Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

drame

Poursuite de Joyce Carol OATES

     Quatre voix, quatre personnages:

           Abby, jeune fille de 20 ans décrite comme une petite fille chétive et introvertie. Toutes ses nuits sont agitées par des cauchemars remplis de squelettes et on en comprendra la raison....

           Willem un fervent chrétien, époux de Abby. Il connaît très peu Abby et pour cause....

           Nicola, la mère de Abby, une femme terrifiée qui protège un peu trop sa fille....

           Lew, le père de Abby, un homme violent vétéran de la guerre d'Irak, ceci explique(peut-être) tout cela...

  Le lendemain du mariage de Abby et Willem, Abby part travailler et prend le bus. Alors qu'elle s'engage sur la route, elle est percutée par ce bus. Traumatismes, coma, fractures et rééducation puis convalescence pendant laquelle Abby dévoile pour la première fois son lourd passé... et va en être délivrée.

    Un roman psychologique noir bien mené dans lequel passé et présent s'imbriquent bien.

    Une écriture rythmée propre à cette auteur: des passages en italiques pour ce qui est pensé par le personnage et de nombreux mots entre parenthèses qui permettent de donner un avis ou une explication supplémentaire comme une petite voix qui a son mot à dire. Exemple: "Essaie de la (re)voir. Essaie de parler à sa fille un jour (de semaine)...... Les amis de maman sont (surtout) des femmes...."

     Un roman de souffrance reflet de la souffrance américaine.

 

Voir les commentaires

L'audacieux Monsieur SWIFT de John BOYNE

   ou L'ODIEUX MONSIEUR SWIFT .....

          Si vous voulez .... un jeune homme charmant, charmeur et narcissique; un jeune homme sans talent qui veut devenir un écrivain primé; un manipulateur cynique sans scrupule; un séducteur au pouvoir indéniable; un imposteur et un assassin.... alors lisez L'audacieux Monsieur Swift! Mais prévoyez du temps de libre car il ne vous lâchera pas !!!

         L'auteur nous happe dans cette histoire où la tension monte crescendo, Mr Swift étant de plus en plus ignoble. Ce jeune homme est prêt à tout pour réussir et profiter des autres; il sait utiliser ses charmes sans vergogne. Cet homme immoral va utiliser ses amis, sa femme et se séparer de son fils un peu trop intrusif pour se faire un nom....

         Ce roman pose des questions sur le métier d'écrivain, le milieu de l'édition, la course aux prix littéraires, le rôle de l'écriture, l'imagination des écrivains... D'où viennent leurs idées? leurs inspirations?  Y a-t-il des jalousies entre écrivains? Y a-t-il des plagiats? Y a-t-il des préférences... besoin de connaissances...? 

          intéressant et prenant dont j'ai bien aimé le clin d'œil des dernières pages!

        Voici un passage qui m'interpelle!

" Et comment s'est passée ta semaine?

- Bien. J'ai lu le premier des deux romans que j'ai accepté de chroniquer.

- Et...?

- Malheureusement, il est très bon.

- Oh. Tu n'y peux rien.

- Je sais. Mais j'ai commencé le deuxième et jusqu'ici, il est un peu lent. Alors ça se présente mieux.

- Excellent. Tu vas peut-être trouver quelque chose à critiquer.

- Avec un peu de chance, Oui."

        Cet extrait me fait penser à une réflexion entre lectrices... et le bienfondé des critiques littéraires des blogueurs qui encensent les livres... Le lecteur doit-il faire confiance dans la 4ème de couverture? dans les critiques? avant de se lancer dans une nouvelle lecture.... Je n'ai pas la réponse.... Et c'est préférable!

 

Voir les commentaires

Le reste est silence de Carla GUELFENBEIN ***

       

       Résumé: Un roman à 3 voix dont chaque chapitre dévoile un morceau de vie du personnage mais aussi des points de vue différents sur les mêmes événements qui vont s'entrelacer pour dévoiler une fin d'histoire troublante.

