Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les sirènes de Bagdad de Yashmina KHADRA

Sirenes-de-bagdad.png

Dernier roman de la trilogie "Les hirondelles de kaboul" et "L'attentat", bien que le sujet soit grave, ce roman est moins "prenant" que les précédents. Nous suivons la vie d'un jeune bédouin Irakien qui va lentement se tourner vers l'extrémisme religieux.

Après avoir commencé des études, il revient au village au commencement de la guerre. Il ne comprend pas que les villageois n'acceptent pas la présence des américains et bien qu'il assiste à des bavures, il reste étranger à cette guerre jusqu'au jour où l'honneur de sa famille est atteint. Alors il part pour Bagdad pour se battre... Il va rencontrer des activistes et sa soif de vengeance va le porter vers un engagement très grave...

Voir les commentaires

Des larmes sous la pluie

005

"J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire. De grands navires en feu surgissant de l'épaule d'Orion. J'ai vu des rayons fabuleux, des rayons c briller dans l'ombre de la porte de Tannhäuser. Tous ces moments se perdront dans l'oubli comme des larmes sous la pluie. Il est temps de mourir."

Vous souvenez vous de ces dernières paroles prononcées par le héros répliquant de Blade runner à la fin du film sur le toit pluvieux de l'immeuble ? Pour moi qui suis une fan de ce film, plonger dans ce roman était touchant.

Rosa Montero auteur madrilène à grands succès nous entraîne dans un avenir lointain dans lequel on trouve les traces des travers de notre société actuelle.  Cette intrigue prenante ne manque pas de nous interpeller notamment sur la certitude de notre mort mais aussi sur la vie, l'amour, l'éthique...

Le bémol : rythme parfois un peu lent, fin un peu décevante.

Des 4 livres présentés durant le concours littéraire proposé par mon CE durant l'année scolaire 2013/2014, ce n'est pas celui que je classe en premier... Néanmoins, il me semble qu'il sort du lot !

 

Voir les commentaires

Sarah Thornhill de Kate GRENVILLE

sarah-thornhill.png

Dans ce 3ème roman de Kate Grenville nous retrouvons les personnages de "Le fleuve secret" et plus particulièrement Sarah la fille de William Thornhill, batelier sur la Tamise, condamné pour vol au bannissement à vie en Nouvelle Galles du Sud (sud-est de l'Australie).

Sarah a 3 grands frères, sa mère est morte alors qu'elle était toute petite et son père William,  s'est remarié  a une femme que Sarah appelle Ma. Ils vivent à proximité des "naturels" (arborigènes) qui sont en guenille et affamés.

Sarah a pour meilleur ami Jack Langland, métisse de père anglais et de mère "naturelle". Ils se connaissent depuis la petite enfance et veulent se marier mais Ma que l'on peut surnommer la marâtre fait tout pour éloigner Jack en dévoilant des secrets de famille...

 

Roman sur la vie Australienne de l'époque, sur le racisme et la méfiance face aux autochtones, racisme entre blancs arrivés libres d'Irlande ou d'Angleterre et ceux arrivés bannis puis affranchis.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Sarah courageuse au grand coeur.

L'auteur a pris le parti de rapporter l'histoire de la narratrice qui est illétrée, le style est donc un parler incorrect et assez lourd.

 

Voir les commentaires

Elle marchait sur un fil de Philippe DELERM

elle-marchait-sur-un-fil.png 

Marie a 50 ans, jolie et dynamique, son mari vient de la quitter pour une plus jeune femme. Pour tenir le choc, Marie va et vient entre Paris où elle est critique littéraire de renom et la Bretagne où elle se ressource dans sa petite maison de bord de mer au milieu de ses livres.

Pour s'occuper elle aide sa meilleure amie divorcée et restauratrice, rend visite à son voisin hospitalisé à Rennes et s'occupe de sa petite fille avec beaucoup de complicité. Complicité qu'elle n'a plus avec son fils depuis qu'il a abandonné le théâtre.

En Bretagne de nouveaux voisins s'installent et toute une bande de jeunes futurs comédiens profitent de la maison pendant l'été. Marie sympathise avec ces jeunes à qui elle propose son aide. Grâce à ce projet de création de pièce de théâtre Marie reprend goût à la vie en se jetant à corps perdu dans ce projet. 

Mais rien ne présageait de la fin de ce roman surprenant et déroutant si ce n'est son titre....

Voir les commentaires

Réparer les vivants de Maylis de KERANGAL

 

reparer-les-vivants.png

C'est en voulant relire le résumé de ce livre que je me suis aperçue que je n'avais pas fait d'article.

J'ai lu ce livre dès sa parution car j'apprécie beaucoup  Maylis de Kerangal dont j'avais aimé "Naissance d'un pont".

