Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman historique

Nickel Boys de Colson WHITEHEAD

     Un roman historique presque d'actualité...

     Une fin surprenante et troublante...

     Nous sommes en Floride dans les années 1960. A cette époque deux arrêts de la Cour Suprême des Etats-Unis (Brown V. Board)  déclarent la ségrégation raciale institutionnelle dans les écoles publiques. Une étape décisive du mouvement américain  des droits civiques dont le but est d'obtenir l'égalité citoyenne des Afro-Américains.

     Elwood est un lycéen noir de bon niveau. Il envisage de rentrer  à l'université. Il adhère aux idées de Martin Luther King et prône la paix entre les noirs et les blancs.

      Mais ses rêves d'avenir s'effondrent à la suite d'une erreur judiciaire et vu son jeune âge, il est envoyé à la Nickel Academy, en Floride, une maison de correction qui se doit de remettre les jeunes dans le droit chemin. Dans ce centre aucune instruction par contre des méthodes très violentes notamment dans la "Maison Blanche" dans laquelle tourne un ventilateur bruyant... pour couvrir les cris des suppliciés...

Construction de la salle à manger avec la "Maison Blanche" en arrière-plan

Le réfectoire

 

       Colson Whitehead s'est inspiré de l'histoire de la Dozier School for Boys en Floride (cf photos) qui durant  111 ans de 1900 à 2011 a acquis la réputation d'abus, de passages à tabac, de viols, de tortures et de meurtres d'élèves par le personnel. A la suite de la fermeture de ce centre, l'état a autorisé une enquête d'anthropologie et 55 sépultures ont été identifiées en dehors du cimetière légal. En 2019, lors de travaux, 27 autres tombes suspectes ont été identifiées...

       Avec doigté et justesse, Colson Whitehead nous révèle une fois de plus l'effroyable histoire des Etats-Unis.

       Un roman qui sans être un documentaire nous révèle une partie peu connus des Etats-Unis à lire absolument.

Voir les commentaires

L'envol du moineau de Amy Belding BROXN

     

         Un roman agréable basé sur des faits historiques réels.

        Nous sommes au XVIIème siècle dans la colonie de la baie du Massachussetts. Marie White est la 5ème des 9 enfants de John White. En 1639, toute la famille migre en Amérique où John White devient un gros propriétaire terrien de Lancaster dans le Massachussetts. Mary épousa Joseph Rowlandson, pasteur de l'église de Lancaster, ils eurent 4 enfants dont un mourut très jeune.

       C'est en 1675 qu'un groupe d'indigène attaqua la ville, tuant et brûlant des habitations; ils enlevèrent Mary et ses 3 enfants et la gardèrent en captivité durant quelques mois. Marie fut relâchée contre rançon.

     C'est cette histoire que nous raconte l'auteur en adaptant la personnalité des personnages et leurs relations, en ajoutant des évènements et une relation amoureuse pour que ce roman historique soit plaisant.

     C'est le portrait d'une époque avec ses moeurs et ses coutumes, le portrait d'une femme puritaine et son combat pour la liberté, la présence très prenante de la religion et  un autre regard sur la colonisation de la Nouvelle-Angleterre au XVIIème.

L'auteur: Dans L’Envol du moineau, son premier roman traduit (excellemment) en français, l’écrivaine américaine Amy Belding Brown revisite cette histoire fameuse avec d’autant plus de pertinence critique que l’auteure descend ­elle-même de fermiers puritains et est mariée à un pasteur congrégationaliste.

 

Voir les commentaires

Bleu de Delft de Simone van der VLUGT

     En 1654, Catijn, peu de temps après le décès de son mari Govert, quitte son village de Rijp, et cherche du travail. Elle trouve un emploi d'intendante à Amsterdam. Mais la rencontre inattendue d'une connaisance de Rijp l'oblige à disparaître de nouveau, et c'est à Delft qu'elle est embauchée dans une faïencerie dévoilant ainsi ses talents de peintre.

    Ce roman historique du XVIIème siècle nous fait découvrir l'art de la faïencerie, ses conditions de travail, son évolution et le commerce à travers le monde à cette époque mais aussi la peste qui sévit en Hollande en cette fin du XVIIème. 

