Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nazisme

Le garçon au sommet de la montagne de John BOYNE

   

         Pierrot Fischer vit à Paris entre 2 parents de nationalités différentes. Au décès de ses parents, Pierrot est placé dans un orphelinat où il sympathise avec un garçon juif. Puis une tante est retrouvée et accepte de recueillir ce jeune garçon. C'est dans la résidence de Berghof en haut d'une montagne que la tante est gouvernante. Le propriétaire qui n'est autre que Hitler, celui-ci a accepté d'héberger cet enfant.

        Pierrot devient Pieter. Un véritable lavage de cerveau va le transformer. D'enfant calme, gentil, obéissant il devient sous l'influence de Hitler un enfant autoritaire, méchant voir monstrueux. La transformation du caractère de l'enfant est impressionnante.

        Cette histoire montre le pouvoir de Hitler sur les garçons encore malléables dans leur plus jeune âge et la naissance de la jeunesse hitlérienne.

       Le thème de l'endoctrinement qu'il soit nazi ou autre est très bien illustré.

 

 

Voir les commentaires

La Colonelle de Rosa LIKSOM

Quatrième de couverture:

«Je suis née en un temps de haine.
Je suis devenue femme en un temps de haine et de vengeance.»
Une nuit, une vie. Désormais une femme âgée, la Colonelle se souvient de sa propre histoire au cours d’une nuit. Son père et son milieu ont fait d’elle une jeune fille impliquée dans les cercles nationalistes ; son mari, le Colonel, a fait d’elle une nazie finlandaise. Il avait trente ans de plus qu’elle et, très vite, leur relation et leur mariage ont été marqués par la passion et la violence.
Avec La Colonelle, Rosa Liksom livre le portrait d’une femme complexe, à la fois libérée sexuellement et ouverte aux tendances les plus autoritaires, à la fois soumise à son mari et sujette à de véritables extases dans la nature. Dans un style âpre et lumineux, c’est l’histoire d’une femme qui, très tôt, a perdu le contrôle de son avenir. C’est le destin d’une femme emblématique de l’histoire de la Finlande, pays forcé de combattre à la fois la Russie et le Troisième Reich. Que peut-on pardonner? Et combien de fois peut-on recommencer sa vie?

 

Rosa Liksom raconte les années à partir de 1930 avec la montée du fascisme à l'ouest et le communisme à l'est. Elle démontre une collaboration qui a été bien cachée après la guerre. Elle décrit les camps, l'antisémitisme ainsi que la bêtise et la lâcheté humaine. Une part d'histoire assez mal connue.

Voir les commentaires

Fantaisie allemande de Philippe CLAUDEL

       Voici 5 nouvelles qui se déroulent en Allemagne à la fin de la 2ème guerre mondiale. Le fil conducteur est Viktor. Viktor, bourreau SS, Viktor employé d'hôpital psychiatrique, Viktor en fin de vie devenu sénile....

     Et puis il y a un jeune allemand fugitif qui a fait disparaître tous les signes de sa nationalité et dont la mort est inattendue; une petite fille rescapée d'une pile de cadavres qui garde ses souvenirs  précieusement dans son mouchoir; une femme qui s'occupe d'un vieillard impotent; un artiste devenu fou face aux lois nazies...

      Des nouvelles touchantes voire dérangeantes qui abordent la culpabilité, la mémoire, les incohérences de l'histoire, l'homme face à l'horreur, l'homme et sa culpabilité .... Coupable d'avoir obéi? ou Coupable de ne pas avoir obéi?

      Des nouvelles qui ne laissent pas indifférent...

     

Voir les commentaires

Le prix de Cyril GELY

Résumé des notes bibliographiques: Le chercheur Otto Hahn, accompagné de son épouse, s'installe au Grand Hôtel de Stockholm, le 10 décembre 1946, pour recevoir le prix Nobel de chimie. Lise Meitner, son ancienne collaboratrice, se présente à lui, peu avant la cérémonie, sans prévenir. Elle attend cette rencontre depuis son départ précipité de Berlin, en 1938. Cette physicienne juive, qui a travaillé pendant trente ans aux côtés d'Otto Hahn, exige des explications et la vérité.

