Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

violence

L'ENCLAVE DE NICOLAS DRUART

Stanislas  jeune adjudant-chef de gendarmerie vient d'être affecté à Buzac dans la vallée du Lot, il est tout de suite confronté à de mystérieuses disparitions. L'enclave est une zone blanche de plusieurs milliers d'hectares située sur la circonscription de Buzac, tout ce qui s'y passe est tabou et Stanislas doit affronter une espèce d'omerta dès qu'il veut enquêter.

Parallèlement Vanessa jeune aide soignante et son ami Simon infirmier accompagnent un petit groupe d'adolescents à problèmes dans la vallée pour descendre le Lot en canoé. Le courant va les entraîner jusqu'à l'enclave ou vit une mystérieuse créature le" Nazgoulac" faite de morceaux de cadavres cousus entre eux !

Les deux récits se situent à des époques différentes mais sont menés simultanément, ce qui contribue à la surprise finale. J'ai apprécié le personnage de Stanilas (malgré de grosses invraisemblances "gendarmiques") ainsi que sa coéquipière et collègue Gaélle.

Ce roman est un thriller que l'on a du mal a abandonné, en dépit de  quelques passages très violents voire gores, et ferait un bon scénario de départ pour un film. La fin est un peu rapide et aurait mérité d'être plus approfondie.

Vous qui pénétrez dans l'enclave, abandonnez toute espérance....

 

Voir les commentaires

Sale bourge de Nicolas RODIER

       Pierre a 7 ans. Alors que ses cousins , sa tante, ses 5 frères et sœurs sont partis à la plage pour se baigner et faire du bateau, Pierre reste assis devant son assiette de carottes râpées à la vinaigrette trop acide. Cette fois-ci, il ne veut pas céder à sa mère malgré les gifles et les hurlements, la tête écrasée dans son assiette. Mais à 18h, lorsque toute la famille rentre, Pierre se soumet car il ne veut pas que les autres voient la méchanceté et la folie de sa mère...

       Ces brutalités accompagnées d'une pression insupportable sur les études ne cesseront qu'à l'âge adulte mais feront place à un déséquilibre comportemental.

       L'auteur retrace la vie de Pierre en 5 étapes: l'enfance, L'adolescence, la jeunesse, le mariage et enfin le jugement avec ses hauts et ses bas. Il démontre ainsi le processus qui a conduit Pierre, être de surcroit sensible, à se retrouver adulte devant un tribunal.

        Tension, mal être, descente aux enfers, escalade de la violence physique et morale font de ce roman une lecture bouleversante.

       L'auteur démontre la nécessité absolue de l'amour parental au bon développement de l'enfant.

        

Voir les commentaires

Ce qu'elles disent de Miriam TOEWS

 

 

        Colonie mennonite de Molotschna, 2009.

 

     L'auteur est née dans une communauté mennonite au Canada.

    Dans ce récit, elle donne la parole à huit femmes, mères, grands-mères ou jeunes filles. Ces femmes tiennent une réunion secrète pendant que les hommes sont partis à la ville.

Depuis quelques années, certaines femmes sont retrouvées battues et violées au petit matin, totalement inconscientes.

D'après ces chrétiens baptistes, ce serait le diable qui œuvrerait.

Mais elles savent qu'il n'en est rien et qu'elles sont les victimes des hommes.

 

     Elles ont 48 h pour  réagir avant le retour des hommes. Toutes sont analphabètes et ne peuvent que croire en l'interprétation que font les hommes de la parole de Dieu... Elles ignorent tout du monde extérieur, elles ne sont au courant d'aucune actualité et n'ont aucune notion géographique...

Et pourtant elles vont réussir à partir, elles ne fuient pas, elles partent...

 

      Ce récit tiré d'un fait réel, retranscrit les échanges entre les femmes et August un jeune instituteur. Sous forme d'un compte-rendu, August note leurs questionnements, leurs colères mais aussi leurs peurs. 

 

 

Voir les commentaires

Le parc à chiens de Sofi OKSANEN

 

        Nous sommes à Helsinki, Olenka, ancienne mannequin, s'est enrichie grâce au commerce d'ovocytes mais en 2016, elle est en cavale....

         On l'a trouve assise dans un parc public où les Finlandais viennent promener leurs chiens tout en laissant jouer leurs enfants. 

        Assez négligée et mal habillée, une femme vient s'asseoir auprès d'elle. C'est Daria.

        Malgré les années, elles se reconnaissent et Olenka prend peur car Daria connaît son passé et sait pour quelle raison elle fuit son pays et se cache.... Olenka raconte son histoire en s'adressant à l'homme qu'elle aime mais que nous ne connaîtrons pas.

        Dans les années 2008-2016, l'Ukraine était prête à tout pour sortir de la misère n'hésitant pas à se lancer dans des trafics de toutes sortes.  Olenka était femme d'affaires, elle commerçait les ovocytes et les "mères porteuses", prenant des risques elle attirait les familles les plus puissantes et s'enrichissait grâce, entre autres, aux Américains qui étaient demandeurs de GPA à n'importe quel prix.