   Une auteur à découvrir !

 

 

Voir les commentaires

Ceux qu'on aime de Victoria HISLOP

 

      Themis Koralis, le personnage principal, nous fait découvrir  l'historique passionnante de la Grèce de 1930 à nos jours.

      Alors que la Grèce vient d'être libérée de l'occupation allemande, la guerre civile entre communistes et conservateurs éclate et la junte militaire prend le pouvoir. Nous sommes à Athènes, la magnifique demeure de la famille des Koralis s'effondre suite aux multiples secousses sismiques et à l'absence d'entretien par manque d'argent. Sans domicile, la famille Koralis (la mère et ses 4 enfants) s'installe chez la grand-mère paternelle. La mère ne résiste pas à ce désastre et est internée alors que ses enfants sont jeunes. Élevés par cette grand-mère aimante, les enfants ne connaîtront pas leur mère, ni leur père partit en Amérique.

      Ce roman débute lors l'anniversaire de Themis âgée de 90 ans. Thémis est la petite dernière des 4 enfants, elle a toujours tue son passé à ses enfants et petits-enfants mais l'âge avançant, elle se décide à dévoiler sa vie à ses 2 plus jeunes petits-enfants. Alors que tous les membres de la famille pensaient que Themis était apolitique, Nikos et Popi vont découvrir un personnage très engagé, combattante communiste....

      Une vie bousculée entre batailles sanglantes des années 1940, dictature des colonels et conflits d'idées politiques au sein de la famille.

      Un roman très intéressant à la lecture très agréable; une façon de rentrer dans l'histoire sans effort...

      Un très bel hommage à tous ceux qui ont lutté pour sauvegarder leurs droits et leur liberté.

Voir les commentaires

Le Soleil rouge du Tsar de Violette CABESOS

       Un roman et une enquête historique très fouillés avec des personnages fictifs mêlés à des personnages ayant existé durant la période des Romanov et de Raspoutine.

       De nos jours, Milena, petite-fille de Russes Blancs a une véritable passion: les trésors perdus de la Russie des tsars. Une cache datant de 1917 vient d'être découverte à Saint-Pétersbourg et Miléna est sur le point de s'y rendre lorsqu'elle apprend que sa maison niçoise vient d'être visitée. Toutes les pièce sont dévastées et sur les murs, des vers russes ont été peints.

       Début XXème, Vera, ballerine du théâtre Marlinsky, a les faveurs d'un grand Duc. Elle a également la connaissance d'un secret d'état qui se transmet de génération en génération.

Une malédiction lierait ces deux femmes.

      Entre passé et présent, l'auteur nous emmène dans des secrets de famille et dans la recherche d'une bague mystérieuse: "Le soleil rouge du tsar". Mais aussi dans la Russie des Tsars, les Russes Blancs, la naissance de la révolution, les favorites de grands de ce monde russe, l'importance de la religion, l'iconographie,, les complots et les trahisons...

       Une intrigue très fournie, de nombreux personnages et des informations importantes. Ce roman demande une lecture attentive (pour ma part!). Un roman instructif!

Voir les commentaires

L'art de la joie de Goliarda SAPIENZA

 

       Le roman: Ce roman de 636 pages très denses raconte la vie de Modesta, narratrice et personnage principal. Née le 1er janvier 1900 dans un milieu pauvre et une Sicile encore plus pauvre, Modesta est envoyée dans un couvent au décès de sa mère. Protégée par la mère supérieure, celle-ci la fait envoyer à sa mort, dans une maison noble. Très intelligente et curieuse de tout, analysant tout ce qui l'entoure, elle fait sa place dans cette maison ainsi que dans cette famille. Elle se fait appeler Princesse à la suite d'un mariage arrangé et devient la maîtresse de ce domaine. Malgré ce mariage, Modesta est très sensuelle et continue à séduire les hommes et les femmes quelque soit leur milieu. Modesta est une femme qui va à l'encontre toutes les règles afin de vivre pleinement sa vie.

Le caractère de cette jeune femme, libre, non soumise et non dominante, est façonné par l'histoire de la Sicile, une histoire dont elle partage les idées et s'investit dans la vie politique. Elle se sort bien de toutes les difficultés rencontrées car sa devise est: " L'Art de la Joie"!

