Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman historique

Constantinople de Baptiste TOUVEREY

 

Quatrième de couverture:

Merveille d'un empire menacé, Constantinople est au coeur des plus grandes ambitions. Nicétas et Héraclius, héritiers d'un monde en déclin, sont prêts à tout pour éliminer l'empereur Phocas, l'Usurpateur, et prendre le pouvoir. Mais remporter des batailles ne leur suffira pas. Une jeune fille, qu'il faudra conquérir elle aussi, leur permettra d'accéder au trône.
Les amis d'hier deviennent ennemis mortels, complots politiques et intrigues amoureuses s'entremêlent, les vengeances appellent d'autres vengeances plus terribles encore. Dans l'ombre, une femme oeuvrera à la destruction de la cité légendaire, qu'elle veut voir noyée dans le sang de ceux qui l'ont trahie.
À l'aube du VIIe siècle, le monde s'apprête à basculer dans une ère nouvelle, dont nous sommes les héritiers.

Mon ressenti:
Je pense que le résumé de la 4ème est un peu trop détaillé et prometteur et c'est à la lecture de ce résumé que nous avons choisi ce livre pour notre bibliothèque.

Pour ma part il ne s'agit pas d'un thriller historique. Dans cette histoire, tout le monde complote contre tout le monde afin de posséder Constantinople mais cela manque d'explications  et de détails qui nous permettraient de vraiment entrer dans ce monde en déclin. Les personnages ne sont pas fouillés et sont sans personnalité, de plus les différents récits alternent en de trop courts chapitres (2 à 5 pages).

Je suis arrivée péniblement à la moitié du livre pour commencer à m'intéresser aux stratagèmes de guerre mis en place.

Bien sûr ce jugement n'engage que moi...

 

Voir les commentaires

Les sabots de Paris de Georges COULONGES

Nous sommes au milieu du XIXème siècle, période de la restauration, Sylvestre quitte sa Creuse natale pour Paris, maçon de métier il espère y trouver du travail et revenir au pays un peu fortuné. Il est gai, très optimiste, prêt à travailler d'arrache pied pour sa famille.

De son côté, Nanette quitte sa Normandie pour chercher une place de domestique. Elle espère elle aussi gagner de l'argent pour aider sa famille.

Tous deux vont se rencontrer puis ils prendront chacun leur chemin et perdus dans cette grande ville grouillante et bruyante ils se retrouveront ...

Or la vie à Paris n'est pas plus facile qu'ailleurs. Ici c'est la bourgeoisie qui mène le peuple, les pauvres et ils sont nombreux, doivent accepter les pires conditions. À cette époque de nombreux ramoneurs savoyards, laitiers bretons, cochés, porteurs d'eau pensent trouver fortune à Paris.

Mais entassés dans des chambres insalubres de 6 à 8 personnes, rejetés voire méprisés  par les Parisiens, ces travailleurs émigrés dans leur propre pays ne peuvent même pas se défendre et se faire comprendre  dans cette langue française qui n'est pas celle de leur région. Ils se rassemblent en communauté pour se soutenir et ne s'intègrent pas aux habitants de cette ville.

    Le Paris de cette époque est très bien décrit. Les rues sont sales, sans égout, sans entretien. Les détritus sont encore jetés dans la rue, les porteurs d'eau et de baignoire ont du travail.Les maîtres méprisent leurs domestiques et les renvoient sans aucun remords, la vie des petites gens est très précaire, les croyances sont totalement irraisonnées (par exemple les étrangers sont porteurs de microbes), le patois est une barrière à  la communication et source de rejet et de conflit.

Le style de ce livre se veut être proche des petites gens avec  beaucoup de termes en patois, cela rend la lecture peu confortable.

Mais d'un point de vue historique et sociologique ce roman est très intéressant.

Voir les commentaires

Quand Dieu apprenait le dessin de Patrick RAMBAUD

Un roman d'aventure du IXème siècle écrit par Patrick Rambaud de l'académie Goncourt.

Pour ma part un 1er roman de cet auteur d'une quarantaine de romans.

 

Nous sommes en 828, à cette période Venise n'est peuplée que de réfugiés qui se protègent des barbares dans les lagunes vénitiennes, le palais des Doges n'existait pas encore.

C'était l'époque des grands échanges commerciaux et la force de Venise était dans la navigation.

Nous sommes en 828, pour retrouver son rang face à l'influence de Rome, Venise veut récupérer la dépouille momifiée de Saint Marc. Dans une ville, posséder des reliques était très valorisant.

Pour se faire, deux tribuns sont envoyés par le doge de Rialto à Alexandrie...