Mon avis: Un huit clos rondement mené avec des dialogues dynamiques sur un fond historique tragique de l'Allemagne nazie. La confrontation entre les deux chercheurs est très intéressante, d'autant que les protagonistes ont existé. Alors que Lise a fui l'Allemagne avant d'être arrêtée, Otto découvre sans pouvoir l'expliquer qu'un bombardement de neutrons sur un noyau d'uranium produit un noyau de baryum et un noyau de krypton. Or c'est Lise qui trouvera l'explication de cette réaction. Pourtant c'est Otto qui obtiendra le Prix Nobel...

La fission nucléaire était née! Puis pendant 30 ans les deux savants n'ont rien découvert... l'un sans l'autre, ils n'étaient rien...

Aujourd'hui, on peut lire sur la tombe de Lise:

"Lise Meitner, une physicienne qui n'a jamais perdu son humanité."

Lise Meitner, l'oubliée du Prix Nobel

Voir les commentaires

Olga de Berhnard SCHLINK

 

Olga est née fin XIX ème en Silésie. Après la mort prématurée de ses parents, elle part vivre chez sa grand mère qui ne l'aime pas et veut l'appeler Helga , un prénom à consonance plus germanique. Malgré l'interdiction de faire des études,  Olga devient institutrice dans des conditions de pauvreté  extrême. Entre temps, elle rencontre Herbert, fils de propriétaire terrien. Ils s'aiment tout naturellement, ne portant pas cas de leur différence sociale. Mais Herbert ne tient pas en place et part en Afrique avec des idées d’expansionnisme impulsées par Bismarck puis en Afrique pour représenter l'héroïsme allemand et y mourra de froid.

Olga ne cessera que très tardivement de croire au retour d'Herbert. Malgré la mort de ses parents, la misère, les 2 guerres, le nazisme, la méchanceté de la sœur d'Herbert, Olga, personnage fort et discret, ne cessera de se battre.

Un auteur que j'apprécie beaucoup.

Un portrait de femme courageuse.

 

Voir les commentaires

La disparition de Joseph Mengele de Olivier GUEZ

"L'ange de la mort d'Auschwitz" tel était le surnom de Joseph Mengele, criminel nazi, médecin et scientifique qui étudiait sur les gémellités et les malformations, n'hésitant sur aucune expérience à faire sur l'homme.

Comme Klaus Barbie et bien d'autres, J Mengele s'est réfugié en Amérique latine. Accueilli sous le régime de Peron, aidé par ses amis nazis, ses fuites ont été financées par son père, riche industriel allemand.

Ce roman biographique relate sa vie de fugitif ainsi que sa vie de Nazi qui sont intimement liées, l'une justifiant l'autre. Cette chasse au Nazi est étayée de nombreux faits historiques véridiques (Gouvernements argentin, du  Paraguay, du Brésil, du Moyen Orient avec Le Mossad...)

En effet, grâce à de nombreuses lectures et recherches, l'auteur décrit un personnage peureux, narcissique, lâche, paranoïaque, totalement dépourvu d'émotions.
 

Le style est percutant, le livre bien documenté, avec une bibliographie très intéressante si l'on veut en apprendre davantage.

Un roman biographique dont on ne sort pas indemne.  Et bien que ce pan de l'histoire ne nous soit pas méconnu, de telles histoires romancées me semblent nécessaires pour ne pas oublier, pour que cela ne recommence jamais.

 

Voir les commentaires

L'ordre du jour de Eric VUILLARD

PRIX GONCOURT 2017


 

Photo de la jaquette: Gustav KRUPP qui comme d'autres industriels ont construit leur fortune  sur le dos des prisonniers des camps de concentration notamment.

 

Ce petit chef d'oeuvre historique d'Eric Vuillard relate une suite de rencontres déterminantes entre 1933 et 1938. Le rêve d'Hitler est d'unifier les pays de langue allemande en une Grande Allemagne dont il serait le maître absolu. En 1936, il signe l'Accord germano-autrichien qui reconnaît l'intégrité de l'Autriche et la non-ingérence de l'Allemagne. En 1938, soutenu par les nazis autrichiens, civils et membres du gouvernement, il arrache un nouvel accord au chancelier Schuschnigg, remplacé illico par le sinistre Arthur Seyss-Inquart.


