Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Je suis Jeanne Hébuterne de Olivia ELKAIM

       Un roman assez bouleversant, un amour dévastateur...

       Jeanne Hebuterne est issue d'une famille bourgeoise, aimée de ses parents et adorée de son frère très protecteur, Jeanne est une jeune fille timide, sérieuse, sage et obéissante.

      En 1917, alors que Jeanne âgée de 18 ans prend des cours de dessin, elle rencontre Amedeo Modigliani. Elle tombe amoureuse et choisit de quitter son foyer pour vivre sa passion contre l'avis de ses parents.

      Une vie de bohème commence en décembre 1916. Modigliani est un artiste égoïste, ne vivant que pour son art. Jeanne est une amoureuse éperdue, cet amour fou va la consumer.

     Un roman biographique à plusieurs voix: le frère est très protecteur au point de vouloir Jeanne pour lui seul, on frôle l'inceste; le père est aimant mais laisse faire et la mère est réprobatrice mais sans effet sur Jeanne.

     En fait, on peut penser que Jeanne oscille entre 2 choix: ou bien elle se laisse écraser par sa famille catholique qui n'accepte pas son talent et sa volonté de liberté ou bien elle est écrasée par Modigliani qui lui aussi refuse son talent... 

    Le portait que fait l'auteure de Modigliani n'est pas engageant... il est tuberculeux, alcoolique, morphinomane, mégalo et infidèle. Jeanne de son côté ne voit pas d'autre issue que cet amour fulgurant et dévastateur dans ce monde d'après guerre.

 

      Ce récit s'appuie sur des faits et des anecdotes véridiques et décrit avec précision un Paris de l'Art.

      Jeanne Hébuterne est née le 6 avril 1898 à Meaux et est décédée en janvier 1920 à Paris. Surnommée "Noix de coco" pour son teint blanc laiteux et ses cheveux châtain aux reflets roux. Elle s'est suicidée deux jours après la mort de Modigliani alors qu'elle était enceinte d'un deuxième enfant. Leur fille Jeanne Modigliani était également artiste peintre.

Voir les commentaires

Antonia La cheffe d'orchestre de Maria PETERS

       

          Nous sommes à New York en 1926, Willy, jeune américaine d'origine néerlandaise, est à la fois dactylo et ouvreuse dans un théâtre. Le seul rêve de cette très jeune femme est d'être cheffe d'orchestre, un rêve quasi inabordable à cette époque dominée par le sexe masculin.

        Lorsqu'elle apprend qu'elle a été adoptée, Willy n'a de cesse de connaître sa véritable identité qu'elle va découvrir en Allemagne. 

      Elle adopte son vrai nom: Antonia Brico et ce sera grâce à son caractère, sa détermination et son ambition qu'elle va être connue et reconnue en tant que cheffe d'orchestre symphonique.

      La lecture de cette biographie romancée est très agréable et bien documentée.

 

        Née en 1902, décédée en 1989, Antonia est née à Rotterdam d'une union illégitime: une mère catholique néerlandaise et un père italien et pianiste. En 1908 elle émigre aux Etats-Unis avec ses parents adoptifs. C'est la première femme à être reconnue internationalement comme cheffe d'orchestre.

Voir les commentaires

Mon père, ma mère, mes tremblements de terre de Julien DUFRESNE-LAMY

 

 

         Voici le récit du voyage intime d'une famille qui va devoir vivre du jour au lendemain avec le changement de genre du père.

        Ce roman est un huis-clos qui se déroule dans une salle d'attente, durant quelques heures la mère et le fils attendent le retour du bloc de leur mari et père. Durant cette longue et angoissante attente, Charly, 15 ans, se remémore les faits de ce tremblement de terre, de ce cataclysme qui ont démarré 2 ans auparavant lorsque Charly a découvert son père dans le garage avec une perruque et des joues maquillées révélant ainsi sa trans sexualité.

      L'auteur étudie l'identité de genre au travers d'une famille ordinaire, heureuse, unie et aimante qui va devoir faire face avec beaucoup de sagesse à une situation extraordinaire. 

      Le père est heureux, il est serein et aimant. Il est convaincu de sa démarche et n'est pas tiraillé dans sa décision.