Dans ce roman on visite Mayence, les îles qui ont constitué Venise, Alexandrie avec de belles descriptions.  L'action est bien soutenue du début à la fin avec le tribun Rustico et son complice, Thodoald. L'auteur, Patrick Rambaud, a reconnu que le second était le fruit de son imagination mais le premier a bel et bien existé tout comme les principaux personnages historiques évoqués.

EXTRAIT de Babelio: "Pour bien planter le décor, l'auteur a emprunté son titre : Quand Dieu apprenait le dessin au Decameron de Boccace"

mais ce titre, à part son rapport à la religion, ne laisse pas deviner tout ce que nous découvrons dans cette lecture.
Tout au long du livre, on assiste au commerce de l'époque, commerce que les Vénitiens pratiquaient avec beaucoup de talent. Direction Alexandrie, les bateaux sont chargés d'esclaves récupérés dans le nord et l'est de l'Europe, ainsi que des armes. On échangera cela avec des porcelaines chinoises, du poivre de Malabar, de la cannelle fauve de Tourane, des clous de girofle et du papier ! « Un lot de feuilles de papier, une matière nouvelle et pratique qui peut avantageusement remplacer les parchemins hors de prix et faciliter la tâche des copistes. »

Voici un EXTRAIT du livre à méditer.... « Les croyances, toutes les espèces de croyances génèrent le désordre. Si tu crois, tu veux persuader ceux qui ne croient pas aux mêmes choses que toi, tu t'imposes, tu légifères, tu ordonnes. Tous nos malheurs viennent de ces conflits lamentables et diaboliques… Les religions sont les manufactures où se fabriquent des monstres. Elles provoquent acharnement, délation, haine, meurtre, mépris, interdictions, rigidité, extermination, hécatombes, perversité, illusion, enfantillages… Quelle confusion ! »

Une lecture très agréable. Un roman riche en documentations.
 

Voir les commentaires

Et soudain, la liberté de Evelyne PISIER et Caroline LAURENT


  BIOGRAPHIE (Babelio)

Évelyne PISIER  est une écrivaine et politologue française.
Fille d'un haut fonctionnaire français, maurrassien partisan du Régime de Vichy, en poste à Hanoï, elle est internée à un an dans un camp de concentration japonais après l'invasion de l'Indochine. Elle vit ensuite à Nouméa, où son père est muté, puis s'installe à Nice avec sa mère et sa sœur, l'actrice Marie-France Pisier (1944-2011).
Sa mère se donne la mort par empoisonnement en 1988, à l'âge de 64 ans, deux ans après que son père se soit également suicidé par arme à feu.

En 1964, militante féministe et engagée à gauche, elle embarque avec d'autres étudiants pour à Cuba où elle se lie à Fidel Castro. Elle épouse ensuite Bernard Kouchner (1939) (avec qui elle aura trois enfants) et, sans cesser de militer, passe sa thèse de droit public en 1970.
Évelyne Pisier est docteur en droit de l'université Paris II, auteur d'une thèse soutenue en 1970 sous la direction de Georges Lavau et intitulée "Le service public dans la théorie de l'État de Léon Duguit". Agrégée de droit public et de sciences politiques, elle est nommée enseignante à l'IEP de Paris en 1972.

Elle se remarie avec le politologue Olivier Duhamel (1950), et ensemble, ils adoptent deux enfants chiliens.
En 1989, elle est nommée directrice du Livre au ministère de la Culture par Jack Lang. Elle est démise par Jacques Toubon en 1993.
En 1994, Evelyne Pisier intègre l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne comme professeur émérite.
Elle est faite chevalier de la Légion d'honneur en 1998

  

    LE LIVRE

     Evelyne Pisier avait commencé l'écriture de l'histoire de sa mère qui est aussi la sienne. Une histoire riche et difficile qui recouvre 60 années de vie politique, amoureuse, combattante mais aussi dramatique.

    C'est grâce à son éditrice et néanmoins amie que ce livre a pu paraître. A la veille de sa mort Evelyne Pisier a demandé à Caroline Laurent de terminer le livre de sa vie. Ce qu'elle a fait avec beaucoup d'amour et de sincérité, s'attachant fidèlement aux rêves et aux souvenirs que Evelyne lui avait confiés.

   Cette biographie romancée relate la vie de Evelyne Pisier au travers de celle de sa mère.

   Un roman qui retrace l'histoire de la guerre de l'Indochine, la Nouvelle Calédonie des années 50, la révolution cubaine ainsi que mai 68 qu'ont vécues ces deux femmes formidables.

   Un livre plaisant et touchant.

Voir les commentaires

La disparition de Joseph Mengele de Olivier GUEZ

"L'ange de la mort d'Auschwitz" tel était le surnom de Joseph Mengele, criminel nazi, médecin et scientifique qui étudiait sur les gémellités et les malformations, n'hésitant sur aucune expérience à faire sur l'homme.