Ce qui fait la richesse passionnante de ce livre est le questionnement constant de l'auteur sur l'attitude de ces hommes politiques : ignorance ou légèreté, aveuglement ou crédulité, expectative ou manque d'anticipation, laxisme ou manque de courage ? On se demande comment ces hommes à hautes responsabilités, Anglais autant que Français, ont fait pour se laisser impressionner et intimider par la stratégie de manipulation d' Hitler. Il prévoit déjà de les faire plier à sa volonté, ce qui conduira aux Accords de Münich de septembre 1938 qui scellent l'annexion des Sudètes à l'Allemagne et le début de la Deuxième Guerre mondiale.

Eric Vuillard est également cinéaste et il ne lui a pas échappé que tous les documents liés aux discours d'Hitler et à l'hystérie collective qu'il suscitait, sont des films de matraquage orchestrés par Josef Goebbels. 
Ce récit est une remarquable approche des éléments fondateurs de la Deuxième Guerre mondiale, certainement basé sur une documentation colossale et pourtant ramassé sur 150 pages. (Résumé tiré des Sources Babelio).                             Un ouvrage très clair et très intéressant.

 

Voir les commentaires

Les élus de Steve SEM-SANDBERG

 

Ce roman, publié chez Robert Laffont en 2016, traite de l'Euthanasie des enfants sous le 3ème Reich et de l'Aktion T4 sous les ordres de Philipp Bouhler et orchestrée par docteur Heinrich Gross à la clinique Am Spiegelgrund de Vienne en Autriche.

Ce roman est davantage un long témoignage qu'un véritable roman.


Le cadre de l'histoire est le Spiegelgrund, hospice viennois, à la fois "hôpital" et centre de redressement, ou maison de correction. C'est dans cet hôpital que des enfants, présentant des handicaps physiques ou intellectuels seront placés par leurs parents dans l'espoir d'un traitement, d'une guérison mais surtout écartés et éliminés par le régime Nazi, afin de préserver la pureté de la race. Ces mêmes parents n'auront plus le droit de voir leur enfant, malgré leurs demandes répétées et des enfants qui les attendent.


L'auteur nous permet de suivre quelques uns de ces gamins, dont Adrian, né d'un père gitan alcoolique et d'une mère qui ne s'occupe pas de ses enfants. Un gamin qui passera d'un bâtiment à l'autre au fil de ses écarts de discipline, de ses évasions...Un gamin qui nous raconte son histoire.


D'autres et ils sont plus de 700 ne pourront jamais raconter leur histoire. Euthanasiés à la demande de Berlin, ils seront autopsiés, leurs organes seront mis dans des bocaux, afin de "faire progresser la science", le "traitement" prescrit par Berlin, n'est qu'une simple mesure hygiénique, un processus de désinfection naturelle." Tous subiront des violences s'ils mouillent le lit."


On se lie d'affection avec ces gamins, attachés, enfermés, sujets d'expériences médicales, punis par des injections de souffre...et j'en passe.
Rien de cela n'aurait pu se faire sans ces médecins, sans ces infirmières, qui obéissaient à des ordres, en toute bonne conscience pour le bien de la race ... Ainsi à l'issue de la guerre, ils ont pu dire :"On obéissait à des ordres", ou "Je ne savais pas". Certains ont pu même exercer, donner des conférences jusqu'à la fin de leur vie.


Ecrit comme un reportage, "Les élus" est un roman mettant en scène des personnages imaginaires, des enfants handicapés et du personnel médical avec en fin de récit le jugement de quelques médecins ou infirmières emprisonnés ou exécutés mais parfois non inquiétés à la l'issue de la Guerre.

Le livre nous permet de suivre ces personnages depuis 1941, jusqu'à l'arrivée des russes ou des américains.... et même après. Des gamins devenus des hommes dont la réinsertion sera difficile car les emprisonnements passés seront toujours pris en compte dans leur vie d'adulte.


Un livre révoltant à cause des traitements donnés à ces enfants sur ordre de Hitler;  parce qu'aucun médecin ou infirmière n'a refusé ces gestes de violence et de mort et se sont déclarés non coupables, ayant simplement appliqués les ordres; révoltant parce que certains ont pu passer au travers des mailles de la justice et devenir des personnalités reconnues qui ont utilisées les résultats des expérimentations...

Autant vous dire que je ne suis pas sortie indemne dans cette horreur humaine qu'il ne faut pas oublier...


"Les élus" a obtenu le Prix Médicis Etranger 2016. Un prix mérité.

Voir les commentaires