Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #recit de voyage catégorie

La nuit commence au Cap Horn de SAINT-LOUP

La nuit commence au Cap Horn de SAINT-LOUP

Quatrième de couverture: Au péril de sa vie, un pasteur écossais débarque en Patagonie afin de convertir les Indiens de la Terre de Feu. Mais le courage et l'abnégation ne suffisent pas toujours: par-delà le vent, le froid et la solitude, il est des lois - humaines, naturelles, cosmique- qui, transgressées, conduisent inévitablement à des tragédies. Ainsi les Onas, les Yaghans et les Alakaloufs, peuples encore fiers au début du XIXème siècle, n'ont pas vu le soleil austral se lever à l'aube du siècle suivant.

J'ai eu la chance d'aller en Patagonie, et même si les guides nous expliquent de quelle façon les tribus locales ont disparues, je n'avais pas mesuré l'ampleur, la rapidité et la méthode de ce désastre.

Tout comme les Himbas en Namibie, faut-il obliger ces peuplades à se civiliser comme nous l'entendons, faire du voyeurisme et les exhiber aux touristes (cf les femmes girafes) ou les laisser évoluer à leur vitesse?

Se posent les questions du progrès, de la colonisation et la notion de civilisation.

Par ailleurs on ne peut que féliciter les missionnaires de l'époque pour leur bravoure et leur sens du sacrifice.

Voyageur infatigable, alpiniste, skieur, motard Saint Loup (1908 1990) a signé une trentaine de romans et de récits historiques

Voir les commentaires

Immortelle randonnée de Jean-Christophe Rufin

immortelle-randonnee.jpg Le chemin des Jacquaires 

     Quatrième de couverture: Jean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de 800 kms, le chemin nord de Saint-Jacques de Compostelle. Moins fréquenté que la voie habituelle des pélerins, cet itinéraire longe les côtes basques puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice...

     Mon avis: Dans ce récit de voyage, J-C Rufin s'attache autant à l'aspect matériel qu'à l'aspect spirituel de son périple. Il donne ainsi des astuces aux futurs pélerins et décrit les paysages côtiers rencontrés. Il nous parle de ses rencontres intéressantes, surprenantes ou non mais aussi de sa propre évolution au fil des kilomètres.

     Bien que ce récit soit merveilleusement écrit et très intéressant, l'auteur ne m'a pas donné l'envie de parcourir ce chemin. Le goudron, les zones industrilelles ou artisanales, les banlieues interminables qu'il décrit ne me font pas envie et je ne parle pes des ampoules!

     Je pense que tout individu peut se retrouver, se ressourcer en faisant le tour du Queyras, du Mont-Blanc ou autre avec son bâton de pélerin... mais cela n'engage que moi!

    Extraits: Alors que J-C R nous raconte un arrêt dans un monastère où un groupe de Yogistes se sont arrêtés et ont eu des prestations de meilleures qualités que celles des pélerins, il en conclut:

      "C'est à de telles expériences que le pélerin mesure les évolutions de ce monde. Si le pélerinage de Compostelle connaît un regain de vitalité, ce n'est plus comme la voie royale de la foie qu'il était jadis. Le Chemin est seulement un des produits offerts à la consommation dans le grand bazar postmorderne. Les moines, qui sont des gens pratiques, ont pris la mesure de cette diversité et proposent des services adaptés au désir de chacun. Ils ont rapidement évalué les ressources dont disposent les divers groupes qui recherchent leur compagnie. Aux touristes ils proposent , à des prix élevés, des produits monastiques (cartes postales, fromages, confitures). Au "Yoga groupe" ils réservent les chambres luxueuses du nouveau bâtiment. Quant à ces pouilleux de pélerins, ils les ont percés au jour depuis longetmeps. Les moines, tradition oblige, assurent pour les pélerins un service, mais minimum."

       Après avoir longé la plage et fait des descriptions magnifiques, voici ce que décrit l'auteur:

        " On se retrouve vite de nouveau à longer des nationales. Le fait qu'elles traversent des paysages lacustres n'est pas une consolation, bien au contraire. Car le marcheur, à fleur d'eau, compatit avec les canards et les poissons et n'en est que plus choqué par le vrombrissement des voitures lancées à pleine vitesse. Le sentier qui borde la route est parsemé d'ordures que les automobilistes ont jetées: canettes métalliques, papiers gras, paquets de cigarettes. En Cantabrie, le marcheur prend conscience pour la première fois qu'il est lui-même un déchet."

