Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Reflets dans un oeil d'homme" de Nancy HUSTON

reflets-dans-copie-1.png                 La femme occidentale d'aujourd'hui est-elle libre?

    Il y aurait à ce jour peu de différences entre l'homme et la femme, ne serait-ce pas un leurre?

    La réalité n'est-elle pas autre ?

Cet essai féministe est écrit par une féministe canadienne franco-anglaise que j'apprécie beaucoup... Un féminisme pessimiste dans lequel l'auteur analyse froidement, cruement, de façon choquante la réalité de la condition féminine.

 

Dans cet essai Nancy Huston, retrace un court historique de la femme et surtout des rapports homme/femme, elle s'efforce de démontrer que l'égalité des sexes n'existe pas et que,, bien au contraire les différences ne sont pas prêtes à s'effacer.

Elle met en avant la différence des attitudes des deux sexes face à la sexualité, l'importance de l'industrie du porno, le commerce de la prostitution qui ne diminue pas et qui touche plus de femmes que d'hommes.. Sans oublier la société de consommation, la pub, les produits de beauté, la chirurgie esthétique tout cela emprisonnant les femmes dans une image la plupart du temps inacessible.

L'auteur s'appuie sur sa propre expérience ainsi que sur celle d'amis écrivains, peintres ou photographes, et de personnages emblématiques tels que Marilyn Monroe et Jean Seberg, actrices toutes deux qui se sont suicidé de désespoir. Ces témoignages rendent ses affirmations encore plus vraies.

Nancy Huston a quelques clichés: la femme est objet, l'homme est sujet prédateur et ses pulsions sont incontournables. La femme d'aujourd'hui s'éloigne de la maternité ... méprisée, différée.

 

Bref, on ne sort pas indemme de cette lecture qui nous laisse plus d'interrogations que de réponses... L'évolution favorable pour la femme est-elle possible???

On peut reprocher le côté très engagé voire excessif de l'auteur qui  peut susciter des polémiques, d'ailleurs les critiques ne sont pas toujours positives...

 

Mais n'est-ce pas ce que cherche Nancy Huston? Déranger, interpeler, soulever des questions...

 

De cet auteur, vous pouvez lire les romans suivants : Lignes de faille***, L'empreinte de l'ange***, Dolce agonia*, La virevolte* ... et un essai "la fabulatrice" commenté sur ce blog. 

 

 

 

Voir les commentaires

Le confident de Hélène GREMILLON

Un 1er roman très réussi qui a obtenu cinq prix littéraires ... plus le mien !

 

le-confident.jpg

 

 

Vous avez compris ! J'ai adoré!

       Le résumé (très succinct): Au décès de sa mère, Camille reçoit de nombreuses lettres de condoléances. Parmi elles, une lettre plus épaisse que les autres, une lettre différente des autres, une sorte de confession...

Un homme, Louis, raconte sa vie et celle d'Annie.

Camille est éditrice et pense qu'on lui envoie le début d'un roman ... Chaque semaine, une nouvelle lettre arrive ...

Camille se sent rapidement mal à l'aise, et si l'histoire la concernait?

            Dans ce roman, plusieurs voix s'entremêlent: la narratrice, Camille ;  le correspondant, Louis et le long récit d'Annie. Pour terminer le suspens un autre personnage intervient. Mais tout est limpide, tout se dévoile progressivement sur un rythme qui nous tient en haleine, nous découvrons au même rythme que Camille tout ce qui fait le suspens de ce livre.Jusqu'au dernier mot, le lecteur reçoit révélation sur révélation.

 

                       L'analyse: L'auteur a su mêler le fond historique de seconde guerre mondiale et le récit de plusieurs vies gâchées, brisées.

helene gremillonDe plus, cette intrigue se déroule au milieu du XXème siècle et le débat sur les "mères-porteuses" est le principal sujet. Et si j'ai une opinion sur ce sujet, je peux dire qu'à la fin de ce roman mes convictions sont ébranlées car chaque histoire est unique, chaque personne a son passé, chacun a ses propres sentiments ...

Le thème du mensonge est également largement exploité et bien utilisé!  

Ce roman n'est pas un thriller pourtant les confidences successives sont à couper le souffle!

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Katarina MAZETTI "La fin n'est que le début"

la-fin-n-est-que-le-debut.jpg"La fin du 3ème roman de cette trilogie, n'est que le début de la vie adulte de Linnéa, le personnage principal de " Entre Dieu et moi, c'est fini" et "Entre le chaperon rouge et le loup".

Résumé: Deux années sont passées depuis la mort de Pia, sa meilleure amie et

Linnea se rend compte qu'elle va vivre ce que Pia ne vivra jamais et qu'elle ne partagera jamais avec elle.

C'est l'année du bac pour Linnea. C'est aussi l'année où elle croit voir Pia à la cafétéria !

Evidemment non, ce n'est pas Pia puisqu'elle s'est suicidée, c'est son frère Per. Un jeune intello devenu lieutenant dans la marine qui attire des minettes hyper sapéees.

Malgré leurs différences, Linnea passe des heures avec Per à discuter et batailler... à découvrir l'amour.

Mais tout les oppose et Linnea, féministe et libérée, n'accepte pas le matchisme de Per qui a l'habitude de se faire obéir.

Petit à petit la tension entre les 2 amants monte...


Linnea perd une illusion de plus, et expérimente cette sage vérité: pour pouvoir prendre un nouveau départ, il faut savoir écrire le mot fin.

Mon avis: Je n'ai pas apprécié ce roman autant que "Le mec de la tombe d'à côté" mais je n'ai pas lu les 2 romans précédents de cette saga dans laquelle on voit grandir Linnéa.

