Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

biographie

La vraie vie de Gustave Eiffel de Christine KERDELLANT

 

 

                                          Une biographie qui se lit comme un roman d'aventures!

          C'est à partir des 4 volumes écrits par Gustave Eiffel juste avant sa mort et la correspondance avec ses parents que Christine Kerdellant a écrit la biographie de Gustave Eiffel. Une documentation précise dont les dialogues entre Gustave Eiffel et ses collaborateurs, sa famille, son épouse Marguerite ou sa fille ainée Claire animent la lecture.

          Le récit débute par l'évènement le plus humiliant de Gustave Eiffel: son emprisonnement pour le scandale de Panama dû aux imprudences de Ferdinant Lesseps.

         Heureusement avant cette mésaventure dont l'ingénieur sort indemne, la notoriété de cet homme était reconnue par le succès de sa tour lors de l'exposition universelle de 1889. Tout au long de sa vie il s'est battu pour pérenniser la vie de sa tour en la rendant indispensable. Elle fut le lieu de nombreuses expériences technologiques et physiques (météorologie, chute des corps, pression, radiophonie etc )

           On découvre un travailleur acharné, un chercheur inventif, un entrepreneur, un homme de conviction, un meneur d'hommes à l'coute de ses ouvriers et soucieux de leurs droits  et un homme de contact ami de Thomas Edison , Camille Flammarion entre autres.

          La lecture de cette bio est très plaisante, prenante, très intéressante et vivante. Le style est fluide et bien rythmé .

 

Voir les commentaires

Auguste et Louis Lumière de Michel FAUCHEUX

        

      Si une biographie est habituellement destinée à une seule personne, celle-ci concerne deux hommes inséparables dont leur vie sera vouée à l'invention.  Très jeunes les deux garçons sont déjà très inventifs, ils font le serment dit de "la Goule aux fées" dans lequel ils se promettent de ne jamais se séparer et de travailler ensemble toute leur vie.  Nés de Antoine Lumière et Jeanne-Josephine Costille, à deux années d'intervalle, Auguste et Louis sont à la bonne école puisque leur père est peintre, photographe et homme d'affaires.

      Alors que Auguste prend conscience de sa vocation de biologiste, Louis va développer les idées de son père qui  tente de développer la photographie.

      Ils améliorent et développent l'entreprise Lumière qu'ils ont repris à leur nom. L'usine Lumière s'agrandit. Les 2 frères s'attachent au bien-être de leurs ouvriers et font construire de nouveaux ateliers ainsi que des logements pour les travailleurs. Ils découvrent la loi des développements photographiques. Ils découvrent l'existence du Kinétoscope d'Edison et améliorent sa technique par un procédé de perforation des images. Ce sont les débuts des pellicules souples.

      Janvier 1895: tournage du premier film; "Sortie d'usine" qui recoupe la vie sociale, le mouvement et le flot de personnes, ce sont tous les ingrédients du 7ème art.... Février: Dépose du brevet d'invention d'un appareil servant à l'obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques. Mars: le terme "cinématographe" est ajouté au précédent brevet.

      1896: inauguration de la première salle de cinématographe Lumière à Lyon.

      Suivront la mise en couleurs des films, puis la projection sur écran géant lors de l'exposition universelle de 1900.

     Auguste se tournera définitivement vers des recherches en biologie et en médecine tandis que Louis poursuivra ses travaux dans le domaine de l'optique, de la physique et de la chimie.

      Ils travailleront toujours de concert et signeront ensemble tous leurs brevets que ce soit Auguste ou Louis qui ait fait la découverte.

     Une biographie très bien menée, intéressante et plaisante à lire et bien sûr beaucoup plus complète que les quelques éléments donnés ci-dessus....

Voir les commentaires

Miarka de Antoine de MEAUX

       J'avais beaucoup aimé "Une vie" de Simone Weil, une femme que j'admire. Aussi lorsque "Miarka" m'est tombé dans les mains, c'est avec plaisir, curiosité et intérêt que j'ai découvert la vie de Denise Jacob, la soeur de Simone Weil.