 

       

       L'auteur: Née à Catane en Sicile en 1924 et décédée en 1996 en Italie, Goliarda Sapienza est comédienne et écrivain. Elle vit entourée de parents intellectuels socialistes anarchistes, un père avocat et une mère responsable de journal dans une Sicile où la montée du fascisme fait des dégâts.

A 16 ans, Goliarda entre en école d'art dramatique mais quittera la scène pour se vouer à l'écriture. A la suite d'un vol de bijou (Volontaire???), elle est incarcéré et vit cet emprisonnement comme une expérience. Elle entre en résistance, fait 2 tentatives de suicide, subit un internement psychiatrique. Elle passe sa vie à transgresser les lois et les mœurs de l'époque. C'est une marginale, anarchiste, résistante, féministe et bisexuelle.  Elle passera 10 années de sa vie à écrire "L'art de la Joie" dont le manuscrit trop dérangeant sera refusé. 

Ce sera 10 ans après sa mort, que l'édition française provoquera la redécouverte de ce roman.

       Mon avis: J'ai lu la biographie de l'auteure après la lecture du roman qui n'étant pas une bio s'approche beaucoup de son histoire personnelle me semble-t-il.

On y retrouve ses états d'âme, ses amours, ses notions de liberté envers elle-même mais aussi envers sa famille, ses idées anti-fasciste, son emprisonnement, sa tentative de suicide, elle fait référence à sa mère (Maria Giudice) à la Sicile et son évolution etc...

Un enchevêtrement familial un peu compliqué d'autant qu'il y a des non-dits et des prénoms utilisés sur plusieurs générations.

Un style très agréable, vivant et poétique.

Je pense que l'on peut ranger ce livre dans les livres de développement personnel.

       Télérama: "Roman majeur de la littérature italienne, chef-d'oeuvre réédité aux éditions Le tripode. Une occasion de se (re)plonger dans les aventures de l'héroïne Modesta, qui transgresse les règles afin de découvrir le plaisir spirituel et charnel."

 

Voir les commentaires

La guerre du feu de Joseph Henri ROSNAY

     La guerre du feu est le roman le plus connu de J. H. Rosny aîné bien qu'il ait écrit une centaine d'ouvrages.

     Nous sommes au cœur de la préhistoire, il y a environ 100 000 ans.. La tribu de Oulhams vit autour du feu qu'ils conservent précieusement dans des cages. Mais lors d'un affrontement avec une autre tribu, les cages sont détruites. Ne sachant pas allumer le feu, la tribu envoie 2 équipes de 3 hommes à la recherche du feu. Gamma, la nièce du chef, sera promise à celui qui ramènera le feu, il aura également le commandement de la tribu...

     Pour un roman écrit en 1909, l'auteur décrit de façon très réaliste les paysages totalement dévastés de cette époque. Le langage approximatif, grogné ou grimé est bien rendu. Le lecteur prend bien conscience de la vie de ses hommes qui vivaient en communauté (famille) d'une trentaine de personnes.

     De belles descriptions pleines de réalisme et de justesse (combat entre hommes, combat contre les animaux, recherche de nourriture, techniques d'attaque...)

Voir les commentaires

Là où rêvent les étoiles de Eric MARCHAL

Un roman passionnant sur les avancées scientifiques les plus spectaculaires de la fin du XIXème siècle.

Ce roman se situe dans les 1863 à 1898, à Grenade au palais de l'Alhambra où l'histoire fictive de la famille Delhorme anime ce roman, au Portugal pour la construction du  pont Maria sur le Domo, à Paris pour la fabrication de la structure de la statue de la Liberté et enfin toujours dans notre capitale pour la construction de la Tour Eiffel dont l'inauguration met fin à ce roman de 700 pages.

On découvre l'importance du travail du fer, de l'acier ainsi que de la pierre; les pionniers de l'art photographique; les prémices de la médecine moderne; les recherches météorologiques grâce aux aéronefs et à l'aviation et bien sûr les prouesses de l'ingénieur Eiffel.

L'auteur n'hésite pas à rappeler que Gustave Eiffel n’œuvrait pas seul en citant toute son équipe et les tâches dont les ingénieurs étaient responsables.