      La famille reste unie mais on peut se demander si le père est conscient de ses responsabilités de père. Et bien qu'il ne représente plus physiquement le Père car il est devenu Alice, il garde les mêmes attitudes envers son fils. Seul un médecin s'inquiète de l'image du père pour un jeune de 15 ans en pleine construction identitaire et les collègues du père qui le rejettent.

      Un roman intéressant rempli d'amour, de tendresse, de courage et de vérité qui m'a beaucoup interpellée. Une lecture plaisante car les chapitres sont courts et aérés, le style est simple mais précis.

Voir les commentaires

Les enfants sont rois de Delphine de VIGAN

     

         Un sujet d'actualité très intéressant car tout en étant une fiction,  l'auteure s'appuie sur des faits réels.

         Alors que l'émission de télé réalité est sortie en 2001 avec la vedette devenue célèbre: Loana, Delphine de Vigan écrit un roman sur les dérives des réseaux sociaux qui ont explosé à la suite de ce genre d'émission.  C'était la première fois que des personnes anonymes accédaient à une notoriété importante... "Le jour où on a ouvert les portes de l'enfer..." C'est à ce moment que naît le vlopping, sorte de confessionnal.

       Le roman de Delphine de Vigan démarre sur la disparition d'une petite fille que sa maman filme à longueur de temps avec son frère. Tous les deux sont des enfants influenceurs... Et si l'auteur n'est ni juge ni moralisatrice, elle nous pousse vers une réflexion d'actualité.

       Parmi les personnages, il y a deux femmes que tout oppose. Mélanie, la maman des deux enfants influenceurs. Elle a été une candidate malheureuse de la télé réalité et veut paraître, exister et être connue. Elle le fait par l'intermédiaire de ses enfants, étant persuadée de les rendre heureux  et de préparer leur avenir.  Et Clara, une jeune femme de l'ombre enquêtrice de très bon niveau que les parents ont éduqué avec des principes "normaux".

        Dans ce roman, l'auteur nous fait prendre conscience des dérives et de la sur-exposition des enfants sur les réseaux sociaux, la façon dont ces enfants sont instrumentalisés. Elle s'interroge sur leur éducation et leur devenir car ce sont des enfants qui n'ont pas le temps de désirer quelque chose, hors chacun sait que l'éducation est basée sur la frustration, l'envie, le désir, le besoin de s'ennuyer et d'attendre.

      L'auteur souligne l'importance de la  violence qu'il y a entre ces parents qui font de leurs enfants des objets d'influence, de marketting et les  rapports de force que ces parents imposent, pensant que c'est pour le bien de leur progéniture.

      Les challenges cités en exemple et proposés par You Tube peuvent être cruels. Par exemple le "cheese challenge" est un challenge international; le but est de lancer une tranche de fromage fondu à la tête d'un bébé ou petit enfant et de filmer sa réaction....  Il y a également le "unboxing" dans lequel il faut que l'enfant déballe le contenu d'un carton rempli d'objets d'une quelconque marque devant une caméra. Elle insiste sur le fait que naît ainsi le besoin de posséder, de plaire et de répondre à ses fans puisque c'est le nombre de "pouces levés" et d'abonnement qui enrichit la famille....

       L'auteur s'est beaucoup documentée: immersion dans les monde des réseaux sociaux monétisés, entretien avec la brigade criminelle, lectures ad oc.... Elle fait référence au Syndrome "Truman show" qui est une forme de délire dans lequel le sujet est persuadé d'être le centre d'un reality show ou d'être suivi par des cameras. A partir de toutes ces recherches, elle a créé une famille de fiction et a su nous apporter tous les éléments de réflexion.

      A la fin de sa fiction, l'auteur tente de se projeter dans les années 2030, se questionnant sur le devenir de ces enfants manipulés, utilisés et mal éduqués.

      Un constat qui me trouble: alors que nous sommes dans un monde qui revendique le partage et l'entraide (Covid), il y a une sorte de décalage avec le monde réel qui est particulièrement individualiste. Un monde dans lequel on peut vivre à domicile , où tout peut nous être apporté sans bouger......

      Tout un questionnement qui peut inquiéter....

 

Voir les commentaires

Celle qu'il attendait de Baptiste BEAULIEU

       

         Lorsque Eugénie descend de  son train, Joséphin, chauffeur de taxi la raccompagne chez elle. Une rencontre inattendue.... Une histoire surprenante débute....

       Eugénie est inventrice d'objets usuels, souffrant de son surpoids, elle a oublié tous les mots positifs.