      Si Simone a été arrêtée et déportée avec ses parents en tant que juive, Denise a été arrêtée en tant que agent de liaison à Lyon sous le nom de Miarka. Soumise à la torture, elle a été déportée dans le camp de Ravensbrück puis Mauthausen. Ces 2 conditions d'arrestation ont fait la différence entre les 2 soeurs. L'une victime de la shoah, l'autre de la résistance.

      Antoine de Meaux retrace dans ce roman biographique l'histoire de Miarka. Il s'appuie sur des archives, sa correspondance avec Denise qu'il connaissait très bien, ses écrits ainsi que les carnets de André Jacob, le père de Denise.

     C'est un superbe hommage qu'il nous livre, d'une femme d'exception passée sous silence.

Voir les commentaires

Le tailleur de Relizane de Olivia ELKAIM

       Alors que Olivia Elkaim est restée indifférente au sors de sa famille pendant très longtemps, c'est au décès de ses grands-parents qu'elle s'intéresse à leur vie passée grâce à une valise pleine de documents que lui fournit son père. L'auteure va retracer le parcours de ses aïeux ainsi que celui de ses parents. Une vie remplie de drames, d'hostilité, de misère, de déracinement.

       Marcel et Viviane et leurs deux enfants: Pierre-Joseph et Jean-Moïse vivent à Relizane à 140 kms d'Oran. Marcel est un tailleur de bonne renommée. Une nuit d'octobre 1958, Marcel est enlevé par un commando. Certain d'être exécuté, il revient dans son foyer et retrouve une vie normale, ou presque normale car il n'a pas le droit de dévoiler ce qu'il s'est passé...

      Marcel et Viviane vont tout faire pour rester en Algérie malgré le regard inquisiteur des voisins et des amis. Mais comme beaucoup d'entre eux ils sont contraints à l'exode, un exode sans retour malgré leur espoir. Un départ dans lequel ils perdront tous leurs biens mais également leur dignité et leur identité.

     Pour l'auteur, il semblerait que ce roman biographique soit une réconciliation avec ses origines, une réappropriation de son passé longtemps ignoré.

     Un témoignage émouvant qui retrace la décolonisation, les déchirures, l'exode, la difficile installation des "pieds-noirs".

RELIZANE en 1962

Voir les commentaires

L'allure de Chanel de Paul MORAND

     L'auteur, Paul Morand, rencontre Coco Chanel lors d'un séjour en Suisse et fait partie de ses amis. C'est avec beaucoup de précision que celui-ci relate la vie de Chanel, ses amis, ses amours, son caractère...

     A la suite du décès de sa mère, le père de Chanel emmène sa fille chez des tantes où il la laissera sans venir la revoir. Deux tantes qui vont lui mener une vie dure dont elle tirera un caractère bien trempé.

     C'est à 16 ans qu'elle vit son premier amour, puis quelques années plus tard, un autre amant lui financera son installation de modiste, elle démarrera par la fabrication de chapeaux.

     De nombreux artistes croisent son chemin: Picasso, Braque, Radiguet,Cocteau....

     Elle acquiert son prestige grâce à la création d'une ligne simple et pure, laissant de côté les fanfreluches de l'époque, ôtant les corsets, libérant ainsi la femme! Elle raccourcit les jupes et les robes puis crée des parfums.

" J'ai rendu au corps des femmes sa liberté, ce corps suait dans des habits de parade, sous les dentelles, les corsets, les dessous, le rembourrage."

      Un livre très agréable, intéressant, une vie de solitude et de battante.

 

Voir les commentaires

La solitude Caravage de Yannick HAENEL

      C'est peut-être parce que je n'appréciais pas la noirceur des tableaux de Caravage que le livre de Yannick Haenal m'a attirée et je ne le regrette pas!

      C'est à l'adolescence que l'auteur découvre une partie d'un tableau: le visage de Judith dont il tombe presque amoureux alors qu'il ne connait pas l'artiste qui l'a peinte! Ce sera quelques décennies plus tard qu'il reconnaît  la jeune fille et découvre qu'elle décapite Holophène...