Comme Klaus Barbie et bien d'autres, J Mengele s'est réfugié en Amérique latine. Accueilli sous le régime de Peron, aidé par ses amis nazis, ses fuites ont été financées par son père, riche industriel allemand.

Ce roman biographique relate sa vie de fugitif ainsi que sa vie de Nazi qui sont intimement liées, l'une justifiant l'autre. Cette chasse au Nazi est étayée de nombreux faits historiques véridiques (Gouvernements argentin, du  Paraguay, du Brésil, du Moyen Orient avec Le Mossad...)

En effet, grâce à de nombreuses lectures et recherches, l'auteur décrit un personnage peureux, narcissique, lâche, paranoïaque, totalement dépourvu d'émotions.
 

Le style est percutant, le livre bien documenté, avec une bibliographie très intéressante si l'on veut en apprendre davantage.

Un roman biographique dont on ne sort pas indemne.  Et bien que ce pan de l'histoire ne nous soit pas méconnu, de telles histoires romancées me semblent nécessaires pour ne pas oublier, pour que cela ne recommence jamais.

 

Voir les commentaires

Couleurs de l'incendie de Pierre LEMAÎTRE

      Si vous avez lu  "AU REVOIR Là-Haut", vous ne pouvez échapper à la suite et retrouver les personnages dans  "COULEURS de l'INCENDIE de Pierre LEMAITRE !

    Et si vous ne l'avez pas lu, alors il est encore temps!

 

 

     Dès les premières pages le lecteur entre dans le vif du sujet: l'enterrement du grand banquier Marcel Péricourt 7 ans après le suicide de son fils Edouard.

     Mais un drame écourte les obsèques et à partir de ce moment on ne lâche plus ce roman ! Car cela ne s'arrête pas: drame, tragédie, vengeance, tromperies, banqueroute...

    Tout s'enchaîne avec des personnages hauts en couleur, Madeleine dont le mari croupit en prison, perd toute sa fortune mais elle va retrouver sa liberté et sa dignité de femme par une vengeance mûrement menée et réfléchie !

    Ce roman historique est une chronique de l'entre-deux-guerres  qui dévoile la montée de fascisme,l'arrivée du nazisme, le capitalisme, les sacndales boursiers de cette époque des années 30. L'auteur s'appuie sur des références solides qu'il énonce en fin de roman.

    Bref, vous avez compris c'est vrai régal que je ne dévoilerai pas, je vous laisse découvrir et savourer cette belle œuvre.

   De mon côté, ce livre fait partie des livres que je regrette d'avoir déjà terminés !

 

Voir les commentaires

La nuit des béguines de Aline KINER

Le 1er juin 1310, Marguerite Porete, béguine de Valenciennes est brûlée vive sur la place de Grève à Paris pour avoir écrit un texte jugé hérétique.

Maheut, mariée de force et violentée la nuit de ses noces a fui. Dans la grande cité, la toute jeune fille à la chevelure rousse est une proie pour les hommes frustres qui aiment la chair fraiche et pour les religieux elle est fille du diable car elle est rousse, couleur du feu. Heureusement dans le quartier populaire du Marais, derrière de hauts murs, des femmes vivent libres des hommes, ce sont des béguines. Elles accueillent Maheut bien que  le destin de Maheut et du livre interdit écrit par Marguerite mettront en danger la vie des béguines.


L'auteur, passionnée d'histoire nous entraine dans le Paris du Moyen-âge, dans ses rues boueuses et puantes, au milieu de la grande cité où des femmes se battent.

J'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur qui s'attache à respecter l'époque moyenâgeuse.Ainsi que les descriptions du Paris de l'époque.

J'ai découvert l'existence de ce béguinage dans le Marais, institution voulue et créée par Saint Louis pour les femmes seules et honnêtes chrétiennes, aisées ou nécessiteuses, désirant vivre tranquillement en communauté laïque. 

Un roman historique romanesque très plaisant à lire.

Il ne laisse pas indifférent au sujet de la condition féminine, son évolution et ce que l'on en fait aujourd'hui...                 

 

 

Voir les commentaires

Au revoir Là-haut de Pierre LEMAITRE

Un livre époustouflant que je n'ai pas lâché lorsque j'ai appris qu'il était adapté au cinéma je me suis précipitée pour le lire à temps. Le film qui d'ailleurs est très fidèle au livre.

Je ne ferai qu'une énumération des ingrédients de cette histoire en partie vraie et très crédible dans tout son ensemble.