       Les 3 personnages principaux et narrateurs sont Juan, Tommy et Alma.

Juan est le père de Tommy. Il est chirurgien et se noie dans son travail pour oublier son lourd secret et se cacher de la souffrance de son fils;

Tommy a 12 ans. Les jeux turbulents lui sont interdits du fait d'une maladie cardiaque. Il est très intelligent, très sensible et vit dans son monde. Il enregistre les conversations des adultes avec son MP3 et découvre un secret. Il va tenter d'en savoir davantage.

Alma est la compagne de Juan. Elle est enceinte de 2 mois lorsque Juan la rencontre. Ils vivent ensemble avec leurs enfants respectifs. 

Il y a également Soledad, la maman décédée de Tommy, personnage compliqué. Mana la mère de Alma, femme inconséquente, mais pas tant que cela... Le père de Juan, un homme tellement sévère qu'il en est odieux. Et les personnages imaginaires qui entourent Tommy...

       Mon Avis: Au départ la lecture est déroutante car chaque personnage est narrateur mais ne se "présente" pas, c'est au fil de la lecture que l'on comprend qui est celui qui parle, et on comprend très vite le fonctionnement de ce roman. Une histoire faite de non-dits qui traite de la reconstruction de soi après un drame. Un roman assez bouleversant et très prenant dont l'écriture est délicate. 

      L'auteur: Carla Guelfenbein est une femme de lettre Chilienne. Elle quitte le Chili suite au coup d'état de Pinochet et revient dans son pays natal en 1988. "Le reste est silence" est son 1er roman .... les non-dits de la société chilienne d'après Pinochet....

...... En ces temps de confinement, le silence nous porte vers la réflexion et l'introspection ......

 

 

Voir les commentaires

Grossir le ciel de Franck BOUYSSE

 

Gus vit dans une ferme des Cévennes. Depuis le décès de ses parents qui le haïssaient, il vit seul.

Son chien Mars et son voisin Abel sont sa seule "famille".

Alors que Gustave part avec son fusil sur l'épaule pour chasser la perdrix, il entend un coup de feu et pense que Abel a eu la même idée que lui. Mais quand il s'approche vers la ferme de son voisin, il trouve une large tache de sang...

Un huit-clos en pleine campagne cévenole entre neige, brouillard, solitude, silence, rudesse, suspicion, travail...

Un livre noir qui nous présente deux hommes rudes, taiseux fatigués par le travail de la terre, entourés de "fantômes". Un secret de famille très bien amené, un secret bouleversant.

Je vous conseille cette lecture ainsi que "Né d'aucune femme". Une belle écriture fluide et prenante.

 

 

 

Voir les commentaires

Le nouveau de Tracy CHEVALIER

Nous sommes dans les années 70 à Washington, Osei, enfant noir né au Ghana, fils d'un diplomate, arrive en fin d'année de CM2 dans une nouvelle école. Tous les élèves sont blancs. Osei sympathise avec Dee, la fille la plus prisée de la classe. Mais le jeune garçon ne voit pas les manigances et la jalousie des autres élèves...

Une tragédie du harcèlement et du racisme encore d'actualité.

Cette histoire se déroule en une journée, dans la cour de l'école. Les personnages sont Osei (personnage principal), Dee (amie de Osei),Ian (jaloux et méchant)...

Tracy Chevalier a su transposer la pièce d'Othello dans une classe de CM2 avec un dénouement identique.

Genèse de ce roman: A l'occasion du 400ème anniversaire de la mort de William Shakespeare, l'éditeur à demande à quelques auteurs de revisiter une pièce de leur choix de l'écrivain anglais.

Voilà pourquoi je n'ai pas retrouvé la veine de Tracy Chevalier.

 

Voir les commentaires

La dernière valse de Mathilda de Tamara McKINLEY

Un superbe roman d'amour et de tragédie qui se déroule en Australie, un monde totalement différent du nôtre.