Pour moi ce roman est "un coup de coeur" si je puis dire car c'est une véritable défense du don d'organes et plus particulièrement de la transplantation cardiaque.  

Cette histoire se déroule entre Simon Limbres, jeune de homme de 17 ans, fou de surf qui, suite à un accident de la route est déclaré en mort cérébrale (seul cas où l'on peut prélever le coeur) et de Claire Mejean, la cinquantaine, dont le coeur "à bout de souffle" l'a obligée à vivre au ralenti près de l'hôpital de la Pitié-Salpétrière (elle attend patiemment un don qui lui permettra de prolonger sa vie).

Autour d'eux, il y a les familles, les médecins, les infirmières , les chauffeurs de taxis transporteurs d'organes que l'auteur décrit avec beaucoup d'émotions, de descriptions précises sans tomber dans le larmoyant.

Un beau roman-document émouvant et passionnant qui nous donne à réfléchir sur notre position face au don de nos propres organes...

Si ce thème  vous intéresse, je vous conseille "Le baiser d'Isabelle" de Noëlle Châtelet.

Voir les commentaires

Baby Jane de Sofi OKSANEN

baby-jane1.jpg

A Helsinki, dans les années 90, Piki fréquente les bars, vole des voitures, paraît dans la presse  tout cela avec insouciance. C'est une jeune fille "Punk and Rock".

Sept ans plus tard, Piki n'est plus la même. Elle est craintive, se cache, s'enferme dans son appartement accablée par de terribles crises d'angoisse, elle est en perdition et n'a plus d'argent.

Avec la narratrice, son ancien amour, Piki va mettre en place un gagne-pain sans sortir de chez elle. Elles vont toutes les deux utiliser le service du téléphone rose pour exploiter les pulsions les plus folles des hommes. Piki va utiliser sa voix enjoleuse et son amie trouver et expédier tous les objets loufoques demandés...

 

Dans ce nouveau roman, l'auteur relate la maladie psychique, le corps, la marginalité, la honte, le sexe, l'homosexuatlité féminine, la jalousie, la culpabilité; des thèmes déjà abordés dans ses précedents romans notamment dans "Purge".

Personnellement, j'ai beaucoup moins apprécié ce dernier roman un peu trop tourné sur l'homosexualité et le mal être. Roman dérangeant.

Voir les commentaires

La Couturière de Frances DE PONTES PEEBLES

couturiere.png

Ce roman de 850 pages est une fiction inspirée de faits historiques se déroulant au Brésil de 1928 à 1935. Dans ces années 30, le Brésil commence son évolution économique et politique.

L'histoire: Deux jeunes filles orphelines, élevées par leur tante couturière vivent dans le Brésil pauvre du sud. Toutes deux sont initiées à la couture. Luzia la plus jeune est téméraire et handicapée à la suite d'une chute d'un arbre. Emilia plus timide est très romantique et rêve de belles robes et de belles voitures.

C'est à l'arrivée des cangaceiros qu'elles vont être séparées. "Le Faucon", redoutable cangaceiros (bandit des grands chemins qui volent aux riches pour donner aux pauvres), va enlever Luzia pour en faire sa mascotte. Ainsi elle va échapper à la vie de vieille fille à laquelle elle était destinée à cause de son handicap. Tout le monde la croit morte. Elle deviendra "La Couturière", célèbre cangaceira au Brésil, tireuse talentueuse et brodeuse aux doigts de fée, elle tuera sans merci et brodera des motifs colorés à toute la bande.

De son côté après le départ de sa soeur, Emilia qui aspire à une vie citadine va partir pour la grande ville de Recife avec son mari, gosse de riche mais pas vraiment prince charmant. Sa vie ne sera que désillusions et déceptions. Elle deviendra une couturière de renommée, styliste talentueuse, elle créera sa propre maison de couture. Elle va militer pour le vote des femmes, et secourir les réfugiés qui arrivent en ville pour fuir la sécheresse.

Les deux soeurs se suivront de loin grâce à la presse mondaine pour Emilia et aux coupures de journaux pour Luzia (sa tête est mise à prix).

 

Un beau roman plein d'aventures, de rebondissements, avec des personnages attachants et émouvants.

J'ai beaucoup appris sur l'histoire du Brésil, notamment la sécheresse qui a sévi pendant 2 années faisant des milliers de morts.

Un pays immense où  la modernisation s'est faite avec difficultés, tant au niveau politique (main-mise des colonels sur le gouvernement) que des injustices commises par les soldats et les bandits.

Un petit Bémol: Dans le prologue, l'auteur dévoile ce que vont devenir les deux soeurs... Alors petit conseil: Ne le lisez pas!!!

Voir les commentaires