        Un roman aussi fort que PURGE avec en toile de fond l'Ukraine et ses violences politiques.

        Une histoire dans l'histoire qui se lit avec attention car c'est un vrai puzzle!

Pour info: Aujourd'hui, l'Ukraine reste une plaque tournante des trafics (armes, médicaments, insecticides...).

En ce qui concerne la gestation pour autrui, l'Ukraine est l'un des pays les plus favorables à la maternité de substitution. Les parents biologiques sont protégés et une mère porteuse ne peut réclamer "son" enfant.  Cette technique est un délit pénal en France, Autriche, Norvège, Allemagne et plusieurs Etats Américains.

Dans le roman, Olenka travaille sur la sélection très stricte des femmes souhaitant devenir mère de substitution. Aujourd'hui, un programme de maternité par substitution coûte entre trente et cinquante mille dollars.

 

Voir les commentaires

Mon territoire de Tess SHARPE

      Un roman noir de chez noir qui ne m'a pas lâchée!

      Un vrai western féminin contemporain addictif!

      Bon, vous avez compris j'ai dévoré ce livre, j'ai adoré Harley jeune femme volontaire , intrépide et justicière.

      Harley a trois jours pour tout changer, pour enrayer la violence entre clans, pour protéger ceux qu'elle aime. Pour quelle raison???? A vous de le découvrir...

      Parallèlement à ces trois journées, l'auteure distille à bon escient la vie de Harley depuis sa conception  jusqu'au jour J,  nous faisant comprendre comment cette jeune fille en est arrivée à prendre des décisions terribles, pour quelles raisons elle doit faire justice par elle-même. 

      Féministe entourée d'hommes, Harley dirige une maison-hôtel, un refuge pour femmes victimes de violences, de femmes laissées pour compte. Elle a appris à se battre et elle va tout faire pour protéger ces femmes et diriger un empire de mafieux qu'elle veut rendre meilleur. Règlements de comptes, tueries, drogue, rien ne lui échappe.

      Harley est une méchante au cœur tendre, un courageuse déterminée, une cow-boy des temps modernes!

 

Voici un extrait de la note de l'auteure qui en dit long sur ses opinions et ce qu'elle défend (page 553):

 "Les personnages néonazis représentés dans ce livre correspondent aux stéréotypes que l'on associe généralement aux suprémacistes blancs dans notre société : un homme sans éducation, pauvre, délinquant, dans un milieu rural. (...)il serait irresponsable de ne pas souligner que ce type d'individus ne représente qu'une facette de la peste suprématiste blanche profondément ouvertement et insidieusement enracinée dans notre pays et notre société.
Il n'y a pas que les hommes blancs ruraux qui portent des tatouages de swastikas, qui adoptent ces croyances haineuses et les appliquent. Il peut s'agir d'un collègue. D'un voisin. D'un membre de votre famille. Du politicien pour lequel vous avez voté. Du fils des voisins, ce jeune garçon bien habillé qui tond votre pelouse. Cette haine ne se limite pas au Sud, ni aux régions rurales minées par la pauvreté de ce pays. Elle est partout, un poison cousu dans la matière même de ce pays ; sa fondation, son passé et son présent. Et il faut la combattre, la dénoncer et l'éradiquer partout, en particulier lorsque vous bénéficiez de la puissance conférée par le privilège blanc, comme moi."
Tess Sharpe

Voir les commentaires

Comme des frères de Claudine DESMARTEAU

     

         Quentin est le dernier à rentrer dans la bande de copains; des collégiens amis comme des frères.

         Il y a Kevin la brute, Ryan le lourdeau, Thomas le mal élevé, Lucas le mollasson, Saïd le sans-gêne, Idriss la jolie sœur un peu revêche jumelle de Quentin le bouc émissaire bien élevé et Raphaël, le narrateur.

         Ils entrent dans l'adolescence avec les premiers bouleversements, les premiers désirs, ils sont insouciants, se croient libres, invincibles. Ils errent, ils s'emmerdent, ils s'occupent comme ils le peuvent, ils traînent... Alors comme dans l'émission télévisée "Jackass" (arrêtée en 2002), ils publient des vidéos et se donnent des défis; sauter de branche en branche comme un singe, boire sa propre pisse...

         Mais le dernier défi sera idiot et dangereux car ils sont saouls et se sentent indestructibles. Ce défi, Raphaël le dévoile en fin de roman à plus de 20 ans, un drame inoubliable qui a détruit son adolescence.

        Ce roman est le 1er roman pour adulte de Claudine Desmarteau. Son écriture est réaliste, forte, brutale, tranchée et authentique comme peut l'être l'adolescence et la cruauté de cet âge.