Les descriptions nous transportent vers une terre aride, chaude, poussiéreuse et rouge où les distances entre les villes se comptent en heures de route. On y retrouve une faune inhabituelle: koalas, kangourous, wallabies, iguanes, wombats. Les paysages où montagnes et plaines alternent semblent envoutants. On apprend ce que pouvait être la vie des éleveurs de moutons dans la Nouvelle Galles du Nord. Une vie rude à la merci d'une météo capricieuse (sécheresse de plusieurs années, orages secs, incendies...)

Résumé: Deux histoires en parallèle animent cette saga australienne.

Fin de la 1ère guerre mondiale, 1923, Mathilda vient de perdre sa mère et, seule avec son père, elle va devoir gérer l'immense domaine de Churinga.

Cinquante ans plus tard, le mari et le petit garçon de Jenny meurent dans un accident. A 25 ans, elle hérite d' une station de moutons dans le Bush. Elle décide de quitter Sydney pour s'y rendre et découvre les journaux intimes de Mathilda...

Mathilda et Jenny, 2 femmes fortes et courageuses que la vie n'épargne pas....

Ce livre a tous les critères du roman au sens romanesque mais les rebondissements en font un page turner très agréable à lire, un bon livre de vacances.

 

L’outback est l’arrière-pays généralement semi-aride de l’Australie, situé au-delà du bush. Grand comme les deux tiers de l’Europe, il n’est pas très peuplé : un peu plus d’un million d’habitants soit moins de 5 % de la population du pays.

 

Le bush australien occupe environ 800 000 km2, répartis en deux grandes écorégions de type forêts, bois et broussailles méditerranéens.

 

Le lac Pedder en Tasmanie

 

  •  

Voir les commentaires

ma dévotion de Julia KERNINON

Voici le 2ème livre du Prix CBPT 2019.

Toujours les mêmes critères de choix: un auteur francophone, un roman d'environ 300 pages, un roman n'ayant pas reçu de Grand prix.

 

Helen est octogénaire lorsqu’elle rencontre Frank par hasard à Londres. Cela va être l'occasion pour Helen de dire à Frank tout ce qu'elle n'a pas pu lui dire. Une confession écrite, parlée ou murmurée, le lecteur ne le sait pas, dans un long monologue de 6 heures.

C'est une longue histoire d'amour pour l'homme qui a le plus compté pour elle, avec lequel elle a le plus longtemps vécu. L'homme dont elle a fait naître la vocation de peintre. Un homme qu'elle a assisté, choyé, hébergé, nourrit, blanchit... et dont elle a tout accepté jusqu'à l'inacceptable. Si Frank est devenu célèbre, c'est à Helen qu'il le doit.

Helen retrace donc leurs histoires, leur cheminement de Rome où ils se sont rencontré enfants à Amsterdam, Boston et la Normandie.

Frank est un bel homme centré sur lui-même, odieux personnage axé sur son devenir, sa réussite.

Helen à l'opposé est totalement dévouée à Frank. Aimante, aidante et je dirai servante de cet homme.

Durant ma lecture j'aurai aimé secouer Helen, la réveiller, lui crier que cet homme se moque d'elle, profite d'elle mais l'Amour est là et Helen n'est pas dévouée mais à mes yeux elle est totalement soumise....

Et une fois de plus je ne vous en dirai pas plus... mais un drame se trame....

Une très belle écriture, des chapitres courts, une lecture fluide et rapide comme si le lecteur ne respirait plus pendant les 6 heures  qu'ont duré cette confession...

Voir les commentaires

La part des flammes de Gaëlle NOHANT

Le 4 mai 1897, tout le monde se presse rue Jean Goujon à Paris pour assister à la plus mondaine des ventes de charité. Cette vente se déroule dans un immense hangar: le Bazar de la Charité. De nombreuses dames de la noblesse participent à la préparation puis à la vente dans les stands. Les bénéfices vont aux plus pauvres.

