Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La fabrique des mots de Erik ORSENNA

fabrique-des-mots.png

       Voici un conte pour adultes, un livre utile qui nous rappelle ou nous apprend beaucoup de choses sur la création des mots.

Un conte à lire attentivement pour le raconter à nos enfants et nos petits-enfants...

       Ce conte commence ainsi: Nous sommes dans une île des caraïbes dirigée par un dictateur nommé Nécrole. Au journal de 20 heures, Nécrole, très en colère, annonce l'interdiction des mots inutiles cat il estime que les gens parlent trop et qu'ils feraient mieux de travailler davantage pour que l'île garde sa place dans l'économie mondiale!!!

      Jeanne, l'héroïne de "La grammaire est une chanson douce" du même auteur, va nous démontrer l'utilité et le pouvoir des mots.... 

          Il était une fois un dictateur,

          il était une fois un capitan collectionneur de dictionnaires,

          il était une fois deux soeurs opposées par leurs idées, l'une prêchant pour le latin, l'autre pour le grec,

          il était une fois un café où les couples se réconcilient,

          il était une fois une institutrice qui va oeuvrer contre le dictateur avec l'appui de ses élèves,

          il était une fois une mine abandonnée.....

Je vous laisse découvrir ce petit chef d'oeuvre de 139 pages chez Stock. 

Voir les commentaires

Influenza Tome 1: Les ombres du ciel de Eric MARCHAL ♥ ♥ ♥

influenza.gif

       Après avoir lu et dévoré "Le soleil sous la soie" du même auteur, j'ai eu envie de lire son 1er roman.

        J'étais un peu rétissante en découvrant que ce roman historique se passait une fois de plus pendant la 2ème guerre mondiale, mais c'est un autre aspect que l'on découvre dans ce roman qui nous emmène en Chine.

       Le sujet en est la grippe espagnole qui a tué des milliers de personnes en 1918, et les questions sont: Est-ce que les allemands sont à l'origine de cette épidémie? Ont-ils créé la guerre bactériologique? Ont-ils l'intention d'utiliser la même arme lors de la 2ème guerre mondiale?

       Le jeune chirurgien Aexandre, devient bien malgré lui espion et suit les traces de son père décédé, celui-ci avait fait des recherches sur l'influenza et ses origines.

       La quête d'Alex le mène en Chine à Shangai, ville occupée par les japonais, nous sommes à quelques semaine de l'attaque de Pearl Harbour....

      Ce thriller historique nous tient en haleine (surtout dans la 2ème moitié) car tous les ingrédients sont réunis pour cette étonnante histoire: espionnage, guerre, virus, folies des hommes, lâcheté, injustice, drogue mais aussi amitié et amour....

Voir les commentaires

J'arrête demain de Gilles LEGARDINIER ♥ ♥ ♥

    j-arrete-demain.jpg

     Livre d'été par excellence, les lecteurs les plus discrets riront intérieurement, les plus expressifs s'éclateront à la lecture de ce roman hilarant.

     Résumé: La jeune et jolie Julie travaille dans une agence bancaire, elle vient de se faire larguer par son copain.

    Heureusement, un nouveau voisin arrive dans son immeuble, intriguée par son nom "Ricardo Patatras", elle va faire pique-pendre pour l'attirer à elle. Mais comment faire pour lui faire prendre conscience qu'elle existe?

    - Le surveiller par l'oeilleton de sa porte d'entrée où elle va passer des heures...

    - Espionner son courrier et coincer sa main dans la boîte aux lettres de Ricardo...

    - Se mettre à faire du jogging grâce au matériel prêté par sa copine en échange d'opération bancaire sur son compte ...

    - Dévaler les escaliers en enfilant son pull et bien sûr patatras!!!

    - Se faire passer pour une interprète Russe...

     Je ne dévoilerai pas toutes les choses insencées que va accomplir Julie pour rappocher l'homme de sa vie, pourtant cet homme est très curieux... et cette miss catastrophe aux inventions incroyables est vraiment attachante !

Voir les commentaires

Les pierres sauvages de Fernand POUILLON

pierres-sauvages.jpg

J'ai la chance de vivre à une trentaine de kilomètres de l'Abbaye du Thoronet, sa dernière visite faite en famille m'a incité à lire "Les pierres sauvages" pour en savoir un peu plus.

abbaye-thoronet.png

        Ce roman est écrit sous forme d'un journal et, même s'il est fictif, ce roman est proche de la réalité. Fernand Pouillon, architecte reconnu, a utilisé tout son savoir architectural pour rendre réaliste la construction de cette abbaye. Il décrit à la fois l'évolution des travaux mais aussi les réflexions théologiques du maître d'oeuvre qui est le personnage principal, l'auteur nous plonge dans la vie de cette société moyennageuse.

        Au XIIème siècle, un moine est mandaté par Bernard de Clairvaux pour organiser le chantier de la future abbaye du Thoronet.

        Sur le lieu choisi par son espace, la présence d'eau et de pierres, la préparation est difficile et nécessite l'embauche de plusieurs corps de métiers: carriers, forgerons, potiers (tuiles), bûcherons (charpentes et solives).