        Amour, amitié, sexe, réputation, solitude, découvertes, alcool, études.... une réelle exploration de l'adolescence .

 

 

 

 

Voir les commentaires

Des diables et des saints de Jean-Baptiste ANDREA

       Joe n'est plus tout jeune lorsqu'il joue sur les pianos mis à disposition du public dans les gares ou les aéroports, il ne  joue que du Beethoven en attendant quelqu'un....

       Dès les premières pages de ce roman, Joe interpelle le lecteur pour lui raconter son enfance. Orphelin à 14 ans, Joe est placé dans un orphelinat religieux. Religion et maltraitance seront son lot quotidien.

       Sans tomber dans le misérabilisme, l'auteur aborde le thème de l'abandon avec beaucoup de sensibilité et d'authenticité. Les souvenirs douloureux du pensionnat alternent avec le souvenir des cours de piano de Mr Rothenberg, le souvenir des fortes amitié au sein de cet orphelinat, le souvenir d'un premier amour...

      Un roman - récit qui aborde de nombreux sujets: Musique, amitié, amour, rêve.... mais aussi trahison, maltraitance, évasion et résilience.

       Un roman plein de sensibilité et d'émotions... En voici un extrait ....

       "Je n'étais pas un saint, je l'admets. Ceux de la Vigie encore moins, mais eux avaient une excuse. Quand on croise un enfant qui titube sous le poids d'un cartable ou un vieux qui peine à tirer une valise, on se précipite pour les aider. Ces gamins-là - je dis gamins mais, à l'exception de Souzix, c'étaient presque des hommes -, personne n'avait jamais offert de porter leur colère. On les laissait butter contre les trottoirs, et on regardait ailleurs. Tant pis s'ils tombaient. Ca valait mieux que d'être écrasé par ce qu'ils charriaient..

      Ils étaient durs, ils étaient drôles, ils étaient sans victoires.

     Mes amis.

     Les soirs de tristesse, les soirs de vin aigre, je pense encore à eux."

Voir les commentaires

Né d'aucune femme de Franck BOUYSSE ****

Ce qu’en dit la presse
Que puis-je ajouter de plus?
Un roman captivant que l'on ne lâche pas
Un style de haut vol
Des personnages touchants
et Une ROSE que je ne suis pas prête d'oublier.
Malgré la dureté de cette histoire, le style, les mots sont tellement beaux que c'est un réel plaisir de tourner les pages...
 
Début de l'histoire: Lorsque le père Gabriel reçoit en confession cette jeune fille à la voix fluette et qui disparaît à peine sa requête terminée, il est tout étonné. Mais il va répondre à sa demande et va récupérer des cahiers cachés sous la robe d'une défunte dont on va lui demander la bénédiction...
Ces deux cahiers ont été écrits par Rose qui, recluse, a décidé d'y coucher ses mots... sa vie...
Vendue à l'âge de 14 ans au maître de la Forge, une nouvelle vie attend Rose...
 
Et je vous laisse découvrir cet inoubliable roman.

Voir les commentaires

La vraie vie de Adeline DIEUDONNE

Un roman détonnant...

La Vraie vie est le premier roman d'une jeune auteure belge. Elle nous emmène dans un monde incroyable de dureté, de violence, de méchanceté, un monde glauque qui est décrit de façon surprenante par une adolescente, la narratrice, dont nous ne  connaîtrons jamais le nom.

Ce roman pourrait être aussi un manuel de survie pour cette jeune ado devenue guerrière par la force des choses tout en gardant l'innocence de son âge.

« A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents, et celle des cadavres. » Dès la première phrase, on sait qu'on ne lâchera pas ce livre...
La violence est présente, mais elle est racontée au travers des yeux de cette ado donc avec une certaine distance, celle-ci  analyse les faits pour mieux les affronter.
Elle cherche des stratégies pour échapper à ce père immonde, pour sauver son petit frère et peut être sauver sa mère. sa mère qui est battue régulièrement et qui se réfugie dans l'absence; La narratrice la compare à une amibe!.
La jeune ado pour se sortir de cet univers de "fous" va se préserver et étudier les maths et surtout la physique pour devenir Marie Curie!
 
C'est le récit d'une enfant devenue adulte avant l'âge, d'une famille destructrice.
 
Un roman dont on parle sur toutes les antennes et qui le mérite
 
Extraits: " Les histoires, elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça n'arrive pas dans la vraie vie." p17
 
' Gille riait tout le temps avec ses petites dents de lait. Et, chaque fois, son rire me réchauffait;...... Le rire de Gilles pouvait guérir toutes les blessures." p18
 
 "J’aimais la nature et sa parfaite indifférence. Sa façon d’appliquer son plan précis de survie et de reproduction, quoi qu’il puisse se passer chez moi. Mon père démolissait ma mère et les oiseaux s’en foutaient. Je trouvais ça réconfortant. Ils continuaient de gazouiller. » (p. 60 et 61)"

Voir les commentaires