        Par contre j'ai apprécié, les desciptions des nouvelles sensations qu'il ressent au fil de son cheminement, en voici un petit exemple:

        "Les transformations physiques du pélerin ne sont rien à côté de sa métamrphose spirituelle. .... Au départ du Chemin, on pense énormément... On est seul avec soi-même. La pensée est l'unique présence familière; elle permet de recréer des dialogues, de convoquer des souvenirs... Le marcheur se retrouve lui-même avec émotion comme s'il rencontrait soudain une vieille connaissance.... On se surprend à rire tout seul. Le pas, c'est bien connu, agit sur la pensée comme un vilbrequin: il l'ébranle, la met en route, reçoit en retour son énergie. On avance à l'allure des songes et, quand ils sont lancés à plein régime, on court presque..."

coquielle.jpg 

Voir les commentaires

Salut au Grand Sud de Isabelle AUTISSIER et Erik ORSENNA

salut-au-grand-sud.jpg

 

        Le 8 janvier 2006, Isabelle Autissier et Erik Orsenna quittent Usuhaia pour naviguer le plus loin possible dans Le Grand Sud.    

       Isabelle A., navigatrice experte a envie de naviguer dans cette zone sans "courir", en prenant son temps.

         Erik O. Navigateur plaisancier depuis son plus jeune âge, avait découvert le Cap Horn mais rêvait d'aller plus loin.

 

        orsenna-autissier.jpg   

        C'est avec 4 autres co-équipiers (un réalisateur de film documentaire, un jeune ornithologue et deux marins pros) qu'ils partent pour 7 semaines.

       Ils vont traverser le détroit de Drake avant de découvrir les immenses icebergs, la mer de Weddell, les Shetlands du sud.

       Tout en partageant leurs ressentis, les ennuis de navigation, les paysages découverts avec le lecteur; ils nous entraînent sur les traces des premiers découvreurs de l'Antartique: Shackleton (1874-1922) explorateur anglo-irlandais qui détient le record en arrivant à 100 miles du Pôle en 1909. Celui-ci fut conquis en 1909 par Roald Amundsen.

       C'est un récit captivant, intéressant qui nous emmène là où nous n'irons peut être jamais!

antartique.jpg

 

 

Voir les commentaires

Remonter la Marne de Jean-Paul KAUFFMANN ♥ ♥ ♥ ♥

remonter-la-marne.jpg

       Pendant 7 semaines,  Jean-Paul Kauffmann remonte la Marne à pied partant de sa confluence avec la Seine....

 

confluence-marne-seine.jpg  

 

 

220px-Source_de_la_Marne.jpgpour arriver à sa source en Haute Marne: "Dans cette vasque qui n'a jamais vu le jour, le coeur de la Marne commence à battre. Ce rocher monumental qui donne la vie a l'air d'une idole."

 

       Il va s'acheminer sur les chemins de halage, traversant les ponts, les écluses ou séjournant sur les îles.     

       A travers ce voyage, l'auteur nous transporte dans des payasages encore intacts de la France où se mèlent senteurs, lumières et couleurs.

           Il évoque régulièrement l'histoire de cette région paticulièrement marquée par la guerre (cf: les taxis de la Marne, la bataille de la Marne). Il se réfère beaucoup à Jules Blain qui lui aussi a cheminé le long de cette rivière 20 ans auparavant, à Napoléon et Louis XVI pour leurs passages ou arrêts dans différentes villes bordant la Marne. C'est une promenade historique mais aussi littéraire, sociale et anecdotique (cf: les guinguettes).

       L'auteur nous fait part de ses rencontres: marginaux, éclusiers, voyageurs mais aussi chien errant et "conjurateurs" (ceux qui conjurent "la maussaderie des temps présents"), ces personnes l'accueillant quelquefois avec une coupe de Champagne !

       Il est que le sujet de ce périple m'intéressait beaucoup mais au-delà de cela, j'ai vraiment apprécié ce voyage qui m'a donné envie de prendre le temps, de contempler les paysages naturels mais aussi urbains et semi-urbains avec peut être un autre regard.

      J'ai trouvé beaucoup d'humanité, de simplicité, tout cela dans une écriture très belle et très riche.