- Une amitié entre deux jeunes poilus, un gueule cassée issu de la bourgeoisie et un miraculé issu d'un modeste milieu qui se sauvent la vie mutuellement,

- L'un est très futé au point de mettre au point une cynique escroquerie d'ampleur nationale, l'autre très gentil, se laissant marcher sur les pieds,

- Ajoutez le lieutenant Henry d'Aulnay-Pradelle, un homme odieux, pourri, assassin,

- Une jeune femme trompée et trahie,

Le tout se passe pendant la tuerie de 14/18 où toute une génération est sacrifiée en "chaire à canon". Patriotisme, loyauté, vengeance ou revanche, regrets, blessures, tromperie et méchanceté sont les thèmes de ce magnifique roman qui a mérité son prix.

Je vous conseille l'adaptation en BD du Goncourt le plus vendu de ces dernières années. Un récit sous tension, fidèle au style de Pierre Lemaitre. Une mise en images de haut vol par Christian De Metter pour retracer la vie de deux anciens poilus au sortir de la guerre.

 

Voir les commentaires

L'ordre du jour de Eric VUILLARD

PRIX GONCOURT 2017


 

Photo de la jaquette: Gustav KRUPP qui comme d'autres industriels ont construit leur fortune  sur le dos des prisonniers des camps de concentration notamment.

 

Ce petit chef d'oeuvre historique d'Eric Vuillard relate une suite de rencontres déterminantes entre 1933 et 1938. Le rêve d'Hitler est d'unifier les pays de langue allemande en une Grande Allemagne dont il serait le maître absolu. En 1936, il signe l'Accord germano-autrichien qui reconnaît l'intégrité de l'Autriche et la non-ingérence de l'Allemagne. En 1938, soutenu par les nazis autrichiens, civils et membres du gouvernement, il arrache un nouvel accord au chancelier Schuschnigg, remplacé illico par le sinistre Arthur Seyss-Inquart.


Ce qui fait la richesse passionnante de ce livre est le questionnement constant de l'auteur sur l'attitude de ces hommes politiques : ignorance ou légèreté, aveuglement ou crédulité, expectative ou manque d'anticipation, laxisme ou manque de courage ? On se demande comment ces hommes à hautes responsabilités, Anglais autant que Français, ont fait pour se laisser impressionner et intimider par la stratégie de manipulation d' Hitler. Il prévoit déjà de les faire plier à sa volonté, ce qui conduira aux Accords de Münich de septembre 1938 qui scellent l'annexion des Sudètes à l'Allemagne et le début de la Deuxième Guerre mondiale.

Eric Vuillard est également cinéaste et il ne lui a pas échappé que tous les documents liés aux discours d'Hitler et à l'hystérie collective qu'il suscitait, sont des films de matraquage orchestrés par Josef Goebbels. 
Ce récit est une remarquable approche des éléments fondateurs de la Deuxième Guerre mondiale, certainement basé sur une documentation colossale et pourtant ramassé sur 150 pages. (Résumé tiré des Sources Babelio).                             Un ouvrage très clair et très intéressant.

 

Voir les commentaires

Le Châle de Cachemire de Rosie THOMAS ♥ ♥ ♥

 

 

 

 

     Au décès de leur père les 3 enfants débarrassent la maison familiale. Mair, la plus jeune découvre, au fond d’un tiroir, un magnifique châle plié dans un papier de soie.

    « Elle fut d'abord éblouie par la beauté des couleurs, un mélange de bleus argentés et de verts, la distillation de l'eau d'un lac et de ciels de printemps, avec des éclats de lavande et de vermillon, comme des fleurs piquées dans les profondeurs. Elle regarda de plus près et vit la subtilité du dessin tissé ; de somptueux motifs en forme de larmes, aux courbes parfaites, des frondes de fougères, des tiges ramifiées et de minuscules fleurs à cinq pétales. (…) le châle était si léger qu'il semblait flotter dans l'air. »

A qui appartient ce châle ?

Comment Nerys, la grand-mère peu argentée, aurait-elle pu s'offrir un objet d'un tel prix ?

Mair va tenter de reconstituer la vie de ce châle en parcourant l’Inde.

Le récit de l’auteur va être mené comme une enquête où seul le lecteur aura toutes les données.

Tour à tour, nous allons suivre Nerys et ses amies, Caroline et Myrtle expatriés en Inde dans les années 1940 mais aussi Mair, Karen et Bruno qui sillonnent l’Inde actuelle.

Durant ces histoires qui  se mêlent et se complètent, le lecteur découvre des personnages volontaires et battants qui se relèvent devant chaque obstacle.

Des passages haletants, des paysages grandioses, des couleurs chaudes, une histoire bien menée qui nous emporte dans les ruelles du Cachemire.

Un beau roman étayé de vérités car l’auteur s’est acheminé sur les chemins montagneux du Ladakh à Srinagar. Elle a fréquenté les teinturiers, les tisserands et les brodeurs. De plus son beau-frère né en Inde de parents missionnaires gallois a largement influencé le contenu de son livre.

Un roman facile à lire, rien de mieux pour cet été caniculaire !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>