L'auteur rend hommage à Victor Hugo, Emile Zola, Jules Verne, Phil Irving, Camille Flammarion, Maurice Koechlin, Auguste Bartholdi et d'autres personnages de cette époque.

Eric Marchal sait une fois de plus mêler personnages de fiction et personnages réels et illustres, histoires personnelles et familiales; le tout accompagné des défis incroyables de la technique de la fin du XIXème siècle.

Page 681: " Eiffel n'aurait pu faire le pont Maria Pia sur Le Domo sans le pont de Bordeaux, Gabarit sans Le Domo, La statue de la Liberté sans Gabarit et sa tour de 300 mètres sans toutes ces expériences accumulées. Chaque ouvrage était une porte ouverte vers un étage supérieur."

Un roman très intéressant, une documentation très élargie, un vrai plaisir comme "Le soleil sous la soie"!

 

 

 

 

 

 

 

 

Gustave EIFFEL                   BARTHOLDI

 

 

 

 

Statue de la Liberté à Paris: Bras et Tête

Construction de la Tour qui pourrait s'appeler:

La Tour Koechlin-Noguier

Camille Flammarion

 

Voir les commentaires

La petite sonneuse de cloches de Jérôme ATTAL

Ce sont deux histoires d'amour de deux périodes différentes qui s'imbriquent.

D'une part nous sommes à Londres où s'est réfugié Chateaubriand. Dans ses mémoires d'outre tombe, il évoque un baiser reçu d'une petite sonneuse de cloches de l'abbaye de Westminster.

D'autre part, Joachim Stockholm vient de perdre son père, celui-ci était entrain d'écrire un ouvrage consacré aux aventures féminines de Chateaubriand.

Joachim décide de partir à Londres sur les traces de la petite sonneuse de cloches. Mais une jeune bibliothécaire s'intéresse également aux registres des sonneurs de cloches....

Un roman qui m'a accroché au début mais l'intrigue se fatigue et le récit se termine d'une façon bizarre.

L'écriture de ce roman est très belle, très romantique avec de nombreuses associations d'idées.

Voir les commentaires

le coeur battant du monde de Sébastien SPITZER

Un roman très intéressant sur l'histoire du fils illégitime de Karl Marx. Mais aussi sur les opprimés irlandais, Londres, les futures suffragettes, etc....

Nous sommes dans les bas-fonds de Londres au XIXème siècle. Le roman démarre sur la vie de la toute jeune Charlotte enceinte dont l'amoureux est parti faire fortune en Amérique. Je me suis attachée à cette jeune fille courageuse qui va perdre son enfant dans des conditions effroyables. Elle va accepter la charge du petit Freddy, qu'elle va élever dans la misère et la faim, offrant son corps pour survivre.

Puis on découvre que Freddy est le fils caché de "Le Maure" qui n'est autre que Karl Marx. Karl Marx qui est désargenté et vit aux crochets de sa femme Johanna von Westfalen et de son ami Engels.

Ce roman relate la vie de ces personnages ainsi que différents thèmes de ce XIXème siècle.

- L'industrie anglaise du coton venu des amériques grâce au travail des esclaves. Cette industrie permet de donner du travail aux enfants comme aux adultes dans des conditions déplorables et avec des salaires de misère.

- L'indépendance de l'Irlande avec ses violences, ses morts et ses migrants vers l'Angleterre dont Charlotte fait partie.

- La guerre de Sécession est abordée de façon réaliste, elle met en péril l'importation du coton et donc la vie des travailleurs.

- Le mouvement des suffragettes que l'auteur aborde en fin de roman, les tout débuts d'un mouvement important.

Une histoire dans la grande histoire, un processus qui permet au lecteur de découvrir ou redécouvrir l'histoire de façon moins laborieuse que peut l'être la lecture d'un document historique. (Ce n'est que mon avis!)

Une lecture très agréable grâce à un texte très dynamique. En fin de roman, l'auteur dresse la liste de ses sources, ce qui conforte dans la véracité de son récit.

Il me reste à lire le précédent roman de Sébastien Spiltzer!

 

Marx et Engels à Berlin

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>