Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1er roman

La vierge jurée de Jean Christophe Boccou

Nous sommes  au nord de l'Albanie dans les Balkans, Eva et Irina sont jumelles et leurs destins basculent le jour de la mort de leur mère. Irina va chercher à se venger mais rien ne va se passer comme prévu et elle va être séparée de sa sœur. Certaines régions du nord de l'Albanie suivent encore  le Kanun, un ensemble de règles dont celle "de la reprise de sang" qui stipule que quand un homme est tué sa famille doit reprendre un sang dans la famille de l'agresseur uniquement parmi les hommes. Les Burneshas (vierges jurées) font aussi parties du Kanun, se sont des femmes guerrières qui, pour éviter un mariage forcé par exemple, ont choisi de vivre comme des hommes de faire vœu de chasteté et de prendre les armes. Irina va devenir Skander. Par ailleurs, l'auteur  nous emmène dans un orphelinat en Roumanie où les enfants sont parqués comme des bêtes et ont des numéros en guise de prénom. Ils doivent se battre pour survivre et parfois jusqu'à la mort. Le destin  de ces enfants va se croiser avec celui d' Eva et d'Irina pour faire face à  l'ogre. C'est un premier roman addictif et qui se lit d'une traite de plus il nous fait voyager et découvrir d'autres cultures. 

Voir les commentaires

Les orageuses de Marcia BURNIER

 

       Un gang de jeunes filles animées par une violente colère tentent de se réparer... Toutes, elles ont été violées et elles hurlent que : " Non, ce n'est pas comme un rhume, ça ne disparaît pas après quelques semaines de Doliprane."

      Elles se rendent compte chacune de leur côté que le dépôt de plainte ou le procès ne mène à aucune réparation. Pour elles, la justice ne respecte pas les droits de la femme et elles sont toujours confrontées à la méfiance de la police ou des jurés... Comment prouver que l'on n'a pas suscité le délit par son attitude, ses propos, la peur qui engendre un refus pas net... 

       Pour reprendre pied, elles décident ensemble de faire justice par elles-mêmes et de  se venger par des expéditions punitives contre leur agresseur. Elles ne touchent pas leur agresseur mais détruisent leur appartement, marquent au fer rouge leur environnement espérant ainsi les dissuader de toute autre tentative. Et se soulageant elles-mêmes de leur trauma.

     Ce récit est une réelle révolte contre la justice.

     Une démonstration des séquelles laissées par ces abus: traumatismes, angoisse, trouble du comportement, douleurs inexpliquées, peur de l'autre.

     Un premier roman-récit féministe émouvant mais pas que.... A LIRE!

Voir les commentaires

Les aquatiques de OSVALDE LEWAT

 

4ème livre de la sélection du PRIX CBPT 2021-2022

             Résumé et analyse de l'équipe de bénévoles de l'association CBPT : La vie sans histoire de Katmé, femme du préfet d’Akriba, capitale du Zambuena, est soudain bousculée. Pour éviter que la tombe de sa mère, morte vingt ans auparavant, ne soit enfouie sous une autoroute, elle doit la faire déplacer. Son très cher ami Samy, sculpteur dont la première exposition est un succès, est jeté en prison à la suite de l’article venimeux d’une feuille locale. Comment gérer tout cela sans nuire à la carrière de son mari ? « Les Aquatiques » est à la fois le nom du quartier misérable où travaille le sculpteur et celui d’une de ses œuvres : à l’image du livre qui conjugue beauté, puissance, foisonnement de l’écriture et scènes parfois insoutenables. Dans son premier roman, la documentariste et photographe Osvalde Lewat fait, sans aucun manichéisme mais avec un humour savoureux, le tableau âpre et coloré d’un pays d’Afrique où la classe politique inféodée au « Vieux » se sert abondamment et laisse sévir, sans états d’âme, l’injustice et la haine de l’homosexualité, prônée par les religions aussi bien catholique que traditionnelle. Au-delà elle brosse un étonnant portrait de femme qui peu à peu choisit son destin. Éblouissant ! (C.P. et M.Bi.)

    Née au Cameroun, Osvalde est photographe d'art et réalisatrice de films documentaires plusieurs fois primés.  Elle vit à Paris.
    Les Aquatiques est son premier roman.