 

      Je ne peux pas terminer cet article sans vous laisser un aperçu de l'endroit que j'affectionnais le plus à Châlons en Champagne: les jards.

Voici la passerelle qui relie le Grand Jard (ou Jard Anglais) traversé par la Marne et le Petit Jard traversé par le Nau. Pour moi, ce lieu était magique; calme, vert, fleuri, naturel. Un lieu où j'aimais marcher seule, longeant la marne ou le canal...

chalons-en-champagne-2.jpg

J'ai appris que la Marne aurait du prendre la place  de la Seine......

         "Lorsque deux rivières se rencontrenet, l'une doit disparaître. C'est une capture. Le captif perd son identité. Le gagnant rafle tout. L'auteur du rapt prend le titre de fleuve et entre dans la légende. Une seule règle: le vainqueur est celui dont le cours est le plus long. En principe la longueur de la Marne depuis sa source est de 525 kilomètres, celle de la Seine se limite à 410. Normalement c'est la Marne qui devrait traverser Paris et se précipiter dans la Manche. Incontestablement, la Marne est un fleuve. Le débit peut être un autre critère: on le calcule à la jonction des deux cours d'eau. Là encore, la Seine est battue, non pas cette fois par la Marne , mais par l'Yonne. La Seine est une arnaqueuse! Et la Marne, qui fidèlement la pourvoit, sa dupe depuis deux mille ans."

      Voici le dernier paragraphe de ce récit, lorsque J P K touche à son but:

        "A quelques mètres de la pierre vivante, l'eau surgit enfin d'une fontaine telle qu'on en voyait au temps des bergers d'Arcadie. La Marne en coulait doucement. Je me suis approché d'elle. Dans le vallon aux violentes odeurs telluriques, elle me murmurait: "Enfin, tu es là. Tu en as mis du temps!" Que pouvais-je répondre? J'ai joint mes mains pour la recueillir.Elle avais un goût étrange de menthe et de mousse, pur et coupant."

Voir les commentaires

"Passeurs d'Espoir" de Marie-Hélène et Laurent de CHERISEY

passeurs d'espoir     Le couple Cherisey rêvait de parcourir le monde avec leurs enfants alors qu'ils n'en avaient pas encore mis au monde !!!

     C'est avec leurs 5 enfants qu'ils partent. Leur objectif: témoigner du dévouement de nombreuses personnes à travers le monde. Pour cela, ils trouvent des subventions, des partenariats et filment ces gens qui oeuvrent pour un monde meilleur. Les films sont montés en courts-métrages et diffusés, entre autre, sur France Télévision.

     Dans ce 1er tome, ils relatent leur rencontres faites du Brésil au Vietnam: aide à la scolarisation, lutte conte l'illettrisme des enfants ramasseurs de déchets des bidon-villes, enrichissement des cultures, protection des forêts, lutte contre l'exode rural etc...

     Ce récit-témoignage est troublant d'une part pour la pauvreté et l'injustice que nous y "découvrons", d'autre part pour la volonté, voire l'acharnement que développent certaines personnes (souvent démunies elles-mêmes) pour aider les autres.

       Récit de voyage intéressant mais je n'ai pu que constater mon impuissance et mon non-investissement....

 

 

Voir les commentaires

"Passagère du silence" de Fabienne VERDIER

"Son enfance, on la subit; sa jeunesse , on la décide. Je savais ce que je voulais: peindre; et d'abord apprendre à peindre en maîtrisant une technique picturale. C'est ainsi que j'allais me retrouver en Chine. Chacun croit que sa vie est unique, et pourtant..."

"Je compare la vie d'un homme à la terrifiante beauté d'un bonzaï ou d'un vieux pin sur les récifs en bord de mer qui a pris les plis du vent avec le temps. On le juge beau à l'automne de sa vie, mais quel sacrifice a-t-il dû accepter pour pousser ainsi." Passagere du silence

Dès la 1ère page, "je suis tombée" dans cet ouvrage.

C'est le récit initiatique d'une jeune étudiante des Beaux Arts qui, pour parfaire ses connaissances en peinture, veut partir en Chine. Elle part dans la région montagneuse du Sichuan pour se vouer corps et âme pendant 10 ans, à la calligraphie. 