       Joséphin, chauffeur à ses heures perdues, est très mince et a des épaules en forme de guidon. Taiseux, il ne parle que lorsqu'un objet tourne entre ses mains. Il est potier.

       Tous les deux handicapés du langage, vont se réparer mutuellement autour de la céramique, chacun dévoilant son histoire, ses origines, ses blessures, le pourquoi de leur "handicap". Eugénie va devenir la femme la plus célèbre du monde...

        Dans ce roman nous entrons dans un monde un peu absurde, mais il faut se laisser pénétrer par les mots, la poésie de l'histoire , le côté incongru de cette histoire.

        Un conte philosophique et poétique, presque fantastique et pourtant proche de nos vies.

        Difficultés des relations humaines, regard des hommes sur les femmes, surpoids, famille, amour, emprise du passé, acceptation ou estime de soi.... des thèmes que Baptiste Beaulieu pratique tous les jours lors de ses consultations de médecin. 

        Un auteur humain plein de sensibilité et de bienveillance. J'avais beaucoup aimé la lecture de: La Ballade de l'enfant gris. 

 

 

Voir les commentaires

Le parlement des cigognes de Valère STARASELSKI

   

            Katell, David, Zahia  et Théo font partie d'un groupe d'étudiants en stage à Cracovie. Plus curieux que les autres, ils partent visiter la ville, ce qui permet de belles descriptions de cette ville.

           Leur désir d'apprendre et de comprendre les mène dans le quartier juif avec quelques explications du vécu de ses rues. Zahia intéressée par la culture emmène le groupe au musée d'art où ils rencontrent un vieil homme assis, immobile devant le tableau: "Le Parlement des cigognes". Venu exprès à Cracovie pour contempler ce tableau, Zygmunt va partager son passé avec ces jeunes curieux et intéressés.

          Il raconte sa fuite, les camps le ghetto et un fait peut être moins connu: ce sont les griefs et les dénonciations des paysans polonais vers leurs compatriotes juifs.

          Un petit roman passionnant qui en quelques 100 pages  décrit la ville de Cracovie sous la neige, le caractère et l'intérêt de 4 étudiants, l'histoire de la Pologne sous la 2ème guerre mondiale, la force incroyable et la volonté de vivre d'un jeune homme (à l'époque) juif et l'attitude des polonais durant cette guerre.

         Ainsi que le titre du livre assez singulier qui trouve son explication dans les confidences d'un vieux monsieur...

 

Voir les commentaires

Trois de Valérie PERRIN

    Une fois de plus Valérie Perrin nous fait sortir les mouchoirs...

    Un très beau roman plein de sensibilité, d'amitié, d'amour mais sans oublier les rudes épreuves de la vie...

    Ils sont Trois, trois enfants qui vont grandir ensemble , "Trois comme les cinq doigts de la main"... 

    Nina, Adrien et Etienne font leur rentrée en école primaire ensemble. Tous les trois ont leur nom de famille qui commence par un B! Ils ne vont plus se quitter partageant tout: leur enfance, leur adolescence et les débuts de leur vie d'adulte. Une amitié inaltérable qui va leur permettre de se retrouver bien qu'ils aient pris des virages différents à la sortie de leur Bac.

    L'auteure traite de sujets qui la touchent beaucoup notamment les animaux; aider et soigner ces petites bêtes peut aider à se reconstruire...

    Beaucoup de résilience, de nostalgie, d'amitié et d'amour dans ce magnifique roman dont la lecture est addictive!

    Vous trouverez de nombreux articles à propos de ce livre, de mon côté je voudrais simplement vous donner envie de le lire sans rien dévoiler.....

   BONNE LECTURE !

Voir les commentaires

L'homme qui n'aimait pas les armes à feu de Wilfrid LUPANO - dessins de Paul SALOMONE

BD intégrale de 4 tomes  colorisés par Lorenzo PIERI et Simon CHAMPELOVIER

Bien que je ne sois fan ni de Bd ni de western, je dois avouer que j'ai bien apprécié l'intégrale de ces 4 épisodes. 

Un scénario emprunt de fond historique, des personnages aux caractères bien trempés et un dessin très précis, détaillé, soigné et très bien colorisé.

La quête historique: il s'agit de retrouver les feuillets du second amendement qui pourra changer l'Amérique et sa législation sur les armes à feu. Pour cette quête, trois personnages qui n'ont rien en commun vont partager leur destin dans une course-poursuite à la Tarantino! 