      Yannick Haenel se plonge alors dans les œuvres de Caravage. Dans cet essai, il décrit le peintre de tableau en tableau, nous dévoilant ce personnage atypique. Artiste maudit pour son attitude et marginal pour sa technique, Caravage s'inspire beaucoup des bas-fonds de Rome, Naples, Malte, des villes qui l'hébergent à chacune de ses fuites.

      L'auteur nous explique la technique du  Caravage, son travail sur le contraste lumière et obscurité, la couleur rouge mise en opposition au noir, sa révélation avec Dieu et ses multiples sujets religieux, la misère du peuple ainsi que les libertés qu'il prend dans les scènes mises en peinture.

       Né fin XVIème, Caranage est un des précurseurs de l'opposition lumière/sombre, de la prise de vue en gros plan et du naturalisme.

       Caravage meurt en juillet 1610 victime de la malaria.

        J'ai lu cet essai en visualisant au fur et à mesure les tableaux dont nous parle l'auteur, une approche que je vous conseille!

 

JUDITH DECAPITANT HOLOPHERNE VERS 1600

CARAVAGGIO

Voir les commentaires

Le cas Edouard Einstein de Laurent SEKSIK

       La photographie de la première de couverture représente Edouard Einstein et son père Albert Einstein. ce cliché a été pris dans l'entrée de la clinique psychiatrique du Burgölzli en 1933. Edouard a 22 ans, ce sera la dernière rencontre entre père et fils.

Ce récit reprend essentiellement les voix de la mère d'Edouard, Milena; de son père Albert et de Edouard.

        Albert, physicien de génie, a eu 3 enfants de Mileva Maric; une première fille, Lieserl,  décédée lors de sa 1ère année et inconnue du grand public, et deux garçons, Hans-Albert professeur d'ingénierie hydraulique de génie et Edouard  étudiant en première année de médecine.

       A la séparation de Albert et Milena en 1914, Edouard a 4 ans. Sa mère revient sur Zurik avec les 2 garçons alors que Albert s'installe à Berlin, il n'aura aucun contact avec ses fils durant 5 années.

       Edouard aurait voulu démarrer des études en psychiatrie mais son père, très pragmatique pense que Freud est un charlatan et refuse que son fils suive cette voix. Edouard sombre dans une dépression profonde et devient violent. En 1931, il a 21 ans, il est diagnostiqué Schizophrène et est interné. Il reçoit des traitements de choc (électrochocs). Edouard revoit son père en 1933 avant le départ de celui-ci pour l'Amérique. Il meurt à l'âge de 55 ans.

         Ce livre est une biographie de la famille Einstein très agréable à lire. Chaque chapitre est consacré à un des personnages dont l'auteur dévoile les ressentis et les sentiments face à sa famille. Les éléments que nous donne l'auteur permettent d'expliquer le devenir de chacun. Un père absent, une mère débordée et soi-disant désargentée et deux enfants tournés vers leur mère et peut être écrasés par la notoriété de leur père.

        Le lecteur assiste à un véritable drame familial: la douleur d'une mère et l'impuissance d'un père célèbre.

 

        Je vous conseille en autre " L'exercice de la médecine" qui est également excellent.

 

 

Voir les commentaires

La veuve des Van Gogh de Camilo SANCHEZ

Ce livre est un hommage à la personne de Johanna Van Gogh-Bonger, épouse de Théo  et belle sœur de Vincent. 

Malgré la présence envahissante et pesante de son beau frère tourmenté, Johanna a aimé passionnément Théo. Après les décès successifs de Vincent puis de Théo,  Johanna se plonge dans la correspondance que Vincent adressait à son frère,  Johanna découvre un talent de poète,  d'écrivain mais aussi de peintre.

Elle se battra pour faire connaître les toiles et la correspondance de son beau frère contre tous ceux qui voulaient détruire le travail de Vincent Van Gogh qu'ils estimaient atteint de folie. C'est grâce à l'acharnement de Johanna pour la conservation des toiles que le musée d'Amsterdam a pu s'ouvrir en 1973 avec un nombre impressionnant de toiles et de dessins de Vincent.