       En premier, sont construits les bâtiments annexes qui permettront de loger les moines, les convers et les ouvriers. Puis, pour assurer la vie de chacun sont mis en place un potager, un verger, un pressoir, un moulin à huile, une bergerie et une téable.

       La construction est lente car le maître d'oeuvre, afin de garder toute la beauté de la pierre,  a choisi de monter les murs sans mortier. Cela demande alors une taille très précise et les pierres locales sont fragiles et difficiles à tailler, ce sont des "pierres sauvages".

       Parallèlement à la description de la construction, l'auteur fait vivre ensemble des hommes différents, les uns sont ouvriers alors que d'autres ont une mission religieuse. Il faut respecter les idées de chacun tout en respectant  la règle de St Benoît.

       Accidents, intempéries, maladies mettent en difficulté le projet qui doit de toute façon aboutir...

       Note de l'auteur: "En 1153, à la mort de St Benoît,il existait 343 abbayes cisterciennes. A la fin du XIIIème siècle, en comptant les monastères de femmes, près de 1500 abbayes étaient construites. Mais la décadence de l'ordre dès le XIVème siècle, les guerres de religion, la révolution et le temps ont détruits plusieurs chefs-d'oeuvre d'architecture. Néanmoins de nombreuses églises et abbayes sont encore intactes ou restaurées."

cloitre-thoronet.jpg

Voici le cloître de l'Abbaye du Thoronet

lavabo-thoronet.jpg

Le lavabo placé à l'extrémité du cloître

Voir les commentaires

Immortelle randonnée de Jean-Christophe Rufin

immortelle-randonnee.jpg Le chemin des Jacquaires 

     Quatrième de couverture: Jean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de 800 kms, le chemin nord de Saint-Jacques de Compostelle. Moins fréquenté que la voie habituelle des pélerins, cet itinéraire longe les côtes basques puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice...

     Mon avis: Dans ce récit de voyage, J-C Rufin s'attache autant à l'aspect matériel qu'à l'aspect spirituel de son périple. Il donne ainsi des astuces aux futurs pélerins et décrit les paysages côtiers rencontrés. Il nous parle de ses rencontres intéressantes, surprenantes ou non mais aussi de sa propre évolution au fil des kilomètres.

     Bien que ce récit soit merveilleusement écrit et très intéressant, l'auteur ne m'a pas donné l'envie de parcourir ce chemin. Le goudron, les zones industrilelles ou artisanales, les banlieues interminables qu'il décrit ne me font pas envie et je ne parle pes des ampoules!

     Je pense que tout individu peut se retrouver, se ressourcer en faisant le tour du Queyras, du Mont-Blanc ou autre avec son bâton de pélerin... mais cela n'engage que moi!

    Extraits: Alors que J-C R nous raconte un arrêt dans un monastère où un groupe de Yogistes se sont arrêtés et ont eu des prestations de meilleures qualités que celles des pélerins, il en conclut:

      "C'est à de telles expériences que le pélerin mesure les évolutions de ce monde. Si le pélerinage de Compostelle connaît un regain de vitalité, ce n'est plus comme la voie royale de la foie qu'il était jadis. Le Chemin est seulement un des produits offerts à la consommation dans le grand bazar postmorderne. Les moines, qui sont des gens pratiques, ont pris la mesure de cette diversité et proposent des services adaptés au désir de chacun. Ils ont rapidement évalué les ressources dont disposent les divers groupes qui recherchent leur compagnie. Aux touristes ils proposent , à des prix élevés, des produits monastiques (cartes postales, fromages, confitures). Au "Yoga groupe" ils réservent les chambres luxueuses du nouveau bâtiment. Quant à ces pouilleux de pélerins, ils les ont percés au jour depuis longetmeps. Les moines, tradition oblige, assurent pour les pélerins un service, mais minimum."

       Après avoir longé la plage et fait des descriptions magnifiques, voici ce que décrit l'auteur:

        " On se retrouve vite de nouveau à longer des nationales. Le fait qu'elles traversent des paysages lacustres n'est pas une consolation, bien au contraire. Car le marcheur, à fleur d'eau, compatit avec les canards et les poissons et n'en est que plus choqué par le vrombrissement des voitures lancées à pleine vitesse. Le sentier qui borde la route est parsemé d'ordures que les automobilistes ont jetées: canettes métalliques, papiers gras, paquets de cigarettes. En Cantabrie, le marcheur prend conscience pour la première fois qu'il est lui-même un déchet."

        Par contre j'ai apprécié, les desciptions des nouvelles sensations qu'il ressent au fil de son cheminement, en voici un petit exemple:

        "Les transformations physiques du pélerin ne sont rien à côté de sa métamrphose spirituelle. .... Au départ du Chemin, on pense énormément... On est seul avec soi-même. La pensée est l'unique présence familière; elle permet de recréer des dialogues, de convoquer des souvenirs... Le marcheur se retrouve lui-même avec émotion comme s'il rencontrait soudain une vieille connaissance.... On se surprend à rire tout seul. Le pas, c'est bien connu, agit sur la pensée comme un vilbrequin: il l'ébranle, la met en route, reçoit en retour son énergie. On avance à l'allure des songes et, quand ils sont lancés à plein régime, on court presque..."

coquielle.jpg 

Voir les commentaires