1er album Chili con carnage: Maître Byron Beck est avocat d'affaires britannique, accompagné de Kurt, il parcourt le désert à la recherche d'un mystérieux papier.

2ème album Sur la piste de Madison: Margot de Garine a quitté son époux Byron Beck, elle détient le papier recherché. Byron Beck accompagné du danois Kurt sont à la poursuite de Margot.

3ème album Le mystère de la femme araignée: Cette mystérieuse femme vient en aide de Margot traquée par les 2 hommes...

4ème album La loi du plus fort: Nous sommes à Washington. Tous veulent s'accaparer des lettres de Madison. Lobbies des armes à feu, réduction des territoires indiens au profit des magouilleurs du gouvernement..... une fin d'histoire assez comique où chacun trouve son compte....

Ecrire un résumé d'une bande dessinée n'est pas chose facile... mais j'espère vous avoir donné envie de lire celle-ci!

Pour info: la loi Henri L. Dawes est destinée à stimuler l'assimilation des Amérindiens en arrêtant le système de gouvernement tribal et le contrôle des terres communales. Elle vise à diviser en parcelles individuelles attribuées aux familles amérindiennes et aux hommes célibataires.

Sur la route de Madison ... James Madison fut le 4ème président des Etats-Unis, considéré comme l'un des principaux auteurs de la Constitution américaine.

MERCI BRUNO pour CE CADEAU !!!

Voir les commentaires

La blessure de Jean-Baptiste NAUDET

 

              Ce premier roman est l'autobiographie de Jean-Baptiste Naudet,  reporter de guerre.

               Lorsqu'il découvre la correspondance entre sa mère, Danielle et un jeune sergent Robert, son fiancé; il comprend pour quelle raison sa mère était si dépressive, pour quelle raison il a choisi d'être correspondant de guerre et surtout pourquoi il a du faire plusieurs séjours en hôpital psychiatrique. Il tente par ce récit de se libérer de son destin et de guérir de ses propres blessures.

               Danielle s'est fiancée à Robert son amoureux lorsque celui-ci a été appelé en Algérie. Alors qu'il part 3 jours en expédition et est tué par un jeune Kabyle. Danielle est dévasté par cette disparition et va épouser Gilles, leur meilleur ami commun par dépit.

               Agressive et dépressive, Danielle se suicide lorsque ses 3 enfants quittent le nid. Mais ni Jean-Baptiste, ni Gilles ne comprennent les raisons de ce  désastre. C'est à la lecture de la correspondance que l'auteur comprend sa mère qui n'a jamais rien dit ainsi que les raisons de ses propres séjours en hôpital psychiatrique.

              Dans un langage cru et très réaliste, l'auteur alterne entre les échanges épistolaires de sa mère et de Robert et la dure réalité de cette guerre meurtrière.

 

Voir les commentaires

La déposition de Pascale ROBERT-DIARD

 

        J'ai découvert depuis peu la maison d'édition "L'Iconoclaste" qui édite des auteurs contemporains français. Parmi les livres publiés nombreux sont ceux qui sont intimistes et engagés, ce sont souvent des "livres d’archives conçus comme des témoignages vivants."

        Celui-ci, "La déposition" traite du procès de Maurice Agnelet déclaré coupable de l'assassinat de sa maîtresse, Agnès Leroux. Nous sommes 30 ans après la disparition de Agnès Le Roux, lorsque Maurice Agnelet est jugé pour la 4ème fois. Une affaire qui continue à être jugée grâce à l'acharnement de la mère de la disparue.

       Dans ce récit passionnant (si on peut dire ainsi), Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au Monde relate le procès au travers des yeux de Guillaume, le fils de Maurice Agnelet. Elle tente de donner les raisons pour lesquelles Guillaume après avoir défendu son père durant 30 ans, décide lors de ce 4ème procès de témoigner contre son père. Elle nous fait comprendre comment Guillaume a pu vivre et se construire dans un milieu de soupçons, de mensonges et de non-dits au côté d'un père au charismatique et dont l'emprise exercées sur sa famille, ses maîtresses (3 en même temps), ses amis, bref tout son entourage est terrible. 

       C'est sans aucun avis ni ségrégation que l'auteure nous fait vivre le procès avec l'ambiance de la cour, la tension du prétoire et un huit-clos familial.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>