"Ne cherche pas à éblouir, à faire la maligne, reste vraie. .... Apprends à reconnaître et choisis la voie de la sincérité..." (paroles d'un de ses maîtres calligraphes)

Sa quête se tourne vers la philosophie chinoise et surtout la calligraphie chinoise traditionnelle, l'un ne pouvant être séparé de l'autre!

 

"On me demande souvent comment j'ai pu supporter une existence si difficile. .... La différence réside dans la persévérance, la volonté acharnée de poursuivre. Certains satisfaits s'arrêtent en route; d'autres continuent à chercher jusqu'à ce qu'ils trouvent. D'autres se contentent d'apprendre quelques trucs, .... , et croient pouvoir faire illusion. Elle ne dure pas très longtemps."

Elle va être confrontée à la langue, la méfiance, la promiscuité, la misère, la maladie en fait à l'après révolution culturelle.

J'ai admiré son courage, sa ténacité, son humilité.

J'ai appris une partie de l'histoire de la Chine, les derniers JO ayant bien caché la misère de la Chine actuelle....

Je n'ai pas aimé l'importance que prend le côté spirituel, en fin de récit.

 

A lire absolument! Fabienne verdier peinture

Voir les commentaires

"A marche forcée" de Slavomir RAWICZ

A pied... du Cercle Polaire à l'Himalaya en 1941 et 1942.

 

a marche forcéécarte a marche forcéé  

En résumé: Novembre 1939, Slavomir est arrêté pour trahison envers l'Union Soviétique, innocent bien sûr comme des centaines d'autres Polonais à cette époque. Malgré son innocence ,sa sentence est de 25 ans de travaux forcés dans un camp du goulag près du Cercle Polaire.

De sa prison à Moscou, il est transporté dans un wagon à bestiaux dans lequel bon nombre d'hommes meurent. Arrivés à Irkutsk le voyage se poursuit à pied, enchaînés de part et d'autre d'une chaîne.

      Arrivé au camp 303 où il va purger sa peine, l'idée d'évasion germe dans la tête de Slavomir et s'est grâce à l'appui de la femme du commissaire que le projet va se réaliser. Il va s'entourer de 6 compagnons aux performances complémentaires.

    Ils attendent d'importantes chutes de neige pour s'évader nuitamment.  

Le groupe s'achemine vers l'Inde... à des milliers de kms. Ils franchissent des fleuves, des montagnes, des zones désertiques (le désert de Gobi), survivant grace à l'hospitalité des gens rencontrés et à leur pugnacité.

 

Petite analyse: Témoignage d'une évasion du goulag, ce récit effroyable est à mon avis incontournable. Des critiques ont mis en question la véracité de ce récit; Rawicz aurait été aidé par un journaliste qui aurait peut être pris quelques libertés quant à certaines situations assez irréalistes.

Il n'en reste pas moins vrai que cet ouvrage souligne l'atrocité des camps de travaux forcés russes ainsi que les dérives du pouvoir politique durant cette période.

L'auteur nous fait voyager à travers des paysages aussi magnifiques qu'extrèmes et nous montre que ce qu'il y a de plus précieux au monde ce sont les liens entre les hommes et leur courage.

Ce que j'ai aimé: L'écriture simple de l'auteur, la sensation d'être avec eux, de souffrir, d'avoir soif et faim avec eux... .Bref! je me suis laissée happée par ce récit. 

 

 

Voir les commentaires

"Dans les forêts de Sibérie" de Sylvain TESSON

Janvier 2012 dans les forets de siberie

     Dans ce récit de voyage, Sylvain Tesson nous emporte en Russie où il va vivre isolé dans une cabane au bord du lac Baïkal.

     Voyageur invétéré, dans ce périple l'auteur va surtout chercher le bonheur dans la solitude, l'espace et le temps. Son récit va s'appuyer sur ses lectures et ses rencontres.

 

      Grace à des descriptions de la Russie, de ses payasages mais aussi de son histoire, nous sommes imprégnés de cette vie hors du temps, hors de notre société...

       L'auteur porte ses réflexions sur les raisons de vivre et ce qu'est réellement l'homme.

carte baikal

 

     Afin de poursuivre votre voyage, je vous conseille de voir une vidéo sur You Tube.

      Tapez "6 mois de cabane au Baikal" sur google.

      ATTENTION! Prévoyez  30 minutes de liberté car dès que vous commencerez le visionnage vous ne quitterez plus cette région Russe!!!

Voir les commentaires