1897, ce sont les prémisses de la cinématographie. Le matériel est prêt pour visionner des films de Paris ou de l'entrée en gare de locomotive. Pour alimenter la lampe du projecteur, c'est de l'ether qui est utilisé. La combustion des vapeurs d'éther permet l alimentation de la lampe du projecteur. Un manque de sécurité ou trop d'inconscience provoque des vapeurs qui vont immédiatement s'embraser, le toit est enduit de goudron, il n'y a que deux issues, les dames sont vêtues de larges robes, leurs cheveux sont  rincés au pétrole pour les rendre brillants.... bref tout est propice à une catastrophe.

Ce seront plus de 120 personnes, essentiellement des femmes qui périront dans cette fournaise.

Ce roman feuilleton très agréable, d'une écriture plaisante  s'appuie sur un événement réel du mois de mai 1897. Quelques personnages historiques (le préfet Lépine, le Duc et la Duchesse d'Alençon) agrémentent cette exo fiction sans être un roman parfaitement historique. Par contre quelques coupures de presse citées dans le roman sont extraites de journaux de l'époque.

Ce roman a remporte de prix des lecteurs en 2016.

Un roman qui m'a fait découvrir cette catastrophe mais aussi la vie bourgeoise de l'époque. Une lecture très prenante.

Voir les commentaires

Vivre près des tilleules de L'AJAR

 

Exrait: Cela faisait près de dix ans". C’est la première phrase du premier roman du collectif d’écrivains de l’AJAR (Association de jeunes auteur-e-s romandes et romands.

 

 

Ecrit à partir d'un journal intime fragmentaire de la romancière suisse Esther Montandon désormais disparue, Vivre près des tilleuls évoque la mort de sa fille Louise, âgée de quatre ans.
 
L’AJAR livre un premier roman "bouleversant", "épuré" et "bluffant", d’après l’avant-critique de Kerenn Elkaim parue dans le Livres Hebdo du 27 mai, qui explique que "c’est par la magie de ce texte inédit qu’on pénètre l’univers de cette femme écrivaine" dont "la voix résonne pour nous conter la difficulté d’enfanter".
 
L’Association de jeunes auteur-e-s romandes et romands s’est constituée le 28 janvier 2012 à Genève. Ses membres partagent un même désir : celui d’encourager et d’offrir une visibilité à la création littéraire par le biais de projets collectifs (lectures, rencontres et publications). Ils sont 18 à avoir contribué à l’écriture de ce premier roman.

L'histoire: Esther Montandon a perdu sa fille de 3 ans lors d'un terrible accident domestique. Ecrivain, elle n'a jamais écrit un mot sur sa douleur et sur son difficile travail de deuil. Vincent Konig est en charge d'archiver l'ensemble de ses documents et il va retrouver le récit des jours et des années qui suivront cet instant où tout bascule...

Mon avis: Un roman agréable à lire malgré la dureté du sujet:l a perte d'un enfant.

Ces jeunes écrivains relatent la vie avant, les souvenirs, les moments de bonheur mais aussi la vie après le drame: le manque, la solitude , la vie qui s'arrête.

Un roman qui ne tombe pas dans le pathos mais nous ébranle car la famille, le couple ne résistent pas à cette tragédie.
 

Voir les commentaires

Trois jours et une vie de Pierre LEMAITRE

Un roman noir et psychologique d'un auteur que j'apprécie énormément. Mais je ne voudrais pas trop en dire de cette petite merveille...

Nous sommes en 1999 à Beauval un village jurassien, Mr Desmedt est le maire de cette petite ville paisible et chef d'une entreprise de jouets en bois, il a 3 enfants dont le petit Rémi qui a 6 ans. Mme Courtin, divorcée est une femme rigide qui vit seule avec Antoine garçon de 13 ans solitaire et secret. D'autres personnages aux caractères bien détaillés et complexes accompagnent cette histoire. .

En 3 jours de temps, toute la vie d' Antoine va basculer. L'élément  déclencheur est la mort de Ulysse, le chien de Rémi auquel Antoine était très attaché ...

Un roman écrit sur 3 périodes différentes dont la fin est tout à fait inattendue et dramatique.

 

Voir les commentaires

1 2 > >>