Un premier roman qui nous emporte dans le monde des collectionneurs et des marchands d'art. On y trouve des extraits du journal de Johanna ainsi que des lettres de Van Gogh.  Un portait de femme battante à une époque où elles n'étaient pas du tout considérées. 

 

Voir les commentaires

La gouteuse d'Hitler de Rosella POSTORINO

Par crainte d'être empoisonné, Hitler recrute dix femmes allemandes au hasard. Celles-ci goûteront tous les plats proposés au dictateur qui attendra 1 heure avant de manger. C'est la peur au ventre que ces jeunes femmes mangent ne sachant si c'est leur dernier repas.

Le personnage principal est Rosa Sauer qui, à l'engagement de son mari dans l'armée, quitte Berlin et les bombes pour aller vivre chez ses beaux-parents en Prusse Orientale. C'est à Groos-Partsch  que Hitler a établi son état-major et c'est là que Rosa sera conduite. Ce roman transmet ses doutes, ses craintes et ses sentiments.

 L'auteure s'est appuyée sur le témoignage très tardif, à 95 ans, de Margot Wölk, la dernière goûteuse d'Hitler en vie. C'est elle qui lui a inspiré son personnage principal : Rosa Sauer. Un pan de l'histoire que j'ignorais.

 

Voir les commentaires

Madame Einstein de Marie BENEDICT

Ce roman retrace la vie de Mileva Maric, scientifique serbe de très bon niveau. Quasiment seule femme parmi un monde d'hommes dans ce début du XXème siècle.

Mileva tombera amoureuse de Albert Einstein que épousera et lui dévouera sa vie au détriment de ses études, de ses recherches et de sa notoriété.

La narratrice est Mileva, ce qui nous permet de nous plonger dans sa vie, ses idées et ses pensées.

Un destin totalement raté pour cette brillante femme qui par souci des convenances  restera bien trop longtemps la compagne de Alber Einstein. Albert Einstein

Un roman agréable à lire, l'auteur y aborde des données scientifiques qui ne dérangent pas la lecture.

 

 

EXTRAITS d'ARTICLES: Beaucoup se sont interrogés sur la part qu'avait pris Mileva dans les travaux d'Einstein. Certains affirment qu'ils ont véritablement travaillé en duo et qu'elle a été flouée. D'autres considèrent qu'elle a peut-être participé mais que le véritable auteur de ces articles, c'est Albert.Mileva Maric, née en 1875, à Tiltel (aujourd’hui en Serbie), développe dès l’enfance des dons intellectuels extraordinaires. Elle étudie à l’Institut polytechnique de Zurich, où elle rencontre Albert Einstein. Ils se marient en 1903. En 1905, Mileva est auprès d’Einstein et l’aide dans ses travaux. Des biographes d’Einstein s’étonneront de l’extraordinaire fécondité de cette année-là. Pour Desanka Trbuhovi-Gjuric, il s’agit des « fruits d’un travail en commun ». En 1914, il quitte femme et enfants et elle est réduite à donner des leçons de mathématiques et de piano. En novembre 1922, Einstein reçoit le Prix Nobel de physique et se rend à Zurich pour remettre à Mileva le montant intégral du prix : reconnaît-il ainsi ce qu’il lui doit ? Mileva meurt en 1948, après « une vie pleine d’un fantastique oubli de soi, et de tempêtes dont personne ne sut rien ». Pourtant elle est un génie scientifique, d’une force égale à celui d’une Marie Curie, d’une Sophie Germain, d’une Sofia Kovalesvskaïa.

Desanka Trbuhovic-Gjuric, compatriote de Mileva, s’est acharnée, par un extraordinaire travail de détective, à démontrer dans son livre, Mileva Einstein, une vie (traduit par Nicole Casanova aux éditions des femmes), que Mileva était pour beaucoup dans les découvertes de son mari. Suite à la polémique soulevée par cette étude, des scientifiques américains militent pour que le Nobel soir réattribué à Mileva et Albert.

Catherine Rihoit, Marie Claire, mai 1991

Voir les commentaires

1 2 > >>