Voir les commentaires

Une pluie de septembre de Anna BAILEY

L'action se passe dans une communauté très pieuse du Colorado. Un soir après une soirée très arrosée Abigail 17 ans s'enfonce dans les bois et disparait. Elle est issue d'une famille déséquilibrée où le père boit et bat sa femme et ses enfants. Elle a deux frères Noah homosexuel et Jude handicapé depuis qu'il a été battu par son père. Tous vivent dans la terreur de celui-ci. Tout le monde pense qu'elle a fuit cet univers. Tout le monde sauf Emma sa meilleure amie qui regrette de l'avoir laissé seule ce soir là. La religion est très présente dans cette communauté et le pasteur régit la vie de tous les habitants. Ils vivent repliés sur eux mêmes dans un intégrisme religieux ou le racisme et l'homophobie sont exacerbés. Tout le monde prie à tout bout de champs ( des passages des évangiles présents à chaque chapitres) . L'enquête piétine et les policiers ne sont pas très motivés, seule Emma va poser des questions et essayer de savoir ce qui est arrivé à son amie. L'atmosphère du roman est étouffante et glauque jusqu'au dénouement final. Un premier roman qui m'a beaucoup plu.  Pour moi auteure à suivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Là où la caravane passe de Céline LAURENS

 

     Tout d'abord, un grand merci à mon amie pour ce beau cadeau!

     Chaque année, le 15 août, la communauté de gitans se retrouve à Lourdes pour leur pèlerinage. C'est le prétexte que choisit Céline Laurens pour nous immerger dans ce monde non familier. Plusieurs personnages sont introduits livrant chacun ses tradition, ses légendes, son histoire racontée en musique, ses repas, ses veillées. Bref un poids de traditions et d'habitudes de vie lourd et particulier que l'auteur décrit très bien. 

     L'auteur n'hésite pas à décrire Lourdes avec sa foie et ses bondieuseries mais aussi son aspect mercantile.

     Les chapitres sont courts, un style facile et adapté au milieu décrit. Pas vraiment de fil conducteur.

Voir les commentaires

Blizzard de Marie VINGTRAS

        Un des 4 romans du Prix CBPT.

       Un endroit paumé en Alaska. Le vent, la neige, un temps à ne pas mettre un chrétien dehors ! C’est pourtant ce que fait Bess l’écervelée avec « le petit », dont elle a la garde. Un lacet à renouer, et le blizzard avale l’enfant. Quand Benedict, le propriétaire des lieux, s’aperçoit de leur disparition, il part à leur recherche avec Cole, son homme de peine peu enthousiaste : on ne voit pas à deux pas devant soi. Même Freeman, le « vieux vétéran » du Vietnam arrivé là un jour – on se demande bien pourquoi – ne pourrait sortir de chez lui à cause des congères. À part Benedict dont la famille est implantée depuis plusieurs générations, qui viendrait de gaîté de cœur habiter un endroit aussi inhospitalier ?

      En courts chapitres – deux ou trois pages – et tour à tour, chacun des quatre personnages confrontés à cette tourmente de fin du monde s’interroge sur lui-même, à sa façon, et revit les raisons qui l’ont conduit dans ce trou perdu. Au fur et à mesure que faiblit la tempête, tout devient plus clair et la tension monte, façon thriller. Mais c’est aussi et surtout une fine analyse psychologique où se côtoient parfaitement pudeur et violence servies par une écriture maîtrisée : pas une phrase de trop !

     Un premier roman bien écrit qui nous emmène dans le froid, les beaux paysages canadiens et des personnages attachants.

Voir les commentaires

Une histoire des loups de Emily FRIDLUND

 

      Nous sommes dans le Minnesota entre les bois marécageux et les lacs gelés.

      Dès le début on sent la tragédie s'approcher, on sait qu'il y a mort mais on ne sait pas de quelle façon cela va arriver. Le suspense est lent et plonge le lecteur dans un monde bizarre voire dérangeant. Le malaise s'installe avec une ambiance assez pesante. Les descriptions de la nature favorisent cette atmosphère avec une nature très présente où le froid et ses morsures nous piquent, où on s'enfonce dans la neige et ses congères...

      Linda est une ado, fille unique à moitié sauvage. Elle est élevée par des parents négligents, anciens hippies, ils vivent dans une cabane chauffée au bois, d'ailleurs c'est Linda qui coupe le bois et s'occupe du feu. Sans véhicule, elle va au lycée à pied marchant 6 kms au bord du lac entre forêts et neige et à ses moments de loisirs, elle se balade en canoé sur le lac.

