a réalisé un film sur cette chorégraphe.... à voir...

 

 

Voir les commentaires