Mais la découverte de l'amour à l'adolescence est bien traité ...

Est-ce que Linnea, l'amoureuse, va réussir son bac?

Son amie, Malin, l'adolescente au coeur tendre va-telle savoir échapper à la méchanceté d'un ivrogne?

La grand-mère, va-t-elle survivre à son attaque?

Et puis il y a la mère, inquiéte, le frère qui met son nez partout, et beaucup d'autres personnages...En fait, en 158 pages; je me suis attachée aux personnages !

Si vous lisez toute la saga, faîtes-moi signe!

Voir les commentaires

CONSEILS de Lectures

         Voici quelques lectures estivales que j'ai lues avant la mise en place de ce blog....

 

  La cathédrale de la mer  FALCONES pour voyager à Barcelone

 

   Le dernier qui part ferme la maison de Michèle FITOUSSI: Comédie contemporaine ubuesque!

    Rose de Tatiana de ROSNAY: Pour se promener dans le Paris hausmannien

 

    Le voisin: du même auteur; petit trhiller domestique .

 

     Tom, petit Tom tout petit homme Tom de Barbara CONSTANTINE : Une histoire tendre qui se finit bien.

 

     La courte échelle de Noêlle CHATELET: Conte d'amour, de force et d'abandon.

 

     La femme coquelicot du même auteur: L'amour entre deux personnes du 3ème âge.

 

     La maison des Houches de BORDES: Pour aller à Chamonix en restant chez soi!

 

     Zulu de Caryl FEREY: L'Afrique du Sud.

 

     La petite fille de Mr Linh de Philippe CLAUDEL: la solitude, l'amitié, la dignité

 

     Une pièce montée de Blandine LE CALLET: Un mariage à la campagne oùdu rire aux larmes les secrets de famille éclatent!

 

     La joueuse d'échecs de Bertine HENRICHS: Sur l'île grec de Naxos, Eleni va reconquérir l'amour de son mari grace au jeu d'échecs.

 

     Le mec de la tombe d'à côté de Katarina MAZETTI: Le choc des cultures

 

     Shutter island de Denny LEHANE: Thriller psychologique où l'on n'est pas sûr d'avoir tout compris lorsque l'on ferme ce livre!

 

      La délicatesse de David FOENKINOS: Une jolie histoire d'amour

 

      L'annonce de Marie-Hélène LAFON: Huit-clos dans le Cantal.

 

      Le liseur de Bernard SCHLINK: Un amour impossible, un secret incroyable.

 

      Villa Amalia de Pascal Quignard: Sur une île près de Capri, roman dense et percutant.

 

       Les invités de Pierre ASSOULINE: Beaucoup d'humour dans ce petit roman parisien.

 

        No et moi de Delphine de VIGAN: Dans une gare Parisienne, amitié entre 2 jeunes filles de milieux plus que différents.

 

Si vous avez besoin de détails... n'hésitez pas!!!

Bonnes lectures ! 

 

Voir les commentaires

"Mapuche" Caryl FEREY

mapuche.jpg         Je croyais lire un roman noir et, comme pour son livre Zulu, je me suis retrouvée plongée en Argentine et son passé si peu reluisant...

    Les dictatures des années 70-80, la misère, Buenos aires et ses bars crasseux, les immondices qui se tassent dans les rues, la prostitution pour quelques pesos pour manger et survivre...

    C'est avec la découverte du corps de Luz, le travesti que débute ce roman, avec cet assassinat dont tout le monde se moque, c'est tellement commun!

    Et puis il y a Ruben Caldeon, ancien prisonnier des geôles de la dictature qui a survi aux tortionnaires nazis qui sont venus exercer leurs compétences en Argentine.  Il ouvre son agence de détective pour retrouver  les traces des disparus et poursuivre leurs bourreaux...

    Il y a aussi, Jana Wenchwen, la Mapuche expulsée de ses terres mises au profit des propriétaires terriens...

mapuche-libre.jpg

      Ce roman est un trhiller mais, et surtout, un roman historique dans lequel on retrouve en autre "les Grands-Mères de Mai" que j'ai vu en 2011 place de la Caza Rosa à Buenos Aires où elles manifestent toujours pleurant la disparition de leurs enfants volés..

      Un livre dur par sa réalité, son appel à l'humanité, attachant par son histoire et ses personnages.......

      A lire!

Et si vous n'avez pas lu "ZULU" eh bien il est encore tant!

Voir les commentaires

La voleuse de livres de Markus ZUSAK

    Un article est déjà publié sur ce site, et après lecture, je vous propose de vous rendre sur Wikipedia qui analyse de façon très précise ce livre.

 

Voici un extrait parmi tant d'autres....

 

"Vers seize heures trente, le temps s'était considérablement rafraîchi.

Les gens réclamèrent sur le ton de la plaisanterie qu'on allume le feu, histoire de se réchauffer. "Toutes ces saletés ne sont bonnes à rien d'autre, d'ailleurs!"

Les saletés en question furent apprortées sur des charrettes et déchargées au milieu de la place, puis arrosées d'un liquide à l'odeur douceâtre. Parfois, des livres et des papiers glissaient ou se détachaient de la pile, mais ils y étaient remis à chaque fois.

De loin, le tas ressemblait à un volcan, ou à un grotesque objet étranger qui aurait atterri par miracle en pleine ville et qu'il fallait anéantir au plus vite.

L'odeur flottait...."

"Les  humains aiment bien, le spectacle d'une petite destruction, me semble-t-il. Ils commencent par les châteaux de sable et les châteaux de cartes et ils vont de plus en plus loin. Ils sont particulièrement doués pour ça."

 

Beaucoup de sous-entendus, d'autant plus que le narrateur est LA MORT....

Voir les commentaires