       Un jour, une nouvelle famille emménage sur l'autre rive du lac, en face de chez elle. Elle peut  l'observer avec ses jumelles. Elle est intriguée par cette famille dont le père, professeur d'université est souvent absent et dont la mère s'occupe de Paul âgé de 4 ans. Linda va s'attacher à cette famille si différente de la sienne, aisée et proche de leur enfant. Petit à petit, Linda entre dans cette famille et va être leur baby-sitter. 

        Petra la mère est très douce et prévenante, le père Léo est très autoritaire mais que se cache-t-il sous cette famille de religion de Science Chrétienne.... où Dieu est amour et bonté et qu'il a, lui seul le pouvoir de guérison....

       Je pense que ce qui est dérangeant est que cette histoire est racontée sur plusieurs époques. Linda, la narratrice raconte l'histoire qu'elle a vécu à l'âge de 15 ans avec cette famille. L'auteur y mêle l'histoire d'un procès ainsi que la vie de Madeline adulte. 

       Le récit prenant et inquiétant est bien écrit et nous fait pénétrer dans cette région des grands lacs avec réalisme.

     

       

Voir les commentaires

La caresse du loup de Catherine Robert

Chloé a huit ans et vit au sein d'une famille nombreuse et aimante. Elle est très proche de sa petite sœur Clara qu'elle protège et entraîne dans ses jeux. Cet été là, en vacances au bord de la mer, Chloé va subir l'agression sexuelle d'un ami très proche de la famille . Clara trop petite ne comprend pas ce qu'il se passe d'autant plus que Chloé n'ose pas en parler et pense qu'elle a fait une énorme bêtise. Elle va se murer dans le silence et s'efforcer de devenir transparente pour que plus personne ne la remarque.

Des années plus tard et alors qu'il y a prescription, elle va se décider à porter plainte. Avec l'aide de sa petite sœur elle va se rendre au commissariat pour pouvoir enfin mettre des mots sur ce qui lui est arrivé et se libérer de ce poids qui l'étouffe. Le pédophile va enfin reconnaître les faits mais n'est pas inquiété par la justice, en effet ceux ci se sont produits plus de trente ans auparavant.

Ce premier roman se lit d'une traite. L'auteure décrit les réactions de toute la famille, les parents qui préfèrent fermer à clé et refuser d'ouvrir quand le prédateur est là, les tantes et oncles qui s'inquiètent du quand dira-t-on si ça venait à se savoir... La seule à réagir est Clara qui va prendre le destin de sa grande sœur en main et l'aider à se venger.

Voir les commentaires

L'enfant étoile de Katrine ENGBERG

Julie est découverte sauvagement assassinée dans son appartement de Copenhague, le visage horriblement tailladé. Le voisin qui a découvert le corps doit être hospitalisé suite à une crise cardiaque. L'enquête est menée par un duo d'enquêteurs , l'inspecteur Jeppe Korner et son équipière Anette Werner qui vont devoir plonger dans le passé trouble de la victime pour interroger tous les suspects.

De plus, Esther, la propriétaire de l'immeuble est en train d'écrire  un roman dont l'héroïne est la victime et qui relate le meurtre dans ses moindres détails. 

Ce livre est un premier roman mais je n'ai pas trouvé le même enthousiasme à la lecture que dans les romans de Camilla Lackberg ou Lars Kepler.  

Voir les commentaires

HS 7244 de Lorraine LETOURNEL LALOUE

Marius et Camille, l'amour de sa vie, décident de faire un voyage à travers la Russie en amoureux. Après une soirée  bien arrosée dans un bar de Grozny Marius se retrouve enfermé dans un cachot sans nouvelles de Camille.

Il ne comprend pas ce qui se passe et ne peut communiquer avec personnes car ses geôliers ne parlent que russe sauf le médecin du camp, un français, qui se livre à des expériences sur les prisonniers. Marius  va néanmoins réussir à se faire un ami Sylvain lui aussi français qui va lui éviter de sombrer. Le quotidien des prisonniers se résume à vivre dans un cachot et à subir des tortures et des privations sans aucune autre forme de procès.

Ce roman est tiré de faits réels qui font froids dans le dos et dénonce la persécution que subit une partie de la population de certains pays de l'Est.  La noirceur du récit et le dénouement  me font  penser aux romans de Karine GIEBEL mais il se dévore d'une traite. Les âmes sensibles devront s'accrocher !

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>